Mission impossible 5 : Rogue Nation

Réalisé par Christopher McQuarrie
Film américain
Avec Tom Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg, Rebecca Ferguson, Ving Rhames...

L'histoire:

Ethan Hunt et ses acolytes de mission impossible vont avoir du fil à retordre: alors que la CIA vient officiellement de les dissoudre, ils sont sur la piste du syndicat, une organisation d'agents soi-disant décédés et qui ne travaillent que pour le compte d'un mystérieux homme à lunettes. Et parmi les agents du syndicat, Ethan est séduit par la belle Ilsi, qui semble jouer un double jeu en lui permettant de fuir. Poursuivi par la CIA, mais aidé par ses amis, Ethan va alors tout faire pour coincer et démasquer le syndicat...




Mon avis:

Pas de (mauvaise) surprise avec ce nouveau Mission impossible. Ça commence à devenir un peu comme la série des James Bond: de l'action, des personnages récurrents qui deviennent familiers, des clins d’œil et un humour presque british... ça se passe même à Londres! Après Batman contre Superman, ils pourraient peut être nous faire aussi un Bond contre Hunt, ou un MI6 contre MI6 (mission impossible 6), qui sait?
L'histoire est bien menée, avec certains rebondissements sympas, on ne s'embête pas un instant. Néanmoins, même si il assure toutes les cascades, Tom Cruise commence à souffrir un peu des affres du temps: rides, début de double menton, il n'embrasse même plus fougueusement une jolie fille quand il en croise une! Peut être qu'il faudrait faire comme pour 007, changer d'acteur de temps à autres?

Ma note:



Bon film!

La rage au ventre

Réalisé par Antoine Fuqua
Film américain
Avec Jake Gyllenhaal, Rachel McAdams, Forest Whitaker

L'histoire:

Billy Hope a tout pour être heureux: il est champion de monde de boxe à plusieurs reprise. Il a épousé son amie d'enfance, Maureen, qui le pousse et le soutient, même si elle voudrait le voir un peu freiner sur les combats. Et ils ont ensemble une petite fille courageuse et gentille. Mais, lors d'une altercation de Billy avec un jeune boxer venu le provoquer, une balle perdu vient frapper Maureen qui meurt dans les bras de Billy. Dés cet instant Billy perd les pédales: il se met à la cocaïne, ne peut plus parler à sa fille, son argent est dilapidé et il est même viré du championnat suite à un coup de boule à l'arbitre. Son seul but à présent: reprendre pied pour que la garde de sa fille, confiée à la DDASS, lui soit rendue. Il se fait embaucher comme homme de ménage dans l'école de boxe de Tick, un vieil entraîneur au grand cœur auprès de qui il va réapprendre à voir le monde autrement...



Mon avis:

Ce qu'il y a de bien avec les films de boxe, c'est qu'il y a toujours de quoi inspirer de bons moments de cinéma: d'une part la tension de l'entrainement, la quête de la rédemption et du surpassement de soi, puis le combat (final, bien sûr) sur le ring qui peut même donner lieu à des essais de plans, de filmage, avec des trucs très recherchés... Ça avait été le cas avec Warrior et Fighter, que j'avais déjà beaucoup aimé, et c'est le cas ici. Quand au niveau des personnages, le rôle du boxeur seul contre tous peut également donner libre cours au talent d'un acteur, et c'est le cas de Jake Gyllenhaal. Déjà à la base on sait qu'il est bon, mais là il construit vraiment un héros plein de rage au ventre, avec un phrasé particulier, et c'est vraiment du grand art...


Ma note:



Bon film!


Love and mercy

Réalisé par Bill Pohlad
Film américain
Avec Paul Dano, John Cusack, Elizabeth Banks, Paul Giamatti

L'histoire:

Melinda, vendeuse de cadillac, voit débarquer chez elle un gars étrange et séduisant. C'est Brian Wilson, l'ancien compositeur et membre des Beach boys. Il n'est plus que l'ombre de lui même, atteint de schizophrénie, et mentalement fragile. Alors qu'ils commencent à se connaître et à s'aimer, elle s’aperçoit très vite que Brian est sous l'emprise de son psychiatre, qui est aussi son tuteur juridique. Celui ci bourre Brian de médicaments, le fait constamment surveiller et va jusqu'à contrôler chacun de ses gestes. Il faut dire que 30 ans plus tôt, alors que les Beach boys étaient de vrais vedettes, avec Brian en compositeur et auteur principal, celui ci avait beaucoup de pression sur les épaules, et une créativité débordante, mais il commençait déjà à entendre des voix dans sa tête...



Mon avis:

Très bon film, qui ne se contente pas d'être un biopic comme les autres. Tout d'abord les acteurs sont géniaux, pas seulement Cusak et Dano mais aussi Paul Giamatti qui joue le psy manipulateur et tyrannique. Il y a aussi beaucoup de scènes se séances d'enregistrement en studio, assez passionnantes parce que l'on voit les morceaux connus prendre forme sous nos yeux. En prenant du recul on s'aperçoit que le fond du script n'est pas fourni. Traité autrement, le film aurait été ennuyeux, mais la manière de filmer très intelligente avec le choix du flash back par exemple , tout ça fait que l'on ne s'ennuie pas.
Ça donne envie de réécouter les Beach boys... avec une oreille neuve.

Ma note:



Bon film!


Le petit prince

Réalisé par Mark Osborne
Film français
Avec André Dussollier, Florence Foresti, Vincent Cassel

L'histoire:

C'est le début des vacances d'été. Mais une petite fille a autre chose à faire qu'à s'amuser: elle doit travailler chaque jour afin d'obtenir le niveau d'étude adéquat pour entrer dans une célèbre école. Sa mère l'encourage en ce sens en lui prévoyant un planning à suivre à la lettre. Mais ce serait sans compter son hurluberlu de voisin, un vieil homme féru d'aviation. Celui ci cherche un ami à qui raconter l'aventure qu'il lui est arrivé jadis: En panne avec son vieil avion dans le désert, il a rencontré un petit garçon bien étrange qui disait venir d'une autre petite planète, une planète sur laquelle l'attend une rose dont il est amoureux. Tombée par hasard sur l'un de ses dessins, la petite fille commence à se passionner pour cette histoire et à découvrir ce que c'est réellement qu'être une enfant...



Mon avis:

Adapter et mettre au goût du jour le conte de Saint Exupéry n'est pas si évident que ça, et surtout de la façon dont ont voulu le faire les auteurs de ce film: l'histoire du petit prince est racontée à une enfant qui se trouve confrontée au monde des adultes et de notre vie moderne, et à qui il va ouvrir les yeux.
Les "flashbacks" entre les deux histoires restent assez brutaux, et les scènes finales détruisent un peu la poésie de la fin du conte: la petite fille rêve qu'elle prend l'avion à la recherche du petit prince et qu'elle tombe sur un prince adulte, maladroit et dépourvu de poésie et de courage. Sur le coup ça casse un peu l'image qu'on peut avoir du personnage, c'est dommage. Néanmoins le message et le peu de la poésie de l'oeuvre originale a su être gardé dans la nouvelle histoire, tout n'est pas à jeter...
Quand aux images, que ce soit en papier ou en synthèse, elles sont superbes.


Ma note:



Bon film!

 

La Isla Minima

Réalisé par Alberto Rodriguez
Film espagnol
Avec Raúl Arévalo, Javier Gutiérrez (II), Antonio de la Torre

L'histoire: 

1980, Juan et Pedro sont deux policiers envoyés dans un coin paumé d'Andalousie afin de retrouver 2 jeunes sœurs qui ont disparu. Apparemment tout porte à croire qu'elles sont parties à la ville, mais quand leurs corps sont retrouvés dans les marais, visiblement violées et torturées, l'enquête prend une nouvelle tournure. Et les 2 enquêteurs vont avoir bien du mal à faire parler les témoins et à révéler les secrets de chacun. D'autant plus que d'autres jeunes filles ont disparu mystérieusement de la région ces dernières années...




Mon avis:

On peut dire qu'il y a une sacrée ambiance dans ce film... une ambiance noire, tendue, une ambiance de mort. Et le réalisateur arrive très bien à la rendre vivante cette ambiance, et ce dès le générique, avec ce survol des champs et des marais qui apparaissent envahissants, prêt à engloutir le corps des jeunes filles perdues... Rien n'est laissé au hasard: les héros qui sourient à peine, le danger qui surgit à tout moment, les pistes qui deviennent de plus en plus morbides, le contexte politique avec l'image du franquisme en toile de fond, et tous ces rebondissements dans l'action, qui font qu'on ne s'ennuie pas un seul instant.
Du coup on reste tendu sur son siège, le cœur battant. En tout cas, ça a bien marché pour moi. Un film efficace et intelligent, c'est ce que j'appelle un bon film!

Ma note:



Bon film!