La loi du marché

Réalisé par Stéphane Brizé
Film français
Avec Vincent Lindon, Yves Ory

L'histoire:

Thierry a 50 ans et vient d'être mis au chômage. Il doit retrouver un travail afin de subvenir aux besoins de son épouse et de son fils handicapé mental. Après multiples démarches à Pole Emploi, à sa banque, entretiens d'embauches... il finit par trouver un travail en tant qu'agent de sécurité dans un supermarché...



Mon avis:

La première chose que je puisse dire après avoir vu ce film c'est que le cinéma-vérité, ça épuise.
C'est une succession de scènes montrant le héros en train de faire un entretien d'embauche, de faire un cours de danse avec sa femme, de rencontrer un acheteur pour négocier la vente de son mobil home, etc...
Des scènes de vie parlantes sur le parcours du héros mais des scènes criantes de vérité et assez diverses, voir même décousues puisqu'on saute du coq à l’âne. De plus, le thème du film étant le monde du travail, on ne peut pas s'empêcher de penser tout au long du film à son propre environnement de travail, et ça c'est pas sympa: on est en week end et on aimerait penser à autre chose qu'à son boulot en allant au cinéma SVP.
Donc le film est long et épuisant... ça m'a fait penser à Discount, que j'ai vu il y a quelque temps. Ça parlait également du licenciement abusif dans les supermarchés, mais c'était plus efficace car ça prenait le ton d'une comédie sociale sans se prendre la tête... ni celle des spectateurs.


Ma note:




Bon film!

Dear white people

Réalisé par Justin Simien
Film américain
Avec Tyler James Williams, Tessa Thompson, Kyle Gallner

L'histoire:

Sur le campus de l'université de Winchester, c'est la lutte qui gronde. La résidence dédiée aux étudiants noirs est sur le point d'être fermée, et Sam et ses amis ne sont pas prêt de laisser passer ça. Sam anime déjà une émission de radio où ses 'dear white people' humoristiques vilipendent le racisme caché de ce campus où le doyen est noir mais le président blanc. Le jeune fils du doyen, Troy, est poussé par son père pour devenir un futur président, y compris en devenant le fiancé de la fille du président. Et la jeune Coco elle, rêve de célébrité et pour cela, elle est prête à tout oser pour séduire les membres de Satire, un comité de jeunes organisateurs de fêtes et leur propose d'organiser une fête où tous les blancs seraient déguisés en noir avec tous les archétypes racistes du genre. Le jeune Lionel qui vient d'arriver au campus, black et homo, se retrouve coincé dans toutes ces aventures et compte bien en profiter pour écrire un article là-dessus dans le journal de la fac...



Mon avis:

J'ai eu du mal à accrocher avec ce film au début, tellement il est truffé de références à la culture américano-américaine ou au fonctionnement des campus universitaires. J'ai eu du mal à saisir voir à comprendre certaines allusions (d'ailleurs je pense que les sous-titreurs ont dû bien galérer pour traduire les dialogues).
Donc cette ambiance américano-blacko-universitaire fatigue un peu, et puis en plus de ça la complexité des rapports amoureux ou autres entre les personnages n'arrange pas les choses, mais au final j'ai fini par trouver le film pas mal.
Au niveau réalisation c'est plein d'effets de style avec beaucoup de blabla, et cette habitude de mettre de la musique en fond sonore pour rythmer les scènes, ça fait un peu rustine. Mais bon apparemment ça marche puisque je ne me suis pas ennuyé.


Ma note:




Bon film!


 

Partisan

Réalisé par Ariel Kleiman
Film australien
Avec Vincent Cassel, Jeremy Chabriel, Florence Mezzara

L'histoire:

Dans un pays en ruine, Gregory est le patriarche d'une communauté de femmes et d'enfants qu'il a recueillis et cachés dans un pâté de maisons à l'abri du monde. L’aîné des enfants, Alexander, va avoir 11 ans et fait la fierté de son père. Véritable petit homme, il est prêt à protéger sa mère et son futur petit frère. Mais la vérité c'est que chaque enfant est entraîné pour tuer de sang froid des victimes désignées par Gregory, en échange d'argent qui vient de l'extérieur. Alexander ne se pose pas trop de questions jusqu'au jour où un nouveau petit garçon qui vient d'intégrer le groupe n'accepte pas les règles et attise le courroux de Gregory...




Mon avis:

Voilà un film avec une ambiance assez malsaine et mystérieuse. On se demande pendant toute une première partie du film de quoi parle l'histoire, tellement les différents éléments de l'intrigue sont cachés, éludés et n'apparaissent que petit à petit, par déduction.
Oui on a affaire là à une communauté un peu spéciale, un genre de secte, dans un pays inconnu et des personnages ayant un rôle un peu flou. On est désorienté mais tout finit par s'expliquer. C'est un thème très original qui parle de sujets profonds: la quête du père, le bien et le mal, le passage à l'age adulte, etc...
Donc un film très intéressant, avec des images belles et violentes et des acteurs au regard perçant, notamment les 2 protagonistes.


Ma note:




Bon film!


Avengers: l'ère d'Ultron

Réalisé par Joss Whedon
Film américain
Avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Mark Ruffalo , Chris Hemsworth, Samuel L. Jackson, Scarlett Johansson, Aaron Taylor-Johnson

L'histoire:

Les vengeurs sont en mission en Sokovie pour récupérer le sceptre de Loki, dont l'origine est extra terrestre et qui est détenu par le baron Stucker, une âme damnée d'Hydra. Mais une fois qu'il a le sceptre dans son labo, Tony Stark décide c'en percer le mystère et découvre une intelligence artificielle qu'il tente de programmer pour devenir un agent protecteur de l'humanité. Mais l'être créé ainsi, tout puissant, se retourne contre eux et n'aura alors de cesse d'éliminer son créateur et son groupe: Ultron est né. Après un premier combat, Ultron se réfugie en Sokovie pour préparer son plan machiavélique, aidé de 2 jeunes gens, les jumeaux Vif argent et Sorcière rouge, qui souhaitent à l'aide de leurs pouvoirs se venger de Tony Stark qu'ils rendent responsable de l'extermination de leur famille. Ultron souhaite également par dessus tout créer une autre version de lui même plus humanoïde, afin de remplacer toute humanité sur terre...




Mon avis:

Bon alors, que dire de ce nouvel épisode? Par rapport au film précédent, c'est toujours la même recette et c'est toujours autant réussi: bagarres, traits d'humour, un peu de vie personnelle et amoureuse, beaucoup d'action... un film super héroïques, quoi? Avec l'arrivée des jumeaux Romanov et de la vision (fils d'Ultron), on voit le souci de coller au comic book, même si par d'autres idées on s'en éloigne un peu (la love story entre Hulk et la Veuve noire, le fait que Vif Argent et Sorcière rouge ne soient pas des mutants, etc...).

Ma note:



Bon film!