Les gardiens de la galaxie

Réalisé par James Gunn (II)
Film américain
Avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Lee Pace, Benicio del Toro...

L'histoire:

Peter Quill -alias Star Lord - est un jeune terrien qui a été enlevé enfant par une bande de pirates extra-terrestre qui lui ont appris leur métier. Mais il est bien décidé à leur échapper et à voler de ses propres ailes, en dérobant justement un objet mystérieux, l'Orbe, convoité par un riche client. Mais le demi dieu Thanos est également à sa recherche, et il s'est allié au pire des guerriers kree, Ronan, qui veut utiliser cet objet aux pouvoirs destructeurs pour se venger des xandariens contre lesquels son peuple est en guerre depuis des siècles. Alors que Star Lord met la main sur l'objet, il se le fait disputer par Gamora, la fille adoptive de Thanos, qui est bien décidée à trahir son père et mettre l'objet destructeur en sécurité. Ce n'est pas son jour de chance car Rocket Raccoon et Groot, deux chasseurs de prime, leur tombent dessus afin de capturer Peter dont la tête est mise à prix. Ce n'est décidément pas leur jour de chance car la police xandarienne leur tombe dessus et envoie tout ce beau monde en prison orbitale. Mais la fine équipe va s'allier pour pouvoir s'en évader, en étant rejoints par Drax le destructeur, un homme qui cherche à venger la mort de sa famille toute entière décimée par Ronan l'accusateur (qui va pas tarder à débarquer d'ailleurs)...



Mon avis:

Chez Marvel, ils ne cherchent plus à édulcorer leurs histoires pour les rendre plus accessibles aux non habitués du monde des super héros: Ils prennent des personnages de leur catalogue et se contentent de raconter une histoire comme ils la raconteraient dans leurs comics. Action, bagarres, plein de personnages secondaires, une pointe d'humour... Et le pire c'est que ça marche.
Et c'est encore plus apparent avec ce film, qui bien que se passant dans l'espace ne ressemble ni à Star wars, ni à Total Recall. Toutes les influences de ces films ont déjà été assimilées et digérées à travers l'univers des super héros Marvel: Les premiers guerriers krees ont été inventés dans les années 60, Xandar (et Nova) datent des années 70, Thanos et les gemmes de l'infini ça doit remonter aux années 80, et les gardiens de la galaxie, inventés en 69, ont été ressuscités en 2008.
Donc, alors qu'avant on pouvait classer ces films dans les catégories 'action' ou 'science fiction', maintenant il va falloir peut être en inventer une nouvelle: la catégorie 'Super héros'. Et pour celui ci, on dira un film de super héros se passant dans l'espace. Ce nouveau genre ne plaira peut être pas à tous le monde, mais à moi (qui connait le monde des super héros à travers les revues de mon enfance), ça me plait.
Le grand atout de ce film reste son sens de l'humour et son rythme trépidant, même si les scènes de combat n'égalent pas celles des vengeurs.

Ma note:



Bon film!

Lucy

Réalisé par Luc Besson
Film français
Avec Scarlett Johansson, Morgan Freeman, Min-sik Choi...

L'histoire:

Séoul. Lucy, une jeune étudiante rencontre un garçon qui la convainc d'aller en son nom déposer une mallette au bureau de mr Jang, chef de la pègre locale. Ce qu'elle ignore c'est que se trouve dans cette mallette une nouvelle drogue expérimentale. Et mr Jang compte bien utiliser Lucy pour l'aider à faire passer un gros sachet de cette drogue en Europe, en le dissimulant dans son ventre. Lucy se retrouve donc menottée et emmenée de force à l'aéroport. Mais sur le chemin voilà qu'elle rencontre de vilains personnages qui la rouent de coups. Le sachet à l'intérieur de son ventre se rompt, transformant petit à petit Lucy en personnage omniscient. D'après le professeur Norman, scientifique mondialement reconnu, l'être humain n'utilise que 10% des capacités de son cerveau. Utiliser les 90 autres pourcent permettrait à un individu d'être infiniment intelligent, voire de maîtriser la télépathie et la télékinésie, jusqu'à faire de cette personne un dieu. Lucy pense que c'est ce qui est en train de lui arriver, et elle part donc pour Paris à la recherche du professeur qui seul pourra l'aider à savoir comment utiliser son nouveau pouvoir...


Mon avis:

Pendant les 15 premières minutes de film, on se dit qu'on a enfin retrouvé le Besson que l'on aime:  une héroïne emblématique, cette façon de filmer en mélangeant action, humour et drame. On se croirait bien revenu au bon vieux temps de Nikita, avec mamzel' Scarlett en nouvelle muse survoltée.
De plus, le discours du début de Morgan Freeman, entrecoupé d'images d'archives et de documentaires, c'est l'une des trouvailles qui pourraient faire penser que Besson est très inspiré.
Et puis petit à petit le film part dans un délire mystico-philosophique à deux balles, sensé nous faire réfléchir... à quoi je ne sais pas. Et en plus cette histoire de 10% il parait que c'est même pas vrai.
S'ensuivent de longues phrases sur le ressenti du monde via les sens de Lucy, qui ne doivent en effet pas être loin de la réalité de ce qu'éprouverait une demi déesse comme l'héroïne mais bon comme elle ne peut plus éprouver de sentiments, c'est purement scientifique et franchement trop métaphysique pour moi.
On peut considérer ce film comme une expérience cinématographique, un peu à la Terence Malik du coup?
Enfin je sais pas... Laissons Lucy faire...


Ma note:



Bon film!

Young ones

Réalisé par Jake Paltrow
Film americano-irlo-sudafricain
Avec Michael Shannon, Nicholas Hoult, Elle Fanning , Kodi Smit-McPhee

L'histoire:

Voilà bien longtemps qu'il n'a pas plu sur cette bonne vieille terre. Toutes les terres sont devenues arides et les puits sont tous plus ou moins asséchés. Les hommes se battent pour forer au plus profond et seul l'état permet à tous de survivre. Ernest Holm se bat pour garder sa terre en attendant la pluie, dans un trou paumé des Etats-unis. Avec lui son fils le naïf Jerome et sa fille Mary qui ne rêve que de partir. Elle est courtisée par le jeune Flem, un garçon ambitieux qui rêve de récupérer la terre qu'Ernest avait acheté à son père. Ernest arrondi ses fins de mois en approvisionnant les ouvriers du puits voisin en alcool et nicotine. Mais quand Flem lui dérobe sa mule mécanique pour aller dérober les biens des ouvriers du puits, Ernest part à sa recherche. Mais suite à leur altercation, Flem tue Ernest et dissimule le meurtre en accident. Il épouse Mary et devient donc le propriétaire de la ferme. Mais tout ne se termine pas comme ça...




Mon avis:

Une bonne surprise que ce film, alors que je suis allé le voir sans savoir à quoi m'attendre. Une histoire entre drame familial et film d'anticipation, très maligne. Par moment le réalisateur a tendance à être un peu "lourd" dans ses effets dramatiques et certains de ses plans trop 'artistiques', ce qui fait que le film est un peu rebutant par moment, un peu artificiel... dommage. C'est peut être ce qui fait que les personnages peuvent sembler manquer d'humanité et ne pas paraître attachants. Néanmoins les acteurs sont parfaits et arrivent à exprimer toute la complexité des personnages.
Moi j'ai bien aimé ce film pour son originalité et le fait qu'il ne se laisse pas aller à la facilité...

Ma note:



Bon fillm!


La planète des singes: l'affrontement

Réalisé par Matt Reeves
Film américain
Avec Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman

L'histoire:

Voilà 10 ans que César et les singes échappés de laboratoire se sont réfugiés au fin fond de la forêt, de l'autre coté du pont de San Francisco. Ils ont fondé un village et vivent de chasse. Des enfants sont nés et apprennent à lire à l'école. Toute une société organisée et paisible s'est mise en place. Et César compte bien sur son fils pour reprendre le flambeau de chef de tribu. Mais de l'autre coté du pont, dans le monde des humains, les temps ont changé. La mystérieuse maladie issue des expérimentations faites sur les singes a décimé la population, et une poignée de survivants se sont réfugiés dans la ville. Leurs ressources en énergie s'épuisent, électricité qui leur permettrait d'envoyer un message SOS aux autres survivants de par le monde. Leur seule issue: aller réactiver la centrale hydraulique abandonnée, sauf que celle ci se trouve dans le territoire des singes. Malcolm, en compagnie de quelques hommes, vont donc trouver les singes pour essayer de parlementer. D'abord réticent, César accepte de les aider. Mais ce n'est pas du goût de Koba, son principal adjoint, qui se rappelle trop bien de ce que les humains lui ont fait subir dans les laboratoires...



Mon avis:

Tout en restant dans le ton et dans la continuité du premier film, L'affrontement monte d'un cran en prenant comme héros une tribu entière de singes. Et non seulement on voit vraiment le monde à travers leurs yeux, mais on assiste ici à une tragédie digne des plus grands dramaturges grecs: héritage filial, guerre, trahison. Le nom de César n'a pas été choisi au hasard...
Les images et les effets spéciaux sont confondants de réalisme, les singes prenant des traits tellement plein d'humanité que l'on sort de là en se rendant compte que l'on vient de voir l'un des premiers films (avec avatar) dont les héros ne sont pas humains et humains à la fois, et avec un de ces regards... Une expérience quoi!
Il n'y a pas que des singes dans le film mais les humains apparaissent pour une fois dans les second rôle. Ils auraient même mérité d'être encore plus effacés. Le film reste quand même d'une grande intelligence, justement parce qu'il ne traite pas cette histoire comme un film d'action classique mais aussi comme une tragédie, comme un film historique. Tout comme le premier film en quelque sorte...


Ma note:



Bon film!


Edge of tomorrow

Réalisé par Doug Liman
Film américano australien
Avec Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton, Brendan Gleeson

L'histoire:

Notre planète a encore été envahie par de drôles de bestioles, les mimics. Elles ont déjà conquises toute l'Europe, mais l'Union mondiale des Forces terriennes pense avoir trouvé la parade en équipant ses soldats d'exo-squelettes super sophistiqués. En première ligne, Rita Vrataski, une combattante hors pair, est citée en exemple. William Cage, spécialiste de la communication de l'armée américaine, est envoyé à Londres pour aider le général Brigham à mener sa campagne. Mais le général est un homme colérique et sur un coup de tête il envoie William au front. William voudrait tout faire pour s'y soustraire mais en moins de 2 le voilà à Verdun dans un exo-squelette qu'il ne sait pas faire fonctionner. Mais lors du combat il se retrouve face à un mimic qui explose et répand son sang extra terrestre sur lui.... et William se réveille le matin de la veille. Il revit alors la même journée qui se termine par sa mort sur le champ de bataille, encore et encore, jusqu'à ce qu'il rencontre Rita qui comme lui a connu par le passé cette bizarrerie. Ils vont tout deux échafauder un plan pour vaincre une fois pour toute les mimics...




Mon avis:

Entre Un jour sans Fin, Aliens, Independance Day, Starship troopers, voir même la Guerre des Mondes où Il faut sauver le soldat Ryan, on reconnait bien vite les sources d'inspiration de ce film. L'originalité ne sera donc pas son fort, et pourtant l'alchimie fonctionne. Et finalement, comparé à tous les films qui prennent pour sujet une invasion extra-terrestre (il y en a eu plein ces dernières années), celui ci arrive à se démarquer grâce à ce fameux "trou temporel" où le héros revit sans arrêt les mêmes choses et tente telle ou telle issue. Cela rajoute un aspect ludique à l'affaire et on se laisse embarquer facilement par l'histoire qui devient finalement imprévisible: quand le héros n'arrive pas à ses fins, une petite balle dans la tête et on recommence une nouvelle histoire...
Avec en plus un clin d’œil à Verdun et Paris, c'est que du plaisir...


Ma note:



Bon film!