States of grace

Réalisé par Destin Cretton
Drame
Avec Brie Larson, John Gallagher Jr., Kaitlyn Dever

L'histoire:

Grace et son petit ami Mason sont éducateurs dans un centre spécialisé pour jeunes adolescents à problèmes. Ils ont particulièrement du mal en ce moment avec Marcus, qui va les quitter bientôt, et une nouvelle arrivée, Jayden, en laquelle Grace se revoie plus jeune. A travers elle, Grace voit resurgir les fantômes de son enfance, d'autant plus qu'elle vient d'apprendre qu'elle est enceinte.



Mon avis:

Bien sûr, on les voit arriver les scénaristes avec leurs messages sociologiques et leurs ados à problèmes. On est même venu voir le film pour ça. Alors voilà des jeunes perturbés, à tendances suicidaires ou violents, accompagnés d'adultes cools, aimants et compréhensifs. On découvre petit à petit pourquoi ces gamins en sont arrivés là (souvent à cause des adultes qui les ont pervertis). On ne sait pas tout au début et on redoute le pire, c'est aussi ce qui fait que le film ne tourne pas en rond. Et puis on apprend aussi petit à petit comment les éducateurs en sont arrivés là aussi (car derrière chacun d'eux se cache un ancien enfant meurtri aussi).
Bref le film est un brin moralisateur, un brin naïf, mais ça ne se voit pas forcément car la réalisation sait trouver le ton juste, sans tomber dans le drame et donner quelque chose à certains moments décontracté et marrant et grave et sérieux à d'autres.

Ma note:




Bon film!




Babysitting

Réalisé par Philippe Lacheau, Nicolas Benamou
Film français
Avec Philippe Lacheau, Alice David, Vincent Desagnat, Tarek Boudali, Julien Arruti, Gérard Jugnot, Clotilde Courau

L'histoire:

Frank est un gars un peu timide qui travaille comme agent d'accueil dans une maison d'édition de Bédé, en espérant un jour éditer ses propres planches. Il rêve aussi de revoir son ex-collègue, Sonia, dont il est secrètement amoureux. Mais voilà que son patron lui demande de remplacer pour le week end la baby sitter de son gamin de 10 ans. Malgré le fait que ce soit son anniversaire, Frank se voit contraint d'accepter. Le voilà dans cette villa luxueuse avec ce gamin insolent avec qui il ne s'entend pas du tout. Mais alors ses potes de toujours, en gros lourdauds qu'ils sont, débarquent dans la piaule pour organiser une fête d'anniversaire surprise, et amènent avec eux la belle Sonia. Et à partir de là ça va vraiment dégénérer...



Mon avis:

Voilà une comédie de potes avec la nouvelle génération de comiques venus de la télé (la bande à fifi de Canal plus et le palma show). Ils débarquent dans le cinéma comique français en apportant un peu de fraîcheur et de jeunesse. Bon ce n'est pas une révolution non plus mais on peut dire qu'il y a quand même du talent là dedans. De plus le scénario est abouti, précis et malin. Et très drôle aussi. Et la mise en scène astucieuse.
Bon après, certains personnages sont un peu gentillets, la happy ending et sa morale politiquement correcte, et certains gags un peu faciles. Bref j'aurais aimé que le film soit un peu plus audacieux mais au final je me suis bien  marré ce qui ne gâche rien.


Ma note:



Bon film!




Wrong cops

Réalisé par Quentin Dupieux
Film français
Avec Mark Burnham, Eric Judor, Marilyn Manson

L'histoire:

Duke est flic à Los Angeles. Un drôle de flic puisqu'il passe ses journées à dealer de la drogue qu'il refourgue dans l'estomac de rats crevés. Lors d'un accident de flingue, il blesse à mort son voisin. Le voilà maintenant avec le corps sur les bras, d'autant plus que le voisin n'est pas tout à fait mort. Il tente de le confier à son collègue Sunshine qui lui doit de l'argent, mais celui ci vient de découvrir un sac plein de billets enfouis dans son jardin. Quand elle apprend ça, leur collègue Shirley saute sur l'occasion et veut faire chanter Sunshine dont elle a vu des photos compromettantes dans un magazine gay. Et je ne parle même pas de Renato, dont le fantasme est de pouvoir braquer de jeunes filles afin de reluquer leur poitrine...



Mon avis:

Ce film est grave. J'avais bien aimé l'humour décalé et les situations ubuesques des précédents films de Dupieux. Mais là il semble qu'il ai voulu rajouter une couche de mauvais gout avec ces caricatures de policiers ripoux et belliqueux. Du coup je dirais que les personnages étant antipathiques et peu subtils, ça fait nettement moins rire, voir pas rire du tout si je me rappelle bien le silence dans la salle de ciné.
Ensuite on peut apprécier le jeu des acteurs, la réalisation, le grain de l'image très seventies, ou encore la musique sympa "made in mr Oizo".
Mais bon au final je suis resté déçu par ce film et je ne me suis pas laissé emporter ni par son histoire, ni par son humour .

Ma note:




Bon film!


The grand Budapest Hotel

Réalisé par Wes Anderson
Film americano-allemand
Avec Ralph Fiennes, Tony Revolori, F. Murray Abraham, Adrien Brody, Willem Dafoe...

L'histoire:

Les années 30, dans une station thermale d'un pays fictif appelé Dubrowka, le jeune Zero fuit la guerre pour devenir Lobby boy au grand Budapest Hotel. Il est tout de suite pris sous son aile par l'homme aux clés d'or de l'Hotel, le très fantasque monsieur Gustave. Celui ci est un homme respecté, surtout par la clientèle féminine âgée de l’hôtel, dont il partage parfois la couche. Quand l'une de ses richissimes amantes décède dans des circonstances mystérieuses, monsieur Gustave et Zero vont à son chevet lui donner un dernier hommage, pour s'apercevoir que celle-ci lui a légué le plus fameux de ses tableaux de maître. Dmitri, le fils jaloux, jure alors la perte de Mr Gustave, qui s'empare alors du tableau pour le mettre en sûreté, sans avoir le temps d'écouter les conseils de mr Serge, le domestique de la famille, qui sait tout du plan de Dmitri et de sa bande d'assassins... et ce n'est qu'un début!



Mon avis:

Tout coule de source dans ce film made in Wes Anderson, pour lequel j'ai du mal à trouver des défauts. Le récit sous forme de conte (d'Anderson) avec lequel se marie si bien le style décontracté et irréel du réalisateur. L'humour pince sans rire et sans fausse note qui sied parfaitement au rythme trépidant de l'histoire. L'univers suranné et kitsch de l'entre deux guerres, qui semble destiné à être filmé de cette façon là... On retrouve toute la palette des acteurs fétiches de Wes, et des tas de guest stars en second rôle.
Tout, absolument tout est réuni pour que le cinéaste laisse libre cours à son imagination.
Je pensais que son précédent film allait être une de ses œuvres majeures. C'était sans compter sur ce film là, où il abandonne certains de ses thèmes de prédilection mais qui reste une réussite à ne pas manquer.

Ma note:




Bon film!





Captain America, le soldat de l'hiver

Réalisé par Anthony Russo, Joe Russo
Film américain
Avec Chris Evans, Scarlett Johansson, Sebastian Stan, Anthony Mackie, Robert Redford, Samuel L. Jackson

L'histoire:

Récemment dégivré, Steve Rogers alias Captain America travaille, en compagnie de la Veuve Noire,  à Washington pour le SHIELD, une organisation indépendante chargée de protéger la terre d'ennemis important, avec à sa tête l'énigmatique colonel Fury. Celui ci a le projet de créer de gigantesques paquebots volants prêts à être envoyés dans les airs pour surveiller les méchants. Mais alors qu'il vient de tomber sur des documents compromettants remettant tous le projet en question, Fury est assassiné et a juste le temps de remettre la clé USB au Captain. Désormais poursuivi par le SHIELD qui lui reproche de ne pas divulguer ses informations, puis par l'assassin de Fury l'énigmatique soldat de l'hiver, Cap Am va trouver de l'aide en un ancien pilote d'Airforce et de son aile électronique (le faucon), et chercher à découvrir qui est derrière cette machination: peut être HYDRA?



Mon avis:

Film d'action par excellence, Captain America enchaîne les scènes de bagarre et de cascades en voiture à un rythme effréné. C'est très bien filmé, très prenant et on ne s'ennuie pas. Les acteurs ne sont pas n'importe qui (on s'offre même Robert Redford dans un petit rôle) et l’ambiguïté est mise en avant, que cela soit pour Fury, la Veuve Noire ou le Captain. C'est vrai que la complexité de ses super héros, c'est aussi ce qui fait l'intérêt des comics Marvel.
Après il y a toujours quelque points négatifs, comme par exemple les intentions et le plan machiavélique de l'organisation Hydra - qui franchement fait sourire- ou le fait qu'ils aient voulu ressortir Bucky Barnes de son cercueil, le genre de grosses ficelles dont on se passerait bien.
Néanmoins, je préfère ce film là au premier film Captain America. Peut être que Marvel améliore ses scénarios de film en film...

Ma note:




Bon film!