Les Héritiers

Réalisé par Marie-Castille Mention-Schaar
Film français
Avec Ariane Ascaride, Ahmed Drame, Noémie Merlant

L'histoire: 

La classe de seconde 8 du Lycée Léon Blum de Créteil est mal partie: remplie de fortes têtes sans avenir scolaire. Mais Mme Gueguen, leur professeur d'Histoire, sait se faire respecter et afin de leur prouver à eux même qu'ils en sont capable, elle décide de les inscrire à un concours national d'Histoire sur les camps de concentration nazis. D'abord réticent, les jeunes gens se laissent emporter par ce projet qui va peut être changer leur vie...



Mon avis:

Un film sans beaucoup de surprises, sauf peut être qu'on s'attendrait à la voir centrée sur la vie de ces jeunes de banlieue. C'est vrai que leur quotidien n'est pas éludé: le racisme ordinaire, le port du foulard, les disputes entre potes, les agressions et les profs qui subissent un bizutage de ces jeunes surexcités qui pensent n'avoir pas d'avenir à l'école... Mais au bout d'un moment leur histoire se confond avec celle de ces enfants et adolescent des camps qu'ils étudient, jusqu'à ce qu'on oublie leur problème et qu'ils puissent se surpasser.
C'est certainement voulu et finalement ce n'est pas si mal, mais le film se transforme peut être en cours sur les victimes nazies. Ça ne le rend pas long et ennuyeux pour autant, car comme à chaque fois qu'on parle de la Shoah on arrive toujours à des moments plein d'émotion.
Donc voilà: un film pas comme les autres qui s'inspire de faits réels, écrit d'ailleurs par l'un des élèves de la classe d'origine, et qui joue d'ailleurs son propre rôle dans le film.

Ma note:



Bon film!

Astérix - Le domaine des dieux

Réalisé par Louis Clichy et Alexandre Astier
Film franco-belge
Avec Roger Carel, Guillaume Briat, Lorànt Deutsch

L'histoire:

Le nouveau plan de César pour se débarrasser du village des irréductibles gaulois est machiavélique: construire tout près de leur village une énorme cité romaine afin de les pervertir et de les amener à se 'romaniser'. Il charge Anglaigus, un jeune architecte teigneux, de construire le domaine des dieux. Mais encore faut-il abattre les arbres de la forêt, mais Astérix et Obélix vont tout faire pour l'en empêcher. Néanmoins les romains s'acharnent, et seront pour une fois bien proche de réussir...



Mon avis:

Une belle réussite, par Toutatis!
En allant voir ce film, c'est comme si on ouvrait un album d'Astérix, et que tout nous surgisse à la figure pendant plus d'une heure de plaisir. On retrouve ici tout ce qui a fait le succès de la bande dessinée: même humour, même bagarres, même personnages... et même la voix de Roger Carel, indissociable depuis plus de 50 ans de celle du petit gaulois moustachu.
Bref, ce film d'animation a été fait par de grands fans de la version papier, cela se voit et il ont réussit en tout point à recréer l'univers de nos chers gaulois, je dirais même à le magnifier, et en 3D en plus!
Je regrette seulement qu'en choisissant d'adapter cet épisode ci, cela donne un film qui ne soit pas assez explicatif et pas accessible aux néophytes et donc pas forcément exportable à l'étranger. Dommage car cela aurait pu amener de nouveaux spectateurs.
Pour ce qui est de l'humour, on ne rit pas autant que pour une comédie pour adulte, mais on sourit pas mal car ce film s'adresse en premier aux enfants... et à ceux qui ont su le rester et se rappellent les bédés de leur enfance...


Ma note:





Bon film!


Une nouvelle amie

Réalisé par François Ozon
Film français
Avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz


L'histoire:

Claire et Laura, depuis leur plus tendre enfance, sont les meilleures amies du monde. Mais voilà, Laura meurt subitement d'un cancer, laissant derrière elle son mari David et sa petite fille de 8 mois, Lucie. Sur son chevet, Claire promet de veiller sur David et Lucie. Mais quand elle leur rend visite à l'improviste, elle s'aperçoit médusée que David aime s'habiller en femme. D'abord choquée, elle finit par aider David à s'assumer, et va commencer entre eux une relation un peu trouble et secrète. d'autant plus que Claire est mariée et que le travestissement de David ne sera peut être pas du gout de son mari, ni des beau parents de David...



Mon avis:

Ce film m'a fait penser à un autre film sur le même thème du travestissement, de Xavier Dolan, Laurence Anyways, mais quand on compare les 2 films ça n'a rien à voir. Alors que Dolan cherche à choquer, à dramatiser en soulignant les conflits, Ozon va d'abord chercher à faire quelque chose de plus classique, en se penchant plus sur la psychologie et en apaisant le débat tout en faisant réfléchir. Et avec pas mal d'humour aussi, surtout grâce aux tenues extravagantes et maladroites de Romain Duris, qui prend vraiment des mimiques bien caricaturesques tout en donnant de la profondeur à son personnage, en face d'une Anaïs Demoustier choquée et timide.
On se penche ici petit à petit sur l'aspect psychologique de la situation, des faux semblants et des choses cachées, avec des personnages qui découvrent petit à petit ce qu'ils n'osaient pas se révéler, et pas seulement pour le personnage de David mais aussi celui de Claire, qui à travers cette amitié un peu spéciale redécouvre ses pulsions homosexuelles latentes envers son amie Laura. En fait, Ozon reste ici dans la même démarche de beaucoup d'autres de ses films: des personnages qui se croyaient normaux cachent en fait des choses cachées dans leurs têtes (huit femmes, Sitcom...).
Ça m'a fait un peu penser aussi à Psychose, et d'ailleurs je suis surpris qu'il n'y ait aucune allusion à la scène de la douche.
Enfin bon, c'est compliqué, mais juste et sans faux pas.


Ma note:




Bon film!



Le labyrinthe

Réalisé par Wes Ball
Film américain
Avec Dylan O'Brien, Aml Ameen, Will Poulter

L'histoire:

Une bande de jeunes garçons sont enfermé dans un petit coin de nature encerclé par des murs énormes. Tous les jours, la porte s'ouvre pour leur laisser accès à un labyrinthe énigmatique. Et tous les soirs, la porte se referme et ceux qui ne sont pas revenus sont dévorés par de mystérieuses créatures ou écrasés par les murs qui changent de configuration chaque nuit.La vie s'organise pour survivre au milieu de cette prison. Et de temps en temps, un nouvel arrivant sort de terre via un ascenseur . Comme tous les autres, il n'a aucune mémoire si ce n'est son propre nom. Mais Thomas n'est pas comme les autres. Curieux de nature, il veut aller voir au fond du labyrinthe et tenter d'y rester la nuit, malgré les menaces de ses amis...




Mon avis:

Bon, j'avais envie de voir un film qui ne me prenne pas trop la tête, alors pourquoi pas un film pour de science fiction pour ados?
En plus il y a des points positifs: l'histoire est énigmatique puisque les jeunes ne savent pas pourquoi ils sont là ni ce qui se cache derrière le labyrinthe. Et pour une fois on n'a pas tout deviné dés le début, bien au contraire car le tout devient de plus en plus énigmatique... Donc tous ces rebondissements nous aident à tenir.
Malheureusement une fois à la fin quand tout est expliqué on ne peut être que déçus par les idées en bois qu'ils ont encore inventé à Hollywood. Et si par moment les relations entre les personnages savent garder une certaine fraîcheur et originalité, on retombe par moment dans du préfabriqué, comme le fameux moment tristesse à la fin quand l'un des gamins se sacrifie en se jetant sur le coup de feu destiné au héros.
Enfin bon, rien de neuf, mais je ne vais pas me prendre la tête avec ce film de toute façon...


Ma note:




Bon film!

 

Interstellar

Réalisé par Christopher Nolan
Film américain
Avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Michael Caine, John Lithgow, Jessica Chastain, Casey Affleck

L'histoire:

Dans un futur (pas si éloigné que ça), les terriens ont abandonné l'exploration de l'espace pour se recentrer sur la préservation de la Terre, qui meurt à petit feu. Cooper, jadis pilote de navette spatiale, s'est reconverti en agriculteur mais les tempêtes de sable détruisent toutes les récoltes une par une... Sa femme décédée, il est seul avec son beau père pour élever son fils aîné Tom, et la petite dernière Murphy. Celle ci est persuadée qu'il y a un fantôme dans sa chambre et que celui ci lui a laissé un message en morse, message qui s'avère être des coordonnées GPS, pas très loin d'ici. Cooper et sa fille décident de s'y rendre et tombent sur une base cachée de la NASA. Le professeur Brand et sa fille tentent alors de convaincre Cooper de les suivre dans une dernière mission: un VER (passage à travers l'espace-temps) est apparu à coté de Saturne et à travers celui ci apparaît une autre galaxie avec peut être des planètes habitables. Le but serait alors d'y envoyer une nouvelle mission pour repérer la bonne planète, et, si le prof Brand découvre le moyen de construire de grands vaisseaux capables de vaincre la pesanteur et emmener tout le monde(sig!) d'y aller. Et à partir de là ça se complique mais je vais pas tout raconter...



Mon avis:

Une note pleine de clémence pour ce film qui est bien réalisé, et avec plein d'acteurs que j'aime bien, mais bon...
A certains moments on entend tellement les orgues (sur la bande son) qu'on se croirait dans une église, et pour cause car le film est une longue succession de moments pleins de gravité, de drames, de rebondissements. On ne s'embête pas vraiment c'est vrai, mais...
Au final certaines idées font un peu ridicule, mais c'est toujours le cas quand des cinéastes veulent se la jouer scientifique en interprétants des théories de façon pseudo-sérieuse. Ici ce serait la relativité rien que ça!
Comme je l'ai dit la tendance à faire de belles images pleines de tension avec une musique d'église derrière finit par lasser au bout d'un moment, d'autant plus que quand on y réfléchit le scénario est bourré d'idées un leu lourdes. Mais bon, ça se laisse regarder jusqu'à la fin et puis... il parait que la pesanteur est la seule chose qui peut traverser l'espace temps!

Ma note:




Bon film!

Marie Heurtin

Réalisé par Jean-Pierre Améris
Film français
Avec Isabelle Carré, Ariana Rivoire

L'histoire:

La fin du 19ème siècle. Marie Heurtin, jeune fille sourde et aveugle de naissance, est confiée à une école de bonnes sœurs spécialisées dans l'accueil des sourds. Touchée par cette jeune fille qui vit dans une prison sans pouvoir communiquer avec le monde, sœur Marguerite - bien que malade et n'ayant aucune expérience dans la matière - décide contre vents et marée d'apprendre à marie la langue des signes. Mais bien sûr cela ne va pas être facile, d'autant plus que la jeune fille n'accepte pas de se faire laver et peigner, pas plus que de s'asseoir sur une chaise...




Mon avis: 

Séquence émotion et bons sentiments ce soir, avec ce film qui ne révolutionne pas le genre, peut paraître un peu long et gentillet par moment, mais ne s'en sort plutôt pas mal au final.
A la fin, on a droit à nos scènes d'embrassade, larmoyantes à souhait, avec un dernier message envoyé vers le ciel à sa bienfaitrice par la jeune fille... mais j'ai tenu bon: je n'ai pas pleuré.
On sent aussi que derrière tout ça il y a le dévouement du réalisateur, persuadé d'avoir trouvé un bon sujet et qui sait l'emmener là où il doit aller: un vrai questionnement sur ce que doit ressentir une personne aveugle et sourde, le fait que l'actrice soit également sourde, et en face le courage et la persévérance de sœur marguerite mise en avant, personnage magistralement joué par Isabelle Carré.
En tout cas, de bonnes raisons d'aimer ce film.


Ma note:



Bon film!

Magic in the moonlight

Réalisé par Woody Allen
Film américain
Avec Colin Firth, Emma Stone, Eileen Atkins

L'histoire:

Les années (19)20. Magicien reconnu et célèbre, Stanley n'en est pas moins un homme cartésien et dur, sans aucune croyance ni rêve. Il est contacté par son ami d'enfance, lui aussi magicien, qui lui propose d'aller passer quelque temps sur la cote d'azur. Là, une famille de richissimes bourgeois est en train de se faire plumer par ce qui semble être une jeune charlatan, qui prétend communiquer avec les morts et deviner le passé des gens. Elle a même séduit le cadet de la famille, qui lui propose de l'épouser. Attiré par le challenge de percer au grand jour cette tricheuse, Stanley saute sur l'occasion. Mais ce serait compter sans le charme de la jeune médium...




Mon avis:

Voilà un Woody Allen assez classique, sur un thème qui promet plein de rebondissements et de situations comiques. Mais je ne sais pas pourquoi ce film m'a déçu. Peut être parce que j'ai mis la barre un peu haute. Les deux acteurs principaux sont pourtant très bons, et on reconnait dans Stanley un héros 'Allenien' typique: cynique et maladroit, imbu de lui même et adepte de répliques assassines. Peut être aussi à cause de sa morale métaphysique, qui apparaît de façon trop visible et moralisatrice: "il faut avoir des illusions et des croyances pour trouver la vraie saveur de la vie". Ça devient même un peu pompeux et longuet par moment ces grandes tirades sur le sens de la vie.
Donc pas un film mémorable dans la filmographie du réalisateur, même si certaines scènes - comme celle de la discussion avec la vieille tante, toute en suppositions et où Stanley se rend compte de son amour - sont de petits bijoux.

Ma note:



Bon film!


Samba

Réalisé par Eric Toledano, Olivier Nakache
Film français
Avec Omar Sy, Charlotte Gainsbourg, Tahar Rahim

L'histoire:

Sénégalais d'origine, Samba vit en France depuis 10 ans, en compagnie de son oncle. Son titre de séjour arrivant à expiration, il se retrouve en centre de détention en attente d'un jugement. C'est là qu'il rencontre Alice, bénévole à une association d'aide aux sans papiers. Fragile et timide, Alice est tout de suite séduite par l'humour de Samba...



Mon avis:

Je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi fort ni d'aussi drôle que leur précédent film donc je n'ai pas été déçu par le film de Toledano et Nakache. Il est même plus drôle que ce que j'aurais pensé, l'humour venant ici de la palette de personnages et de second rôles au tempérament cocasse.
Quand à l'histoire, elle est nettement plus compliquée, car plus... sociale et politique. Il y a plein de petits aléas qui viennent se mettre sur la route du héros, et il semble errer d'un problème à l'autre, d'une rencontre à l'autre... C'est donc un peu plus confus. On regrettera aussi une fin pas très consensuelle.
Mais pour le compte le film s'en tire pas mal.


Ma note:



Bon film!

Les Boxtrolls

Réalisé par Graham Annable, Anthony Stacchi
Film américain
Avec Isaac Hempstead-Wright, Elle Fanning, Ben Kingsley

L'histoire:

Dans la ville de Cheesebridge, tous les soirs c'est le couvre feu. Tous les soirs les habitants ont peur. Ils ont peur des Boxtrolls, des monstres qui se baladent chaque nuit dans la ville et que l'on dit horribles et sanguinaires. Sauf qu'en fait... les Boxtrolls sont des petits êtres peureux et pleins de joies et de curiosité. Ils font les poubelles à la recherche d'objets à réparer et à bricoler, et ne se nourrissent que d'insectes. Mais Trapenard, un homme cupide et méchant, est bien décidé à les exterminer tous afin de s'amener popularité et entrer dans la haute société de la ville. Il raconte même que 10 ans plus tôt, un petit bébé a été enlevé et mangé tout cru par les Boxtrolls. Mais le bébé en question a en fait été recueilli par les Boxtrolls qui l'ont élevé comme l'un des leurs et l'ont prénommé œuf. Alors que la chasse se fait plus rude, œuf rencontre Winnie, la fille du maire, qui a tôt fait de comprendre toute l'histoire et décide d'aider les Boxtrolls à sortir de leur boite...



Mon avis: 

Quand on fait de l'animation image par image, il faut avoir une bonne raison pour venir travailler jour après jour, mois après mois, mettre plusieurs heures pour faire une petite minute de film. Surtout avec le degré de perfection qui semble être la marque de fabrique de Laika. C'est toujours aussi bluffant de voir les mouvements de caméra, les scènes d'action, la fumée, etc... On en oublierait presque que c'est fait à la main.
Et avec une jolie histoire comme celle là - issue des romans d'aventure pour la jeunesse-, ils ont trouvé une raison qui justifie tant de travail. Bon bien sûr ça s'adressera surtout aux enfants, et c'est une histoire originale mais pas trop. Mais c'est du travail de qualité. Du travail d'orfèvre et rien que pour ça ça m'a donné envie de le revoir en compagnie de mon petit filleul de 4 ans. Il aimera sans aucun doute... (Quoi? c'est interdit aux moins de 10 ans?)


Ma note:



Bon film!



Sin city J'ai tué pour elle

Réalisé par Frank Miller, Robert Rodriguez
Film américain
Avec Eva Green, Josh Brolin, Jessica Alba, Bruce Willis, Mickey Rourke, Joseph Gordon Levitt, Rosario Dawson


L'Histoire:

3 histoires se passant dans la ville corrompue de Sin city: Dwight le photographe voit resurgir de son passé la belle Ava, qui l'a jadis quittée pour un riche homme d'affaire. Elle décrit son nouveau mari comme un monstre et demande à Dwight de lui pardonner. Celui ci n'arrive alors plus à se débarrasser de l'image de cette femme et serait prêt à tout pour la délivrer des griffes de son mari. Mais ne serait ce pas Ava qui le manipule? Le jeune Johnny ne perd jamais aux jeux. Et le voilà débarqué dans les tripots de Sin city dans le seul but de battre le sénateur Roark au poker. Ce qu'il réussit... mais à quel prix? Une autre personne en veut au sénateur: la jeune strip teaseuse Nancy, dont l'amour de sa vie, John Hartigan, a été tué par le sénateur. Trouvera-t-elle le courage?



Mon avis:

"Moins réussi que le premier film". C'est la première chose qu'on peut dire en sortant de la salle de cinéma. C'est surtout au niveau du scénario que ça se voit. Le personnage de Marv par exemple, héros du premier film ( dans lequel si je me rappelle bien il meurt) n'a ici qu'un rôle de figurant, de troisième rôle, et on préférerait 100 fois mieux qu'ils l'aient laissé où il était. L'histoire de vengeance de la jeune strip teaseuse (qui fait aussi référence au premier film) n'a pas non plus le punch narratif des 2 autres histoires, ce qui est vraiment bête car c'est elle qui clôt le film.
Les effets visuels sont très beaux, mais dans l'ensemble ça reste moins audacieux que le Sin city premier opus: moins d'action, moins de choses dégoûtantes et sales... un peu bof.

Ma note:




Bon film!

Enemy

Réalisé par Denis Villeneuve
Film canadien-espagnol
Avec Jake Gyllenhaal, Mélanie Laurent, Sarah Gadon

L'histoire:

Adam vit à Ottawa où il enseigne l'Histoire à l'université. Sa vit est terne et même ses relations avec sa petite amie Mary ne sont pas au beau fixe. En visionnant un DVD, il s'aperçoit qu'il existe un jeune acteur qui est son sosie parfait, Anthony. Obnubilé par son double, il va chercher à le rencontrer. Mais Anthony, qui va bientôt être père, est lui aussi obsédé par cette ressemblance inexplicable...



Mon avis:

Je ne me suis pas du tout fait embarquer par ce film. Tout d'abord il y a une atmosphère oppressante et froide dés les premières minutes. Bon ça passe encore si cela se justifie, si l'atmosphère est tendue parce que l'histoire est tendue, pleine de mystère et de suspens. Mais là... dés le début j'ai commencé à me demander pourquoi les personnages étaient si angoissés sans raison. Bin quoi? Tu découvres un gars qui te ressemble trait pour trait, et toi tu trembles comme une feuille et tu vas tourner de l’œil?  On comprend pas vraiment la réaction des personnages: la femme d'Anthony pleure en apercevant son double. La copine d'Adam s'excite dés qu'elle sens la trace d'une alliance sur le doigt d'Anthony. Et les 2 zigotos franchement...
Du coup j'ai un peu décroché... et à partir de ce moment il a fallu lutter pour ne pas s'endormir... Même la fin tout à fait énigmatique ne m'a pas réveillé.
Dans le style drame psychologique on a eu bien mieux ces dernières années, Black Swann par exemple. Ce film m'y a fait penser, et me donne envie de le revoir...


Ma note:




Bon film!


Le rôle de ma vie

Réalisé par Zach Braff
Film américain
Avec Zach Braff, Kate Hudson, Mandy Patinkin

L'histoire:

Aidan Bloom est un gars paumé comme un autre. Acteur à la recherche désespérée d'un rôle, il peut compter sur son épouse pour faire vivre la famille: leurs 2 enfants sont inscrits à une école juive, et bien que le petit Tucker s'ennuie à mourir à l'école cela plait bien à la jeune Grace, qui est un peu dévote. Quand au frère d'Aidan, Noah, il passe sa vie sur Internet enfermé dans sa caravane sur la plage. Mais tout cela s'effondre quand son père lui annonce qu'il est atteint d'un cancer et qu'il n'en a plus pour longtemps à vivre, et qu'il ne peut pas non plus continuer à payer la scolarité des enfants d'Aidan. Contraint de s'occuper de ses enfants et de la convalescence de son père, Aidan ne voit qu'une solution: utiliser les billets de la jarre à gros mots pour prendre du bon temps...



Mon avis:

Je crois qu'ils appellent ça un "feel good movie": ni une tragédie ni tout à fait une comédie. Juste une tranche de vie avec des personnages qui se cherchent: pas vraiment des héros, pas même exceptionnels, des gens comme nous quoi... Zach Braff lui ne s'embête pas et ne va pas les chercher bien loin. Son héros est un acteur fauché comme lui, juif comme lui, père de famille... c'est même lui qui le joue!
Bon au final ce qu'il a à dire n'est pas nouveau: une réflexion sur "Est ce que j'ai réussi ma vie?" avec un père mourant et des rapports conflictuels, etc... L'important reste de savoir si l'auteur arrive à ponctuer son récit avec assez d'anecdotes et de scènes intéressantes pour que le spectateur ne s'ennuie pas. C'est plutôt assez réussi. Il y a quelques répliques sympas, des personnages marrants, des situations originales, c'est bien réalisé et bien rythmé. Mais bon au final c'est pas transcendant. Un film sympa... mais pas exceptionnel.

Ma note:



Bon film!



Bande de filles

Réalisé par Céline Sciamma
Film français
Avec Karidja Touré, Assa Sylla, Lindsay Karamoh

L'histoire:

Mariéme a 16 ans et vit en banlieue parisienne entre la passivité de sa mère qui fait des ménages, de la violence de son grand frère et de la complicité de sa petite sœur. L'éducation nationale ne lui réservant rien de bon, elle croise le chemin de Lady, Adiatou et Fily, 3 jeunes filles qui sont prêtes à tout pour profiter de la vie. Elles volent et rackettent un peu pour aller s'éclater en ville et vivre au jour le jour. A partir de maintenant la vie c'est fou-rire et liberté, mais aussi embrouille avec les autres bandes de fille. Et puis il y a Ismaël, que Marième aime en secret, et qui pour la première fois pose son regard sur elle...




Mon avis:

J'avais déjà beaucoup apprécié le précédent film de Céline Sciamma, Tomboy, où elle arrivait à ne pas tomber dans les pièges du thème choisi et à rendre son histoire intéressante jusqu'à la fin. C'est aussi le cas de ce film. Il raconte une histoire assez classique et déjà vue dans d'autres films: un(e) jeune héros(ïne) sort d'une enfance toute sage et est embrigadé par une bande jeunes gens avides de liberté et de gloire facile. Mais cette nouvelle vie a aussi des mauvais côté qui va les mener tout droit à leur perte. D'ailleurs j'ai vu il y a peu à la télé 'Foxfire, confession d'un gang de filles' sur le même schéma.
Pourtant ce film dénote par la façon très personnelle qu'a la réalisatrice d'aborder ses héroïnes, de brouiller les pistes et de filmer au plus près des personnages, laissant libre court à ses actrices non professionnelles mais pleines de vie, et on rit souvent avec elles comme si on faisait nous aussi partie de la bande.
La réalisatrice raconte que c'était la curiosité qui l'avait amenée à s'intéresser à ces jeunes filles que l'on croise parfois dans le quartier des Halles - à deux pas du cinéma. C'est vrai que l'on croise plein de gens à cet endroit. D'où viennent-ils? A quoi ressemble leur vie? C'est bon d'être curieux parfois...
En plus, ce thème colle tout à fait avec la filmographie de la réalisatrice: comme dans ses 2 précédents films on s'intéresse à des filles qui se cherchent et tentent de se trouver un avenir...


Ma note:



Bon film!


Les gardiens de la galaxie

Réalisé par James Gunn (II)
Film américain
Avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Lee Pace, Benicio del Toro...

L'histoire:

Peter Quill -alias Star Lord - est un jeune terrien qui a été enlevé enfant par une bande de pirates extra-terrestre qui lui ont appris leur métier. Mais il est bien décidé à leur échapper et à voler de ses propres ailes, en dérobant justement un objet mystérieux, l'Orbe, convoité par un riche client. Mais le demi dieu Thanos est également à sa recherche, et il s'est allié au pire des guerriers kree, Ronan, qui veut utiliser cet objet aux pouvoirs destructeurs pour se venger des xandariens contre lesquels son peuple est en guerre depuis des siècles. Alors que Star Lord met la main sur l'objet, il se le fait disputer par Gamora, la fille adoptive de Thanos, qui est bien décidée à trahir son père et mettre l'objet destructeur en sécurité. Ce n'est pas son jour de chance car Rocket Raccoon et Groot, deux chasseurs de prime, leur tombent dessus afin de capturer Peter dont la tête est mise à prix. Ce n'est décidément pas leur jour de chance car la police xandarienne leur tombe dessus et envoie tout ce beau monde en prison orbitale. Mais la fine équipe va s'allier pour pouvoir s'en évader, en étant rejoints par Drax le destructeur, un homme qui cherche à venger la mort de sa famille toute entière décimée par Ronan l'accusateur (qui va pas tarder à débarquer d'ailleurs)...



Mon avis:

Chez Marvel, ils ne cherchent plus à édulcorer leurs histoires pour les rendre plus accessibles aux non habitués du monde des super héros: Ils prennent des personnages de leur catalogue et se contentent de raconter une histoire comme ils la raconteraient dans leurs comics. Action, bagarres, plein de personnages secondaires, une pointe d'humour... Et le pire c'est que ça marche.
Et c'est encore plus apparent avec ce film, qui bien que se passant dans l'espace ne ressemble ni à Star wars, ni à Total Recall. Toutes les influences de ces films ont déjà été assimilées et digérées à travers l'univers des super héros Marvel: Les premiers guerriers krees ont été inventés dans les années 60, Xandar (et Nova) datent des années 70, Thanos et les gemmes de l'infini ça doit remonter aux années 80, et les gardiens de la galaxie, inventés en 69, ont été ressuscités en 2008.
Donc, alors qu'avant on pouvait classer ces films dans les catégories 'action' ou 'science fiction', maintenant il va falloir peut être en inventer une nouvelle: la catégorie 'Super héros'. Et pour celui ci, on dira un film de super héros se passant dans l'espace. Ce nouveau genre ne plaira peut être pas à tous le monde, mais à moi (qui connait le monde des super héros à travers les revues de mon enfance), ça me plait.
Le grand atout de ce film reste son sens de l'humour et son rythme trépidant, même si les scènes de combat n'égalent pas celles des vengeurs.

Ma note:



Bon film!

Lucy

Réalisé par Luc Besson
Film français
Avec Scarlett Johansson, Morgan Freeman, Min-sik Choi...

L'histoire:

Séoul. Lucy, une jeune étudiante rencontre un garçon qui la convainc d'aller en son nom déposer une mallette au bureau de mr Jang, chef de la pègre locale. Ce qu'elle ignore c'est que se trouve dans cette mallette une nouvelle drogue expérimentale. Et mr Jang compte bien utiliser Lucy pour l'aider à faire passer un gros sachet de cette drogue en Europe, en le dissimulant dans son ventre. Lucy se retrouve donc menottée et emmenée de force à l'aéroport. Mais sur le chemin voilà qu'elle rencontre de vilains personnages qui la rouent de coups. Le sachet à l'intérieur de son ventre se rompt, transformant petit à petit Lucy en personnage omniscient. D'après le professeur Norman, scientifique mondialement reconnu, l'être humain n'utilise que 10% des capacités de son cerveau. Utiliser les 90 autres pourcent permettrait à un individu d'être infiniment intelligent, voire de maîtriser la télépathie et la télékinésie, jusqu'à faire de cette personne un dieu. Lucy pense que c'est ce qui est en train de lui arriver, et elle part donc pour Paris à la recherche du professeur qui seul pourra l'aider à savoir comment utiliser son nouveau pouvoir...


Mon avis:

Pendant les 15 premières minutes de film, on se dit qu'on a enfin retrouvé le Besson que l'on aime:  une héroïne emblématique, cette façon de filmer en mélangeant action, humour et drame. On se croirait bien revenu au bon vieux temps de Nikita, avec mamzel' Scarlett en nouvelle muse survoltée.
De plus, le discours du début de Morgan Freeman, entrecoupé d'images d'archives et de documentaires, c'est l'une des trouvailles qui pourraient faire penser que Besson est très inspiré.
Et puis petit à petit le film part dans un délire mystico-philosophique à deux balles, sensé nous faire réfléchir... à quoi je ne sais pas. Et en plus cette histoire de 10% il parait que c'est même pas vrai.
S'ensuivent de longues phrases sur le ressenti du monde via les sens de Lucy, qui ne doivent en effet pas être loin de la réalité de ce qu'éprouverait une demi déesse comme l'héroïne mais bon comme elle ne peut plus éprouver de sentiments, c'est purement scientifique et franchement trop métaphysique pour moi.
On peut considérer ce film comme une expérience cinématographique, un peu à la Terence Malik du coup?
Enfin je sais pas... Laissons Lucy faire...


Ma note:



Bon film!

Young ones

Réalisé par Jake Paltrow
Film americano-irlo-sudafricain
Avec Michael Shannon, Nicholas Hoult, Elle Fanning , Kodi Smit-McPhee

L'histoire:

Voilà bien longtemps qu'il n'a pas plu sur cette bonne vieille terre. Toutes les terres sont devenues arides et les puits sont tous plus ou moins asséchés. Les hommes se battent pour forer au plus profond et seul l'état permet à tous de survivre. Ernest Holm se bat pour garder sa terre en attendant la pluie, dans un trou paumé des Etats-unis. Avec lui son fils le naïf Jerome et sa fille Mary qui ne rêve que de partir. Elle est courtisée par le jeune Flem, un garçon ambitieux qui rêve de récupérer la terre qu'Ernest avait acheté à son père. Ernest arrondi ses fins de mois en approvisionnant les ouvriers du puits voisin en alcool et nicotine. Mais quand Flem lui dérobe sa mule mécanique pour aller dérober les biens des ouvriers du puits, Ernest part à sa recherche. Mais suite à leur altercation, Flem tue Ernest et dissimule le meurtre en accident. Il épouse Mary et devient donc le propriétaire de la ferme. Mais tout ne se termine pas comme ça...




Mon avis:

Une bonne surprise que ce film, alors que je suis allé le voir sans savoir à quoi m'attendre. Une histoire entre drame familial et film d'anticipation, très maligne. Par moment le réalisateur a tendance à être un peu "lourd" dans ses effets dramatiques et certains de ses plans trop 'artistiques', ce qui fait que le film est un peu rebutant par moment, un peu artificiel... dommage. C'est peut être ce qui fait que les personnages peuvent sembler manquer d'humanité et ne pas paraître attachants. Néanmoins les acteurs sont parfaits et arrivent à exprimer toute la complexité des personnages.
Moi j'ai bien aimé ce film pour son originalité et le fait qu'il ne se laisse pas aller à la facilité...

Ma note:



Bon fillm!


La planète des singes: l'affrontement

Réalisé par Matt Reeves
Film américain
Avec Andy Serkis, Jason Clarke, Gary Oldman

L'histoire:

Voilà 10 ans que César et les singes échappés de laboratoire se sont réfugiés au fin fond de la forêt, de l'autre coté du pont de San Francisco. Ils ont fondé un village et vivent de chasse. Des enfants sont nés et apprennent à lire à l'école. Toute une société organisée et paisible s'est mise en place. Et César compte bien sur son fils pour reprendre le flambeau de chef de tribu. Mais de l'autre coté du pont, dans le monde des humains, les temps ont changé. La mystérieuse maladie issue des expérimentations faites sur les singes a décimé la population, et une poignée de survivants se sont réfugiés dans la ville. Leurs ressources en énergie s'épuisent, électricité qui leur permettrait d'envoyer un message SOS aux autres survivants de par le monde. Leur seule issue: aller réactiver la centrale hydraulique abandonnée, sauf que celle ci se trouve dans le territoire des singes. Malcolm, en compagnie de quelques hommes, vont donc trouver les singes pour essayer de parlementer. D'abord réticent, César accepte de les aider. Mais ce n'est pas du goût de Koba, son principal adjoint, qui se rappelle trop bien de ce que les humains lui ont fait subir dans les laboratoires...



Mon avis:

Tout en restant dans le ton et dans la continuité du premier film, L'affrontement monte d'un cran en prenant comme héros une tribu entière de singes. Et non seulement on voit vraiment le monde à travers leurs yeux, mais on assiste ici à une tragédie digne des plus grands dramaturges grecs: héritage filial, guerre, trahison. Le nom de César n'a pas été choisi au hasard...
Les images et les effets spéciaux sont confondants de réalisme, les singes prenant des traits tellement plein d'humanité que l'on sort de là en se rendant compte que l'on vient de voir l'un des premiers films (avec avatar) dont les héros ne sont pas humains et humains à la fois, et avec un de ces regards... Une expérience quoi!
Il n'y a pas que des singes dans le film mais les humains apparaissent pour une fois dans les second rôle. Ils auraient même mérité d'être encore plus effacés. Le film reste quand même d'une grande intelligence, justement parce qu'il ne traite pas cette histoire comme un film d'action classique mais aussi comme une tragédie, comme un film historique. Tout comme le premier film en quelque sorte...


Ma note:



Bon film!


Edge of tomorrow

Réalisé par Doug Liman
Film américano australien
Avec Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton, Brendan Gleeson

L'histoire:

Notre planète a encore été envahie par de drôles de bestioles, les mimics. Elles ont déjà conquises toute l'Europe, mais l'Union mondiale des Forces terriennes pense avoir trouvé la parade en équipant ses soldats d'exo-squelettes super sophistiqués. En première ligne, Rita Vrataski, une combattante hors pair, est citée en exemple. William Cage, spécialiste de la communication de l'armée américaine, est envoyé à Londres pour aider le général Brigham à mener sa campagne. Mais le général est un homme colérique et sur un coup de tête il envoie William au front. William voudrait tout faire pour s'y soustraire mais en moins de 2 le voilà à Verdun dans un exo-squelette qu'il ne sait pas faire fonctionner. Mais lors du combat il se retrouve face à un mimic qui explose et répand son sang extra terrestre sur lui.... et William se réveille le matin de la veille. Il revit alors la même journée qui se termine par sa mort sur le champ de bataille, encore et encore, jusqu'à ce qu'il rencontre Rita qui comme lui a connu par le passé cette bizarrerie. Ils vont tout deux échafauder un plan pour vaincre une fois pour toute les mimics...




Mon avis:

Entre Un jour sans Fin, Aliens, Independance Day, Starship troopers, voir même la Guerre des Mondes où Il faut sauver le soldat Ryan, on reconnait bien vite les sources d'inspiration de ce film. L'originalité ne sera donc pas son fort, et pourtant l'alchimie fonctionne. Et finalement, comparé à tous les films qui prennent pour sujet une invasion extra-terrestre (il y en a eu plein ces dernières années), celui ci arrive à se démarquer grâce à ce fameux "trou temporel" où le héros revit sans arrêt les mêmes choses et tente telle ou telle issue. Cela rajoute un aspect ludique à l'affaire et on se laisse embarquer facilement par l'histoire qui devient finalement imprévisible: quand le héros n'arrive pas à ses fins, une petite balle dans la tête et on recommence une nouvelle histoire...
Avec en plus un clin d’œil à Verdun et Paris, c'est que du plaisir...


Ma note:



Bon film!

Jimmy's Hall

Réalisé par Ken Loach
Film franco-britannique
Avec Barry Ward, Simone Kirby, Andrew Scott

L'histoire:

1932. Jimmy revient des USA où il s'était enfuit 10 ans auparavant. Il revient dans ce vieux village irlandais retrouver sa vieille mère, Connagh son ancien amour aujourd'hui mariée et tous ses amis. Mais les ennuis aussi vont réapparaître quand les jeunes du village lui demandent de ré-ouvrir la cabane qu'il avait construite avec ses amis de l'époque. Celle ci servait de salle de danse, de salle de cours de littérature, de musique, de dessin, et faisait surtout rager le prêtre de la paroisse et les propriétaires terriens, qui voyaient en cet endroit un repaire de communistes et d'agitateurs. D'autant plus que quand un paysan se faisait exclure de ses terres par le proprio, Jimmy et sa clique faisaient tout pour aider le pauvre homme à récupérer son bien. Jimmy va donc ré ouvrir son hall, et les ennuis vont revenir...



Mon avis:

Une très belle histoire racontée par Ken Loach, qui après toutes ces années arrive encore à se renouveler tout en restant lui même.
Une nouvelle histoire qui parle de l'Irlande et de politique en y ajoutant ce qu'il faut pour qu'on ne s'ennuie pas: une histoire d'amour, de l'humour avec des répliques bien mordantes, des personnages sympathiques ou même ambivalents comme celui du méchant prêtre Sheridan.
Ce qui lui fait faire des films à Loach, ça reste encore la recherche de la justice sociale et filmer un personnage en proie à l'injustice et la bêtise, il sait faire.
ça reste aussi étonnant que les sujets qu'il évoque restent encore d'actualité: le 'dancing' où s'échange le savoir et la culture populaire, c'est un peu internet aujourd'hui. Ou bien les pauvres gens victimes de la crise et mis dehors par des propriétaires jamais inquiétés, un peu comme avec les banques aujourd'hui. Et pour terminer l'homme que l'on condamne à l'expulsion sans lui faire aucun procès. Autant de thèmes propres à faire réagir et réfléchir le spectateur...

Ma note:



Bon film!


Blue ruin

Réalisé par Jeremy Saulnier
Film américain
Avec Macon Blair, Devin Ratray, Amy Hargreaves

L'histoire:

Dwight vie en clochard dans une ville en bord de mer. Mais quand il apprend dans les journaux que l'assassin de ses parents, Karl Cleland, vient de sortir de prison après 20 ans, il décide de retourner dans le village de sa jeunesse pour tuer cet homme. C'est quand il s'aperçoit que le meurtre n'a pas été signalé à la police qu'il commence à comprendre que l'horrible famille Cleland préfère se faire justice elle même, y compris en s'attaquant à la sœur de Dwight et à ses 2 petites filles... La spirale de la violence s'enclenche...



Mon avis:

Une histoire de vengeance à coup de fusil, ça pourrait donner un sacré film d'action. Sauf que là le veugeur a un regard apeuré de Banbi, que malgré ses tentatives il a du mal à se procurer un flingue, et que tout ce qui lui arrive, tous ces morts et cette violence, il semble la subir dans sa chair et dans sa tête. Il reste déterminé, mais rien ne se passe comme ça devrait: il doit s'y reprendre à plusieurs fois, se retrouve réveillé par le moindre bruit pour rien, poursuit un attaquant pour se rebrousser chemin, etc...
Raconter cette histoire de cette façon là, en montrant que tuer ce n'est pas si facile que ça, surtout quand on est comme le héros, un homme banal et perdu au milieu de tout ça, voilà un film qui part d'une bonne initiative.
Pourtant je ne peux pas dire qu'il m'ai passionné pour autant. Je ne sais pas pourquoi il y a quelque chose de prévisible. Peut être que ce personnage est tellement perdu et énigmatique qu'on a du mal à le trouver attachant, à s'identifier à lui (malgré la très bonne performance de l'acteur principal). En tout cas il manque un je-ne-sais-quoi qui fasse que le film sorte du lot.

Ma note:



Bon film!

Dragons 2

Réalisé par Dean DeBlois
Film américain
Avec Jay Baruchel, Cate Blanchett, Gerard Butler

L'histoire:

Après avoir convaincu tout son village viking de prendre des dragons comme animaux de compagnie, et avoir séduit le cœur de la belle Astrid, Harold se voit confronté à un nouveau défi: accepter la proposition de son père de devenir le futur chef du clan. Mais, alors qu'il est parti à la découverte de nouvelles contrées, il tombe sur une équipe de chasseurs de dragons chargés de ramener des bestioles au puissant Drago, qui souhaite former une énorme armée de dragons pour devenir le plus puissant des vikings. N'écoutant que son courage, il décide d'aller voir ce méchant bonhomme pour le persuader de mettre fin à ses projets, mais en route il est capturé par un étrange cavalier masqué vivant sur une île sacrée remplie de dragons qui vivent cachés et en parfait harmonie. Mais qui se cache derrière cet étrange personnage? Inquiet , le père d'Astrid va à la recherche de son fils...



Mon avis:

Cette suite est comme toutes les autres suites de films d'animation: moins enthousiasmant et moins audacieux que le premier, mais quand même distrayant. On essaie d'intégrer de nouveaux personnages bien sûr, sans trop faire de l'ombre au héros mais en éclipsant quand même quelques personnages secondaires. On tente de relancer l'action avec une nouvelle intrigue et on rajoute plein de péripéties pour que le spectateur ne s'ennuie pas, mais au final on a l'impression de rentrer dans une routine car on ne retrouve rien d'aussi fort que dans le premier épisode. Pourtant des films comme Shrek sont arrivés en leur temps à se renouveler à coup de gags et de personnages loufoques. Mais ici ce n'est pas le style de la maison, c'est un peu plus sage alors...
Alors on se laisse aller dans les scènes d'action et de bataille, et aussi par les effets spéciaux et le rendu de l'image, qui sont vraiment saisissants de vérité.

Ma note:




Bon film!





D'une vie à l'autre

Réalisé par Georg Maas
Film allemano-norvégien
Avec Juliane Köhler, Liv Ullmann, Sven Nordin

L'histoire:

1990, au lendemain de la chute du mur de Berlin. Katrine vit heureuse dans une petite ville de Norvège avec sa mère, son mari, sa fille et sa petite fille. Pourtant la vie n'a pas été toujours facile pour elle: elle est née sous l'occupation. Fruit de l'amour entre une norvégienne et un soldat allemand, elle a été volée à sa mère et envoyée dans un orphelinat en Allemagne par les Nazis. Une fois la paix revenue, la RDA n'a pas cherché à rendre ces enfants et ce n'est que dans les années 70 que Katrine a pu revenir en Norvège et retrouver sa mère. Mais alors qu'un groupe de rescapés de l'orphelinat tente de monter un procès pour obtenir réparation auprès de la RDA et du gouvernement de Norvège, Katrine est réticente à se joindre à eux. Peut être est ce parce que Katrine n'est pas celle qu'elle prétend et serait un agent de la Stasi?



Mon avis:

C'est une bonne histoire, qui pose plein de questions et sait ménager un certain suspens en gardant jusqu'à la fin certains secrets. Un scénario efficace, c'est donc un bon début.
Après la réalisation n'est pas toujours inspirée, par exemple avec ses multiples flash backs filmés en "photo argentique". Il manque un je-ne-sais-quoi pour que cela soit vraiment un film inoubliable. Cela ne rend pas service aux acteurs qui sont pourtant très bons.
Néanmoins le sujet du film (inspiré de faits réels) et le tiraillement de son héroïne - qui se sent prise au piège entre ses mensonges et le bonheur de sa famille -, tout cela mérite quand même qu'on aille voir le film.

Ma note:



Bon film!


Xmen days of future past

Réalisé par Bryan Singer
Film américain
Avec Hugh Jackman, James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Patrick Stewart, Ian Mc Kellen, Halle Berry, Ellen Page, Peter Dinklage

L'histoire:

De nos jours: le monde a été anéanti par les sentinelles, des robots chargés de détruire et soumettre en esclavage les mutants et une partie de l'humanité. Tout cela aurait débuté en 1973, quand Bolivar Trask, un scientifique persuadé qu'une guerre entre mutants et humains était proche, est assassiné par Mystique. L'ADN de Mystique aurait été ainsi récupéré afin de créer des robots invincibles. Charles Xavier et son ami maintenant allié Magneto trouvent une solution au problème: grâce au pouvoir d'Etincelle, ils peuvent renvoyer Wolverine en 1973, dans son corps de l'époque, et lui permettre d'empêcher le meurtre. Mais pour cela Logan devra tout d'abord persuader le jeune Xavier - en pleine dépression -  et le Magneto de l'époque de l'aider dans sa quête, ce qui ne sera pas le plus facile...



Mon avis:

Franchement convaincu par ce nouveau film de la série X-men. Bien sûr je ne m'attends pas à revoir reproduits à l'identique tout les personnages et les situations que j'ai découvertes dans mon enfance  et je trouve normal que des destins et des personnages soient changés et redessinés. Mais je retrouve dans ce film la majeure partie de l'intrigue de Days of future past que j'ai d'ailleurs entre les mains en ce moment.
Je regrette quand même que les scénaristes temporisent en se contentant de reprendre les personnages connus sans apporter de nouveaux personnages importants: Serval (enfin je veux dire Wolverine) et le trio Magneto - Xavier - Mystique, dont on a déjà pas mal parlé dans d'autres films. Pourtant il y a plein d'autres personnages avec un destin intéressant dans l'univers X men, et les quelques héros apparaissant dans l'univers du futur (Bishop, Warpath,...) ne semblent apparaître que comme faire valoir. Bon on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a!
(Quel genre de critique est ce là? Akaieric t'es un geek.)
Par rapport aux autres films on sent une volonté de se recentrer sur les rapports humains - peut être à cause de Xmen origins - au détriment de l'action, mais ça donne vraiment de l'intérêt au film. Et puis avec de si bons acteurs ça ne gâche rien.

Ma note:



Bon film!


Qu'est ce qu'on a fait au bon dieu?

Réalisé par Philippe de Chauveron
Film français
Avec Christian Clavier, Chantal Lauby, Ary Abittan, Medi Sadoun, Frédéric Chau, Noom Diawara

L'histoire:

La famille Verneuil est une famille bourgeoise bien franchouillarde: un père gauliste, une mère catho, et quatre ravissante filles. Sauf que... les 3 premières sont allées chercher leur époux dans une nouvelle communauté : un musulman, un juif et un chinois! La cohabitation n'est pas toujours facile, mais on essaie d'éviter les sujets qui fâchent et ça passe plus ou moins bien... Mais quand la petite dernière annonce son futur mariage, on s'attend au pire... et le pire arrive: un africain! (dur dur de faire un résumé politiquement correct)



Mon avis:

Le film part d'une très bonne idée de départ. Une idée originale et prometteuse en tout cas. Et fort heureusement les scénaristes arrivent à tenir la promesse du film jusqu'au bout, en sachant renouveler l'intrigue de façon intelligente: les embrouilles entre beaux frères d'origines différentes, l'arrivée du futur beau père africain qui se trouve être plus raciste et plein de préjugés que le père Verneuil. On est content aussi que l'histoire ne tombe pas dans la simple gaudriole comique et arrive à dépeindre les (nombreux) personnages avec plein d'humanité et de personnalité.
Pour le reste le film n'est pas parfait coté réalisation, mais bon on ne demande pas forcément de l'originalité et de la précision. Juste de passer un bon moment et pour le coup c'est réussi.

Ma note:



Bon film!


The amazing spider-man: le destin d'un héros

Réalisé par Marc Webb
Film américain
Avec Andrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx , Dane Dehaan

L'histoire:

Peter Parker est toujours là, entre sa petite amie Gwen et son job de justicier masqué. Suite à la promesse qu'il a faite au père de Gwen de ne pas la mêler aux affaires de Spider-man, leur relation suit une passe difficile, d'autant plus que la jeune fille est sur le point d'aller étudier en Angleterre. Il est également de plus en plus perturbé par la recherche de la vérité sur son père, dont les travaux pour Osborn international l'avaient mené à découvrir des araignées mutantes aux priorités exceptionnelles. Son ami Harry Osborn justement vient d'hériter de l'entreprise de son père, mais aussi de sa maladie incurable, et son seul remède possible serait de retrouver les résultats des recherches du père de Peter. Spider-man quand à lui va découvrir un nouvel ennemi sur sa route: Max, un jeune homme que personne ne voit mais qui est un grand fan de l'homme araignée, tombe par accident dans un bassin rempli d'anguille électriques mutantes. Il est ressort transformé en Electro, une véritable dynamo vivante affamée d'électricité. Mais quand il rencontrera Spider-man sur sa route, ça va faire des étincelles....



Mon avis:

J'adhère toujours pas au Spider-man nouvelle mouture. C'est toujours aussi long, avec des ficelles scénaristiques un peu lourdes, des dialogues et des situations superficielles, etc...
D'autant plus que dans ce nouvel épisode on tente de faire se croiser plusieurs histoires: Peter recherche la vérité sur ses parents + son ami Harry veut tenter de se guérir de sa maladie mortelle + sa vie sentimentale avec gwen stacy + euh... ah oui le nouveau grand méchant: Electro!
Le combat à Times Square avec celui ci est d'ailleurs l'un des seuls moments du film où on sent qu'ils ont vraiment mis le paquet au niveau de l'action et des effets spéciaux.
Certaines répliques font cliché, certains méchants comme le bouffon avec son rire aussi, et le comportement désinvolte du héros qui laisse filer les méchants juste pour saluer l'un de ses fans ça décrédibilise un peu le tout. C'est bien filmé, bien joué mais voilà peut être un peu prétentieux. on aurait préféré qu'ils fassent plus simple et moins... artificiel.

Ma note:



Bon film!