Wolverine le combat de l'immortel

Réalisé par James Mangold
Film américain
Avec Hugh Jackman, Tao Okamoto, Rila Fukushima

L'histoire:

Hanté par la mort de Jean Grey, la femme qu'il aimait, Logan vit reclus au fin fond d'une forêt. Mais voilà qu'une jeune japonaise espiègle et rebelle, Yukio, vient le chercher. Elle est mandatée par son père adoptif le chef de file de l'empire Yashida, dont le wolverine avait sauvé la vie pendant la guerre à Nagasaki. Il souhaite voir son ami une dernière fois avant de mourir. Mais le vieux Yashida ne veut pas réellement mourir et propose à Logan de lui emprunter le fardeau qu'il porte depuis sa naissance, son immortalité, grâce à l'aide d'une talentueuse scientifique. Logan refuse mais avant de mourir, Yashida lui fait promettre de protéger sa petite fille Mariko, devenue son héritière. En effet, celle ci est déjà la proie à une tentative d'enlèvement par des yakuzas. Logan et elle s'enfuient à Nagasaki, dans le village de naissance de Mariko. Mais Logan n'est plus le même: il ne cicatrise plus comme avant et semble avoir perdu ses pouvoirs de guérison. Il suspecte la scientifique, qui n'est autre qu'une mutante nommée vipère, d'être à l'origine de ses déboires...



Mon avis:

Après toutes les mauvaises critiques entendues ou lues, je m'attendais au pire avec ce film. Il n'est finalement pas si mal. Bon il y a certaines scènes, d'action notamment, vachement tirées par les cheveux: l'opération à cœur ouvert à coup de griffe par exemple, ou bien le combat sur le Shinkansen, ou même les ninjas avec leurs flèches, ou encore... en fait la plupart des scènes de combat frôlent le ridicule.
Mais bon, même si l'intrigue est un peu alambiquée on arrive à suivre sans trop de difficulté et le film est bien réalisé. Je retrouve le Japon que je connais, avec quelques clins d'oeil qui montrent que les scénaristes ne se sont pas contentés d'un Japon de carton pâte. L'histoire n'est pas d'un très grand niveau, mais serait suffisante pour être imprimée en bédé. Par contre la morale de certains personnages, comme le vieux yashida qui agit en traître, est assez loin de l'esprit japonais, où même les yakuzas ont un sens de l'honneur bien particulier.
J'apprécie par contre le fait qu'ils aient laissé le temps à Logan et Mariko de se rencontrer et tomber amoureux, et les acteurs montrer qu'ils sont capables de faire autre chose que des scènes d'action, et des personnages un peu complexes, ce qui là aussi est assez proche de l'esprit des comics.

Ma note:




Bon film!




Pacific rim

Réalisé par Guillermo del Toro
Film américain
Avec Charlie Hunnam, Idris Elba, Rinko Kikuchi

L'histoire:

Dans un futur proche, l'humanité est menacée par de gigantesques monstres, les Kaiju, qui surgissent d'un brèche dimensionnelle et détruisent les villes (godzilaaaa). Pour se défendre, les nations se sont regroupées et ont inventé les Jaeger, des genres de robots géants (gundam?) qui ne peuvent être pilotés que par 2 personnes reliées par lien neuronal, et partagent ainsi leurs souvenirs. Raileigh était de ces pilotes avant que son frère et aussi copilote ne périsse lors d'une mission. C'était il y a 5 ans et le général Pentecost revient le chercher pour piloter à nouveau un Jaeger. La force et la sauvagerie des Kaijus empirant d'année en année, les rangs des Jaeger s'en trouvent diminués et il compte faire une dernière tentative pour se débarrasser des bestioles: faire exploser la brèche dimensionnelle en lui envoyant plusieurs Jaeger bourrés de bombes. Mais encore faut il trouver un nouveau co-pilote à Raileigh. La seule personne qui ferait l'affaire serait Miko, jeune japonaise douée et fille adoptive du général. Mais celui ci la laissera-t-il partir?



Mon avis:

Dés le début du film je n'ai pas pu m'empêcher de penser à un manga. Pourtant ce n'est pas une adaptation de manga mais on voit très bien que les scénaristes ont tout fait pour que ça y ressemble. On y parle même un peu de japonais! L'histoire, les situations, les dialogues, les personnages avec leurs attitudes - entre solitude, leur besoin de reconnaissance et l'esprit de vengeance et d'honneur - cette manière de dramatiser les scènes, etc... jusqu'aux scènes de bataille qui m'ont rappelé Goldorak. Du coup, à force d'être dans l'hommage on bascule très vite dans la copie conforme d'un manga japonais. Pas d'originalité. Pas de surprise. Des dialogues et des personnages stéréotypés et un peu ridicules. Je dirais même que j'ai trouvé ça un peu long vers le milieu, comme quand des scénaristes tentent de raconter en 2h la série de manga qui doit faire 30 épisodes, avec plein de rebondissements qui mériteraient d'être supprimés...
Sinon c'est très bien fait: la réalisation a du punch, les effets spéciaux impressionnants de vérité et les scènes de bataille très prenantes. Mais bon ça reste du shonen (un style de manga destiné aux jeunes garçons ados), ce qui n'est pas mon style de manga préféré...

Ma note:



Bon film!


Le reines du ring

Réalisé par Jean-Marc Rudnicki
Film français
Avec Marilou Berry, Nathalie Baye, André Dussollier, Audrey Fleurot, Corinne Masiero, Isabelle nanty

L'histoire:

Rose vient de sortir de prison. Soucieuse de se réinsérer, elle trouve un job en tant que caissière dans un supermarché du Nord et se fait très vite copine avec les autres caissières: Collette 50 ans et mère de famille sage, Jessica la vamp et Viviane la bouchère. Mais ce qu'elle veut par dessous tout c'est retrouver le coeur de son fils de 10 ans, confié en famille d'accueil. Il est fan de Catch et cela suffit pour donner à Rose l'idée de monter une équipe de catcheuses avec ses copines de caisse. Pour cela, elle va convaincre Richard Coeur de Lion, un ancien catcheur, de les entraîner, et de leur organiser leur première rencontre contre des grosses catcheuses mexicaines. Houla ça va cogner!

Mon avis:

Un bon petit film sympa, avec plein de bonne humeur et sans prise de tête, un film de potes copines, un "Full Monty" à la sauce Ch'nord.
Je pense que ce film a du être autant sympa à faire qu'à regarder, en faisant monter sur le ring toute cette bande d'audacieuses actrices. Le film repose beaucoup sur ses personnages féminins, attachantes dans leur diversité, humaines et touchantes grâce au talent de ses actrices: Rosa Croft la femme à cran, prête à tout pour retrouver son gamin, Wonder Colette en mère de famille trompée, Calamity Jess en croqueuse d'homme amoureuse ou Kill Biloutte (en écrivant ces lignes je viens de comprendre le jeu de mot) la force hard de la nature. Chacune représente une anti héroïne, une vision de la femme qui a raté sa vie mais reste prête à se venger. Même Isabelle Nanty est géniale en caricature de patronne de super marché.
Je me suis bien marré, mais je dois dire le film est aussi réussi par ce qu'il arrive à nous montrer de ces femmes, dans leur subtilité, avec des scènes qui ne sont pas si faciles et naïves que ça.

Ma note:




Bon film!




Monstres academy

Réalisé par Dan Scanlon
Film américain

L'histoire:

Dans le monde des monstres, tous les jeunes gens rêvent de devenir un terrifieur d'enfant, que l'on envoie récupérer l'énergie des cris des enfants réveillés par leur cauchemar la nuit. C'est le rêve de Bob depuis sa plus tendre enfance, et il vient d'intégrer l'une des plus prestigieuses université de monstre du pays. Bien qu'il soit petit et mignon, il est prêt à travailler dur pour devenir le plus terrifiant. Il se trouve tout de suite un ennemi mortel en James P. Sullivan, gros ours descendant d'une longue lignée de grandes terreurs, imbu de lui même et fainéant. Mais lors d'une de leur dispute, ils sont pris en grippe par la doyenne de l'école, qui les vire de l'université tous les deux. Nos 2 amis n'ont plus qu'une solution: monter une équipe pour participer et remporter le grand concours étudiant de la Peur afin de montrer qu'il peuvent réintégrer l'université... mais y'a-t-il une raison d'avoir peur?



Mon avis:

Lorsque j'étais allé voir le premier Monstres et Cie il y a 10 ans, le film était tout de suite devenu mon préféré des chez Pixar. Peut être rejoint par Ratatouille depuis. L'antagonisme entre la mignonne choupinette et la vision d'horreur qu'en avaient les 'monstres', leur panique et le 'détournement' des valeurs habituelles était à la fois très original et propice à tout un ensemble de gags très inspirés.
Il est bien évident qu'ils ne pouvaient réitérer la même recette dans ce second film, et c'est peut être ce qui explique qu'ils aient mis tant de temps avant de mettre une suite en chantier. Mais du coup on a quelque chose qui n'a plus vraiment grand chose à voir avec le premier film: l'histoire est moins originale, le scénario ressemble à celui d'une comédie familiale assez classique comme hollywood peut nous en pondre à la pelle. Je n'ai pas beaucoup ri non plus, les situations étant prévisibles et les nouveaux personnages pas autant décalés que souhaité. Ça manque de déconne tout ça...
Ne reste alors que le plaisir de revoir Bob, dans sa version petit garçon par exemple, assez marrant. mais bon voilà ce film m'a déçu, et m'a juste donné envie de regarder à nouveau le premier.

Ma note:



Bon film!


Frances Ha

Réalisé par Noah Baumbach
Film américain
Avec Greta Gerwig, Mickey Sumner,...


L'histoire:

Frances est une jeune fille un peu gauche et maladroite, qui rêve d'être une chorégraphe reconnue mais ne sait qu'assurer des cours de danse en tant que stagiaire. Mais elle vit heureuse en collocation avec sa meilleure amie Sophie avec qui elle a une amitié fusionnelle. Frances rompt même avec son petit ami quand celui ci lui propose de quitter sa collocation pour venir avec lui. Mais Sophie elle n'a pas les mêmes préoccupations, et quand elle a l'occasion de déménager pour une autre collocation dans un quartier plus luxueux de New York, elle abandonne son amie. Frances part alors à la dérive, cherchant de nouveaux amis et tentant d'oublier Sophie. Mais y arrivera-t-elle?



Mon avis:

Je suis allé voir ce film avec un peu d'appréhension, de peur que ce soit un film trop intello. Bon c'est sûr il l'est un peu, mais finalement c'est une bonne surprise.
Si le film est intello, c'est dans le bon sens du terme. Derrière les turpitudes de son héroïne totalement folle se cache beaucoup de subtilité et d'intelligence. Car en nous montrant cette fille maladroite, incapable de faire un choix et qui panique pour un rien, on nous pose des questions sur ce que c'est de devenir adulte, sur les limites de l'amitié et aussi pourquoi pas... l'homosexualité?
En tout cas moi j'ai trouvé l'amitié style 'gamine de 13 ans', quasi fusionnelle, suivie par la sorte d'errance après la rupture, les tentatives de Frances pour oublier son amie, etc... Tout ça ressemble à une histoire d'amour suivie d'un chagrin d'amour. Et jusqu'au regard final entre les 2 protagonistes, qui fait échos à la description qu'a faite plus tôt l'héroïne de ce qu'elle appelle l'amour: un regard complice au milieu d'un foule. Subtil donc...
Ça donne un film plaisant, qui tente avec plein de petites scénettes d'évoquer son sujet sans en avoir l'air, même si certains pourront trouver que l'action n'avance pas et qu'on fait du sur place. Même si les amies avec qui j'ai vu le film s'attendaient à quelque chose de plus drôle, moi j'ai bien aimé ce film et l'ai trouvé plus sympa que le précédent film du réalisateur - Greenberg - où il y avait également un autre personnage de déboussolé et une atmosphère à la Woody Allen.


Ma note:


Bon film!





World war Z

Réalisé par Marc Forster
Film américain
Avec Brad Pitt, Mireille Enos, Elyes Gabel

L'histoire:

Gerry est un ancien agent de l'ONU, qu'il a quitté pour s'occuper de sa femme et de ses 2 filles. Mais voilà qu'une épidémie de Zombie envahit la planète et se déclenche à vitesse grand V, anéantissant la ville. En 10 secondes chaque personne mordue se transforme en zombie- qui ne cherche qu'à mordre. Réfugié dans un immeuble en compagnie de sa famille, il est secouru par l'un de ses anciens chefs, qui les met en sûreté sur un des bateaux de l'armée américaine. En échange, il lui demande d'aller à l'autre bout du monde à la recherche de l'origine du virus, et trouver un remède. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu...



Mon avis:

Je suis un peu allé voir ce film à reculons (la curiosité l'a emporté) en me disant "encore un film sur une épidémie mondiale de zombies". Et bien force est de constater que je ne me suis pas trompé: encore un film sur une épidémie mondiale de zombies. Bon on essaye quand même de rajouter quelques originalités, comme la façon de filmer les scènes d'action en tremblant tellement vite qu'on ne sait plus ce qui se passe. Ou en y rajoutant un mode "investigation sur l'origine du virus".
Mais à part ça on a vraiment l'impression de voir une resaucée de "28 jours plus tard" avec beaucoup plus de moyens: scènes de zombies envahissant les rues, Brad qui prend un hélico ou un avion pour se rendre en Corée ou en Israël en un claquement de doigt, tout ça pour mener son enquête. Et bien sûr il a une famille à protéger, mais on a préféré l'envoyer à l'autre bout du monde pour relancer l'intrigue.
Si le thème n'est pas original, les grosses ficelles sont trop visibles pour que le film ai vraiment un intérêt. Bon ce n'est pas l'avis de tous le monde apparemment car le film a été applaudi à la fin. Je suis peut être trop exigeant. A moins que les gens aient applaudi les effets spéciaux, très réussis, et qui sont vraiment l'un des seuls points positifs de ce film.


Ma note:



Bon film!



Moi moche et méchant 2

Réalisé par Chris Renaud, Pierre Coffin
Film américain
Avec Steve Carell, Kristen Wiig, Russell Brand

L'histoire:

L'ancien méchant Gru s'est reconverti en adorable papa pour les beaux yeux de ses 3 petites filles. Ils vivent heureux entourés par les farfelus minions dans un quartier résidentiels. Mais Gru est contacté par l'AVL, une organisation de lutte contre le crime, afin de chercher le voleur d'une dangereuse potion capable de transformer n'importe quel petit lapin en animal féroce. Celui ci se cacherait dans un centre commercial. A Gru de l'identifier en la compagnie de Lucy, agent surentraînée dont Gru tombe peu à peu amoureux. Il est presque persuadé que le méchant serait le légendaire El Macho, qui se cacherait sous les traits d'un restaurateur espagnol. Vont ils réussir à l'arrêter en échappant à la poule tueuse?



Mon avis:

Je crois que j'ai préféré ce deuxième film au premier. Comme si les auteurs avaient compris ce qui avait fait le succés du premier et qu'ils avaient décidé d'y mettre encore plus de leurs meilleurs ingrédients: des minions plus délirants et bêtes (encore plus quand ils se transforment en monstres violets), une petite fille tout mimi et des nouveaux personnages un peu toqués (Lucy, future amie de Gru, dans le genre fêlée mais sympa).
Certains moments m'ont fait beaucoup rire, mais en y repensant je me dis que l'on a dépassé le style d'humour accessible aux enfants, par exemple avec la scène de rendez vous raté ou bien quand les petites filles se font attaquer par le monstre violet. Peut être un peu trop subtil pour les plus petits...
Avec un scénario plein de punch et de petits détails drôles et croustillants, une réalisation inventive et techniquement réussie, je pense que c'est un bon film bien fait pour passer un bon moment. Quand on pense que ça a été fait dans les studios Mac Guff en plein centre de Paris!

Ma note:



Bon film!