Trance

Réalisé par Danny Boyle
Film britannique
Avec James McAvoy, Vincent Cassel, Rosario Dawson...

L'histoire:

Simon travaille chez un commissaire priseur, et s'apprête à faire la vente aux enchères d'un célèbre tableau de Goya, quand des ravisseurs jaillissent dans la pièce. Simon fait alors ce qu'il doit faire: mettre le tableau en sûreté dans un coffre fort. Mais Franck, le chef des voleurs, l'en empêche et s'empare du tableau, non sans lui avoir donné un violent coup à la tête. A son réveil, Simon semble avoir un petit trou de mémoire, car en fait il était de mèche avec les voleurs, et il semble qu'au dernier moment il ai subtilisé le tableau, mais il ne sait plus où il l'a mis. Cela a tendance à mettre Franck en colère, qui est prêt à tout pour retrouver le tableau. La torture ne donnant rien, il va faire appel à Elizabeth, une spécialiste de l'hypnose capable de retrouver les souvenirs enfouis dans la tête de Simon. Mais les choses ne sont peut être pas ce qu'elles paraissent...



Mon avis: 

Un thriller psychologique très psychologique et très thriller, avec un scénario qui sait surprendre et jouer avec ce qu'on croit connaitre ou deviner. C'est exactement ce qu'on attend de ce film. Tout s'explique à la fin, et on n'a pas l'impression d'avoir été dupés avec des explications abracadabrantes.
Le style très clipesque de Boyle fonctionne très bien avec ce genre de film, surtout quand on bascule dans l'inconscient du héros, jusqu'à ne plus savoir si c'est le rêve ou la réalité à la fin, au fur et à mesure que le héros bascule dans la folie...
Les acteurs sont aussi parfait chacun dans son rôle: Dawson avec sa voie douce et sa froideur, McAvoy faussement gentil puis finalement de plus en plus tordu, et Cassel qui évite de tomber dans le cliché du méchant gangster. Des rôles originaux en fin de compte.
Ensuite ça manque peut être un peu d'action et de fraîcheur, on est un peu cloîtré dans l'obscurité avec les personnages, et puis par moment on voit les ficelles , surtout avec tout ce qui tourne autour de l'hypnose, qui est une bonne excuse pour manipuler les gens et leur faire faire ce qu'on veut. Un peu facile.
Le film reste quand même très efficace, tout en restant original dans sa mise en scène.

Ma note:



Bon film!




Song for Marion

Réalisé par Paul Andrew Williams
Film britannique
Avec Terence Stamp, Vanessa Redgrave, Gemma Arterton

L'histoire:

Arthur et Marion sont 2 retraités vivant dans une petite ville d’Angleterre. Marion, pleine de vie et de joie, se passionne pour la chorale de personnes âgées dont elle fait partie, et que la jeune prof Elizabeth veut inscrire à un concours de chorales. Mais Arthur, accariate et bougon, ne comprend pas cette passion, d'autant plus que Marion est atteinte d'un cancer grave et que cela la met en danger. Mais alors qu'elle est condamnée, Arthur va peu à peu évoluer et tenter de rendre un dernier hommage à celle qu'il aime en acceptant d'y chanter...





Mon avis:

Alors que je m'attendais à un film plein de joie de vivre et de tendresse, celui ci m'a laissé plutôt une impression de gravité et d'ennui. Car après tout il parle de la mort et de la perte d'un être cher, et pour cela se recentre sur le personnage torturé d'un homme hypocrite au caractère complexe.
De franchement prévisible, on bascule dans les bons sentiments et la mièvrerie, sans qu'on puisse retrouver l'aspect bon enfant et la fraîcheur des comédies sociales britanniques à la Ken Loach. Ça m'a fait penser à un autre film britannique, les virtuoses, où il est question là aussi de musique qui aide les gens à sortir de leur condition, sauf que le film était amplement plus réussi.
Ici même la mise en scène n'est pas très convaincante. Les seuls qui s'en tirent bien sont à mon avis les acteurs principaux: Terence Stamp et Vanessa Redgrave qui forment un couple touchant. Mais bon on a affaire à de grand professionnels...

Ma note:



Bon film!




L'écume des jours

Réalisé par Michel Gondry
Film français
Avec Romain Duris, Audrey Tautou, Gad Elmaleh, Omar Sy, Aïssa Maïga, Charlotte Lebon

L'histoire:

Véritable dandy amateur de Jazz, Colin est riche et vit à l'abri du besoin dans son bel appartement parisien, en compagnie de sa souris et de son avocat-cuisinier, le très serviable Nicolas. Son ami Chick, fan carrément drogué à l'oeuvre du grand écrivain Jean Sol Partre, est tombé amoureux de la jolie Alise. Jaloux, Colin veut lui aussi connaitre l'amour, et le trouve un peu maladroitement dans le joli sourire de Chloé, dont le prénom rappelle une musique de Duke Ellington. Il s'envolent sur leur nuage et se marient dans leur voiture transparente. Mais le temps passe et détruit tout, à commencer par Chloé qui attrape une étrange maladie: un nénuphar lui pousse dans le poumon droit...



Mon avis:

Dés le début du film j'ai été saisi par sa fantaisie et son désir de rester fidèle à la poésie farfelue du livre de Vian. Bon d'un autre côté je suis un gars qui aime la fantaisie, mais l'aspect un peu superficiel du film et l'obstination du réalisateur de mettre en avant chaque petit détail de cet univers surréaliste, à grand renfort d'effets visuels et d'effets spéciaux parfois un peu pourris (image par image, marionnettes, etc...), tout ça au mépris de la clarté du récit, et bin tout ça aurait pu me rebuter mais finalement non.
Dés qu'on se laisse aller à se dire que tout ça est irréel, que c'est un rêve, et qu'on en attend pas plus, on se délecte de chaque trouvaille et on se laisse aller à la poésie fantaisiste du film et à son amateurisme un peu voulu.

J'avoue que je n'ai jamais lu l'oeuvre originale mais ce film m'a donné envie de m'y plonger... je vais attendre un peu d'avoir oublié le film, pour ne pas faire de comparaison...

Ma note:



Bon film!


Upside down

Réalisé par Juan Solanas
Film franco-canadien
Avec Jim Sturgess, Kirsten Dunst, Timothy Spall...

L'histoire:

Un monde séparé en deux mondes qui se font face: celui du haut où tout le monde est riche et beau, et celui d'en bas rempli de pauvres gens exploités. Impossible de passer de l'un à l'autre, et c'est même sévèrement puni. Et pourtant... Quand il était petit garçon, Adam a rencontré Eden tout en haut d'une montagne. Lui est du monde d'en bas et elle d'en haut. Au fil des années, un amour est né jusqu'au jour où ils furent découverts et pourchassés. Violemment blessée à la tête, Eden devient amnésique et Adam la croit morte. Mais 10 ans plus tard, quand il l'aperçoit à la télévision, il n'a qu'une seule envie, aller dans le monde d'en haut pour la rejoindre. Il utilise une potion miracle composée du pollen d'abeille roses, sensé supprimer les rides, pour se faire engager par une multinationale qui fait le pont entre les 2 mondes, et se rapprocher de son rêve. Mais y arrivera-t-il?




Mon avis:

Une bande annonce alléchante  une idée originale propice à la poésie, et de belles images... C'est sûr que certaines images sont très belles, comme les bureaux et leur style 'Brazil', et la vision du ciel éclairé par la ville d'en haut, ou bien les paysages de montagne...
Mais déjà au niveau du scénario c'est un peu n'importe quoi. Des personnages un bâclés, ou qui ne savent pas où ils vont. Moi même le héros avec son sourire de benêt il a finit par m'énerver. Chaque scène semble maladroite, sans intérêt, on dirait qu'il n'y a pas vraiment d'action alors qu'en fait il y en a. Peut être est ce à cause du réalisateur, qui ne semble pas avoir beaucoup de talent pour doser la succession des scènes et qui parfois en fait trop (à grand renfort de musique rock en fond sonore) ou pas assez.
L'histoire s'embrouille et se répète, certains détails totalement inutiles viennent gâcher l'intérêt du spectateur, jusqu'à la chute finale totalement emberlificotée.
C'est beau mais ça sonne faux... dommage.


Ma note:



Bon film!