Je fais le mort

Réalisé par Jean-Paul Salomé
Film français
Avec François Damien, Géraldine Nakache, Lucien Jean-Baptiste

L'histoire:

Ça ne va pas fort pour la carrière d'acteur de Jean Renault: à la recherche d'un cachet, le voilà obligé de faire figurant dans une reconstitution pour la justice. Et il ne met pas tous les atouts de son coté en tentant de draguer une jeune fille dans le train qui le mène à Megève: celle ci n'est autre que la juge chargée de l'affaire, fille très sérieuse et qui est tout de suite dégoûtée par cet homme exubérant et menteur. D'autant plus que l'affaire de triple meurtre qu'ils vont ' remettre en scène' comporte des zones d'ombres insoupçonnées, et Jean qui ne croit pas en la culpabilité du coupable présumé, va tenter de mener sa petite enquête...



Mon avis:

Je m'attendais à mieux avec ce joli petit film: un peu d'originalité, des rebondissements autre que ceux prévisibles, je sais pas...
Bon le résultat est quand même sympa: une comédie romantique avec en toile de fonds une enquête policière... déjà vu. La seule originalité reste l'idée de départ de jeter une caricature d'acteur loufoque dans un monde judiciaire aux règles très strictes, comme un chien dans un jeu de quille.
Sinon la réalisation est soignée et les acteurs convaincants, et les dialogues regorgent à certains moments de répliques bien pensées.
En réfléchissant ça me fait penser à un autre film, Tiptop (toujours avec François Damien), qui raconte aussi une enquête policière, mais avec beaucoup plus de fantaisie et qui malgré ses défauts reste plus attachant que ce film là, qui se laisse quand même regarder...

Ma note:



Bon film!



Le Hobbit: la désolation de Smaug

Réalisé par Peter Jackson
Film néo-zélandais, américain
Avec Martin Freeman, Richard Armitage, Ian McKellen

L'histoire:

Nous retrouvons Bilbo et ses compères nains, toujours en route vers leur montagne ancestrale, d'où ils ont été chassés par Smaug le dragon, qui leur a dérobé la gemme blanche, symbole du pouvoir des nains. Bilbo prend peu à peu plus d'assurance, mais l'anneau magique qu'il cache dans sa poche semble avoir des effets néfastes sur lui. Alors que Gandalf les abandonne pour aller enquêter sur le retour de Sauron le maléfique, nos amis doivent encore traverser la forêt aux araignées et rencontrer les elfes des forêts, puis la ville du lac où une ancienne légende va les mener vers leur montagne chérie... et tout ça avec des orques au cul!



Mon avis:

Je dirais que ce film est dans la continuité du précédent (normal pour une suite mais bon). Il vaut surtout pour ses effets spéciaux et ses scènes d'action, de bagarre et de poursuites acharnées qui sont peut être encore mieux ficelées que pour le premier opus. Sinon pendant le reste du temps ça commence à sentir un peu le bouche trous. Les différentes intrigues secondaires rajoutées dans le récit original ont tendance à embrouiller le récit (l'histoire parallèle avec Sauron, les batailles dans la ville du lac avec l'histoire d'amour entre le nain et l'elfe, etc...), et puis on alterne l'action d'une histoire à l'autre, et à certains moments j'ai eu du mal à suivre.
D'autant plus que le film fait 2h40 au final. Ils auraient pu nous en enlever un peu pour le coup... à moins que cela soit un bricolage scénaristique pour donner l'impression que l'histoire avance alors qu'elle n'avance pas tant que ça, et le film se termine en pleine scène de combat.
Enfin bon je m'y attendais un peu à tout ça donc au final je ne suis pas déçu...

Ma note:



Bon film!


Gravity

Réalisé par Alfonso Cuarón
Film américain
Avec Sandra Bullock, George Clooney, Ed Harris

L'histoire:

La navette spatiale américaine en orbite autour de la terre. Parmi les astronautes en mission, le docteur Ryan Stone et le capitaine Matt Kowalsky, en sortie hors de la navette pour l'installation de modules sur un satellite. Quand soudain, une pluie de déchets s'abat sur eux, détruisant une partie de la navette et expédiant Ryan dans le vide. Inexpérimentée, elle commence à paniquer et à voir sa dernière heure venue, mais Matt va tenter de la récupérer à bord de son siège à propulsion et de la ramener à la navette. Mais même si ils y arrivent, pourront ils en sortir vivant?



Mon avis:

Le premier atout du film c'est d'abord l'originalité de son sujet, et le fait que les scénaristes et réalisateurs n'ont pas essayé d'en faire trop: l'action se situe presque en huis clos (enfin dans l'espace), on entre tout de suite dans le vif de l'histoire, les quelques bribes de la vie personnelle des deux (uniques) personnages sont suggérés et à peine évoqués. Et puis également les effets spéciaux qui sont impressionnants, avec une très grande maîtrise de l'image au service de l'histoire: la caméra, comme les héros, semble être désorientée en apesanteur.
Après ça on pourrait dire quand même qu'avec tous les ennuis qui s'abattent les uns après les autres sur Sandra Bullock, elle a de la chance d'être dans un film hollywoodien et de revenir sur terre en un seul morceau. C'est ce qui fait que le film perd un peu en crédibilité et qu'à force de catastrophes au bout d'un moment on perd un peu patience, et que donc la tension dramatique d'une telle situation finit par très vite retomber. Fort heureusement le film n'est pas très long...

Ma note:



Bon film!


Malavita

Réalisé par Luc Besson
Film américano-français
Avec Robert De Niro, Michelle Pfeiffer, Tommy Lee Jones

L'histoire:

La famille Manzoni débarque dans un village paumé de Normandie. Voilà plusieurs années qu'ils sont cachés par le FBI suite au témoignage de Gio lors d'un procès contre la Mafia. Les ex associés de Gio ont mis sa tête à prix: 2 millions de dollars. Mais malgré la surveillance de l'agent Stanfield, les Manzoni ont de vieilles habitudes tenaces: le jeune Warren alimente des trafics en tout genre et devient le caïd du lycée, sa sœur Belle tabasse des gars un peu trop pressants et tente de séduire un garçon plus âgé, et Gio afin de faire réparer la tuyauterie de la maison dégomme un gars par ci par là. Seule la mère, Maggie, tente d'organiser leur vie pour que tout aille pour le mieux. Mais lorsque Gio trouve une machine à écrire et tente d'écrire ses mémoires, il commence à se pauser des questions sur sa vie...



Mon avis:

Un film assez...correct.
On ne peut pas dire que cela soit le meilleur Besson. Certains aspects du film sont réussis, comme les rapports dans cette famille très spéciale, où les valeurs sont bien particulières mais où transparaît de l'humanité et de l'amour: on n'hésite pas à tuer l'épicier qui vous a vendu du poisson pas frais mais on est gentil avec le voisin lorsqu'il vous parle de ses roses. Robert de Niro, en ex truand qui fait le point sur sa vie, obtient là son meilleur rôle depuis des lustres.
A coté de ça, il y a quelques détails qui gênent un peu, comme la description qui est faite des villageois français: arnaqueurs, moches, bêtes, racistes, ils mangent mal... et les jeunes sont plein de boutons d'acné bien sûr! Bon c'est un peu vrai mais quand même, ce n'est pas avec ça que les repentis vont avoir envie de se réinsérer dans le monde réel! La conclusion du film reste qu'ils sont condamnés à vivre dans leur monde de gangster et que les gens normaux tout autour n'ont que des rôles de figurants... où de victimes!
Et puis aussi, alors que le film se passe dans les années 80-90, tous les français semblent comprendre et parler anglais, y compris dans le trou du cul du monde... un peu irréaliste.
Quand à la scène d'action finale, elle est tout bonnement décevante (Besson aurait-il pris un coup de vieux?).

Donc voilà, ça reste un film sympa mais qui aurait gagné à être mieux.

Ma note:



Bon film!



Neuf mois ferme

Réalisé par Albert Dupontel
Film français
Avec Sandrine Kiberlain, Albert Dupontel, Nicolas Marié, Philippe Uchan

L'histoire:

Ariane est l'une des juges les plus en vue du parquet de Paris. Sérieuse, elle l'est aussi dans sa vie personnelle, s'étant juré de rester célibataire et n'aimant guère s'amuser. Mais voilà que pousse dans son ventre un petit garçon non désiré. En cherchant quel serait le père, elle revient à cette nuit de réveillon où, après avoir trop bu, elle ne se souvient plus de rien. Les analyses ADN de recherche de paternité ne laissent aucun doute: le père est Bob Landon, criminel un peu naïf accusé d'avoir sauvagement démembré et mangé les yeux d'un riche vieillard. Désespérée, Ariane veut à tout prix se débarrasser de l'enfant mais Bob, qui vient de s'échapper de prison, fait irruption chez elle dans le but de demander son aide: il veut prouver son innocence...




Mon avis:

Un sans faute pour ce nouvel opus de Dupontel. On ne peut lui reprocher qu'une chose c'est sa longueur: le film est vraiment trop court. Peut être à cause de la volonté de  raconter ça sous forme de conte l'auteur s'est forcé à faire concis, ne pas en faire trop pour que l'histoire reste simple. De ce fait chaque détail est travaillé: les personnages ne sont pas que des caricatures, ou alors s'ils le sont ils fourmillent de détails truculents. Et certains sont tellement originaux qu'ils sont amenés à rester dans les mémoires, comme l'avocat bègue et maladroit (qui ressemble à un autre médecin adepte de la piqûre du précédent film), le juge taquin amateur de golf, ou même l'inspecteur aux lunettes jaunes et à la tête de con, où le petit vieux sans yeux ni jambes ni bras ni chocolat. Tout ça joué par un casting parfait et des special guests en cameo (Yolande Moreau, Jan Kounen, Garpard Noé, Terry Gilliam, Jean Dujardin,
Chaque scène, chaque image reste efficace, comme pour les scènes prises par caméra de surveillance, où celle de l'échographie qui en même pas une minute nous explique la situation et le désarroi de l'héroïne.
Tout ça bien sûr avec un humour bébête à la Dupontel, qui ne choque même plus tant il est maîtrisé (Ainsi, pour le petit vieux démembré et ézyeuté, il fallait y penser à la thèse du suicide, ou à celle de l'accident) ... et après tout il aurait tort de vouloir faire autre chose que ce qu'il sait faire le mieux : nous faire rire.
"Ne craignez rien, je ne vais pas manger vos yeux!"

Ma note:



Bon film!


Prisoners

Réalisé par Denis Villeneuve
Film américain
Avec Hugh Jackman, Jake Gyllenhaal, Viola Davis...

L'histoire:

Dans la banlieue de Boston, la famille Dover va passer Thanksgiving chez leurs voisins d'en face. Mais voici que les 2 petites filles de chacune des familles disparaissent après avoir joué à coté d'un camping car qui stationnait dans la rue. Le conducteur est assez vite retrouvé par l'inspecteur Loki en charge de l’enquête: c'est un jeune homme un peu attardé qui vit seul chez sa tante. Il a un comportement étrange mais pas possible d'en tirer quoi que ce soit il faut le relâcher. Mais Keller Dover, le père de la petite fille, ne l'entend pas de cette oreille. Persuadé que le jeune homme sait où sont les filles, il le kidnappe et veut le torturer pour lui faire avouer son crime. De son coté, Loki mène l'enquête qui va le mener vers d'autres pistes encore plus inquiétantes...



Mon avis:

Au début le film aborde le sujet sur un ton très réaliste, grâce à certaines scènes très crues, de bonnes idées, des personnages tourmentés et des acteurs très talentueux, Jackman en tête. C'est peut être pour ça que quand vers la fin le film tend à redevenir un thriller classique on a tendance à penser à une arnaque, et c'est bien dommage car c'est peut être pour ça que je ne mettrais pas 4 étoiles sur 5. Avec un peu de jugeote on recolle les morceaux de l'intrigue en plein milieu du film, il ne reste plus qu'aux personnages à suivre la bonne piste.
Et puis à bien y réfléchir le truc du principal suspect kidnappé et torturé ça prend pas mal de place dans le film, sans que cela avance réellement. Ça paraîtrait même un peu long si ce n'était pas entrecoupé de scènes concernant les enquêtes du jeune inspecteur. On voit quand même quelques ficelles comme celles ci, même si la volonté du réalisateur de noircir le film et de le rendre moins superficiel fait que ça reste un bon film, et assez malin par moments.

Ma note:



Bon film!

 

Ma vie avec Liberace

Réalisé par Steven Soderbergh
Film américain
Avec Michael Douglas, Matt Damon, Dan Aykroyd , Scott Bakula, Rob Lowe

L'histoire:

Scott est un jeune garçon au passé difficile qui fréquente les milieux gays. Lors d'une virée à Las Vegas, il est obnubilé par le show de l'ancienne célébrité le pianiste Liberace. Personne ne le sait mais derrière son habit à paillette, ses bagues en or et sa cape en sybelline, Liberace est aussi de la jaquette et va faire tout son possible pour séduire Scott. Il va entièrement prendre le jeune homme sous son aile, et peu à peu va se construire entre eux une relation presque fusionnelle et étrange, qui les mènera peut être à leur perte?



Mon avis:

Au début, on a vraiment l'impression d'être dans un remake de "La cage aux folles", tellement l'accent est mis sur la follitude des personnages. Ça fait quand même pas mal rire et sourire tout au long du film, les caricatures comme celle du chirurgien esthétique ou le kitch des paillettes et des shorts moulants. Et cette atmosphère de Las Vegas qui fait penser au film de Scorcese avec ses personnages perdus entre l'argent, le sexe et la drogue. Le scénario va au plus profond de l'intimité des deux amants, à qui on finit par s'attacher, et où l'on voit peu à peu que ce qui les lie correspond à un véritable amour, comme bien d'autres couples peuvent le vivre: la découverte, la fusion, la routine, la dispute, la lassitude...
Jusqu'à ne plus être étonné de voir Matt Damon et Michael Douglas se rouler une pelle en gros plan.
Tout ça brillament filmé par Soderbergh et avec deux acteurs principaux épatants, surtout Douglas qu'on a du mal à imaginer dans ce rôle mais qui est tellement parfait qu'on se dit qu'on ne le verra plus comme avant après ce film.

Ma note:




Bon film!


Et voici le vrai Liberace:


Blue jasmine

Réalisé par Woody Allen
Film américain
Avec Alec Baldwin, Cate Blanchett, Sally Hawkins

L'histoire:

Jasmine quitte sa vie New yorkaise pour aller quelque temps chez sa soeur Ginger, à San Fransisco. Les 2 soeurs ne se ressemblent guère: Ginger est caissière et vit une vie simple avec son petit ami mécanno. Jasmine, elle, a partagé sa vie avec l'un des pontes de wall street. Sauf que celui ci, Hal, était un escroc et qu'après s'être fait arrêter il s'est suicidé en prison. Désespérée et ruinée, Jasmine a entamé un long processus de dépression, et elle parle parfois même toute seule dans la rue, répétant les frasques de sa vie d'avant. C'est donc une femme au bout du rouleau, qui n'arrive pas à tourner la page, qui débarque dans la vie de Ginger. Jasmine arrivera-t-elle à redresser la pente? Et quelle influence aura-t-elle sur la vie tranquille de Ginger?



Mon avis:

Que dire si ce n'est que c'est encore un excellent film?
Étonnant de voir qu'après toutes ces années Woody Allen arrive toujours à trouver l'inspiration et à faire quelque-chose d'original, qui ne ressemble à aucun autre de ses films tout en conservant son style et ses thèmes favoris (le nervous breakdown, la réussite professionnelle, la recherche de l'amour...). Il emploie tout son talent pour qu'on ne s'ennuie pas un moment dans son film, alors qu'en fait l'action ne progresse pas tant que ça, avec l'idée aussi d'utiliser les flashbacks, qui participent au basculement de l'héroïne dans la folie comme autant d'hallucinations qui viennent la hanter.
Ça fonctionne encore mieux quand le réalisateur trouve un acteur ou une actrice pour magnifier ses personnages. Et il en a trouvé une en la personne de Cate Blanchett, qui campe une fleur de jasmin pleine d'énergie, auquel on a du mal à s'identifier mais qui est assez attachant tout en restant antipathique. Spécial...
On peut quand même regretter que le personnage de Ginger interprété par Sally Hawkins ne prenne pas plus d'importance dans l'intrigue, tant l'actrice est elle aussi très douée...

Ma note:



Bon film!



Riddick

Réalisé par David Twohy
Film américain
Avec Vin Diesel, Karl Urban, Katee Sackhoff

L'histoire:

Suite à un traquenard, Riddick termine à moitié mort sur une planète des plus inhospitalière. Mais il en faut plus pour abattre ce gars là et il est vite remis sur pied. Il arrive à déjouer les scorpions d'eau géants et adopte même un chien loup sauvage. Mais l'orage qui arrive ne lui plait guère. Il trouve une base abandonnée et diffuse sur les ondes sa face de rat, recherché mort ou vif dans toute la galaxie. La réponse ne se fait pas attendre: une équipe de chasseurs de prime débarque à sa recherche ainsi qu'une autre équipe d'hommes armés aux intentions plus obscures. Riddick va donc roder autour de leur camp, tenter d'en tuer deux ou trois avant de s'emparer de l'un de leurs vaisseaux et s'enfuir... ou presque!



Mon avis:

Mouais... Le genre de film traquenard. Aguicheur mais qui va en fait puiser ses idées et ses effets dans les autres films, surtout alien d'ailleurs, allant jusqu'à se parodier lui même: la scène où Riddick se trouve menotté face à ses ennemis et leur annonce qu'il va se libérer d'ici 2 minutes et en massacrer un ou 2, ils auraient même pu prendre la même scène sur les rushs du premier épisode de la série et faire un simple copier coller (c'est peut être ce qu'ils ont fait?). Et puis le gars qui se sort de tout, guérit de tout... t'as un pieu venimeux qui te transperce le coeur mon gars? T'inquiètes pas ça va passer... Ou encore les monstres qui attaquent juste quand c'est utile au scénario.
On emprunte tellement aux effets classiques des séries B qu'on voit arriver les choses et qu'on se dit "ils ne vont pas oser nous reservir ça?" Et bien oui ils osent. Avec en plus une petite scène d'intro toute magouillée pour recoller les morceaux avec le film précédent...
Le seul intérêt du film reste l'image , avec de bons effets spéciaux (le chien par exemple est très réaliste) et une lumière crépusculaire assez sympa.


Ma note:




Bon film!



Les Miller, une famille en herbe

Réalisé par Rawson Marshall Thurber
Film américain
Avec Jennifer Aniston, Jason Sudeikis, Will Poulter, Casey Mathis

L'histoire:

La quarantaine et toujours célibataire, autant dire que David est peinard, d'autant plus qu'il fait un boulot qu'il adore: dealer de la marijuana. Mais voilà que suite à une altercation avec des voyous il se fait déposséder de tous son stock. Le voilà dans la m..., car il doit beaucoup d'argent à son fournisseur, le chef du coin Brad. Pour le rembourser, Brad lui propose d'aller convoyer un gros paquet d'herbe lors d'un voyage de l'autre coté de la frontière mexicaine. Sans avoir trop le choix, David a alors une idée géniale: recruter une fausse famille et l'embarquer dans un camping car, ainsi personne ne les soupçonnera. Pour son 'fils', ce sera le gamin de la voisine, un garçon un peu benet. Sa 'fille' sera une gamine qui vit dans la rue de petits larcins. Et pour faire son 'épouse', il pense à sa voisine Rose la strip teaseuse, avec qui il ne s'entend pas vraiment mais qui devrait faire l'affaire. Tout semble être en place... mais est il si facile de jouer à la famille modèle?


Mon avis:

Oui je sais: quand on va voir ce genre de film il faut laisser son cerveau au vestiaire. C'est justement ce dont j'avais besoin ce soir.
Bon je n'ai pas ri autant que ce à quoi je m'attendais, donc je suis un peu déçu. Peut être que certains gags étaient trop prévisibles ou trop tirés par les cheveux. On cherche par tous les moyens à nous faire rire, sans subtilité et en sacrifiant un peu les personnages, et ça se voit un peu trop, "know wha I'm say'in?"
Je ne dirais pas que j'ai passé un mauvais moment. C'est un film sympa mais bon à part le gag de la mygale qu'on voyait dans la bande annonce, aucun gag ne restera dans les annales. En plus j'ai trouvé que c'était mal filmé.
Je ne sais pas pourquoi l'idée de ce road movie iconoclaste me faisait penser à "Little Miss Sunshine", film qui est plus attachant et n'essaie pas d'aligner les gags tout en restant tout aussi drôle... et réussi.

Ma note:



Bon film!


Le majordome

Réalisé par Lee Daniels
Film américain
Avec Forest Whitaker, Oprah Winfrey...

L'histoire:

C'est l'histoire (vraie soit disant) de Cecil Gaines, élevé dans les champs de coton du sud et qui trouvera son salut en devenant majordome dans les hôtels, où il sera remarqué pour venir travailler à la maison blanche au service du président. Il va donc être le témoin privilégié des différents maîtres du monde, de Hoover à Reagan, jusqu'à Obama qu'il rencontrera en personne. Obligé de voir les décisions prises par des blancs sans prendre partie, il sera par contre confronté dans sa vie privée aux décisions politiques de son temps quand son fils Louis s'engagera au péril de sa vie dans le mouvement des droits civiques, contre l'avis de Cecil qui souhaite par dessus tout éloigner ses enfants du danger. Et il aura besoin de l'amour de son épouse pour surmonter les épreuves...



Mon avis:

Un bon conseil si vous allez voir ce film: n'oubliez pas vos mouchoirs. A la fin on aurait dit un véritable concert. Voilà donc un film qui joue sur les sentiments, et sur le talent de ses deux acteurs principaux, qui sont formidables même si Forest fait toujours presque la même tête.
Sinon quoi dire si ce n'est que c'est un scénario des plus classique mais efficace, qui connait son sujet et le met en valeur. Un peu comme dans Forrest Gump ( en moins drole quand même), on voit l'amérique évoluer à travers les yeux d'un 'negro' dont la vie est coupée en deux: la façade qu'il arbore sur son lieu de travail, parmi les blancs, et sa vie de famille, déchirée par toute les inégalités infligées aux noirs, y compris à la maison blanche où ils sont moins bien payés que les blancs. Encore une fois les atrocités, toujours aussi révoltantes, ne nous sont pas épargnées.
Dés qu'on a compris l'idée de base du film on a tout compris de ce qu'il va se passer. Sauf que c'est bien fait, avec en plus le sceau "inspiré d'une histoire vraie" qui ne nous laisse qu'une seule solution à la fin: verser notre petite larme...

Ma note:



Bon film!



Tiptop

Réalisé par Serge Bozon
Film français
Avec Isabelle Huppert, Sandrine Kiberlain, François Damiens...

L'histoire:

A Villeneuve, dans la banlieue de Lille, le corp d'un indic d'origine algérienne vient d'être découvert. Il a vraisemblablement été vendu par un gars de la brigade. Esther lafarge, experte de la police des polices, est envoyée pour enquêter sur les lieux, en compagnie de sa timide nouvelle assistante, Sally. Avec énergie, elles se chargent de secouer tout le monde, y compris Virginie l'épouse de l'indic assassiné. L'inspecteur Robert Mendes, le contact de celui ci, se sent également sur la sellette, et tente de protéger son nouvel indicateur le lunatique Younès, de la curiosité des deux fouineuses...



Mon avis:

Au premier coup d'oeil, et pendant une bonne partie du film, je n'ai pas pu m'empêcher de penser au cinéma d'Aki Kaurismäki: quelque chose d’intentionnellement maladroit, des acteurs presque débutants qui jouent de façon un peu gênée, des scènes d'action un fantaisistes, des détails ou anecdotes qui prennent plus d'importance qu'ils ne le devraient, des scènes trop longues, etc...
La volonté du réalisateur à faire un film faussement raté est pour beaucoup dans l'humour complètement décalé qu'il dégage. J'aime bien ça. Les personnages sont ridicules et attachants dans leurs manies candides, Huppert en tête qui campe un personnage vraisemblablement dérangé, et François Damien avec ses tirades à deux balles.
Bon au final le film n'a pas la classe et la tenue d'un film de Kaurismäki, et finit par tourner en rond, ce qui lui donne quelque longueurs (dommage), mais je dirais que c'est une bonne tentative de faire quelquechose d'original avec un humour différent et décalé.

Ma note:




Bon film!


Magic magic

Réalisé par Sebastián Silva
Film américain
Avec Michael Cera, Juno Temple, Emily Browning

L'histoire:

Alicia est une jeune américaine timide qui vient passer des vacances avec sa cousine Sara qui vit au Chili. A peine débarquée, elle rejoint Sara, son petit ami Augustin, sa soeur la très froide Barbara, et leur ami américain Brink, garçon extraverti et à l'humour désagréable. Les voilà tous partis pour la maison de vacances coincée au fond d'une vallée perdue, loin de tout. Mais Sara est obligée de partir et ne les rejoindra que plus tard. Seule avec ces étrangers qu'elle ne connait pas, dans ce pays inconnu, Alicia se sent de plus en plus mal à l'aise, et n'arrive pas à trouver le sommeil. Les événements vont s’enchaîner et peu à peu l'amener à perdre la tête...




Mon avis:

Un film très malin et un scénario très précis: tous les éléments sont en place pour distiller une atmosphère malsaine et mener l'héroïne vers la schizophrénie: un environnement froid et hostile, des personnages maladroits et peu compréhensifs, qui parlent une langue étrangère, des circonstances inhabituelles. La cerise sur le gâteau reste la fin du film, qui ne va pas là où on s'y attendrait, ou plutôt là où iraient les autres films habituels sur le sujet. Un film qui cherche donc l'originalité, sans en faire trop, en reprenant les codes déjà connus et en les revisitant de façon plus véridique, plus crue. Les acteurs sont très bons, mais avec du recul le film reste un peu brouillon.
Je suis allé voir ce film au hasard, sans savoir de quoi il parlait, et généralement pris par surprise je suis toujours très indulgent dans ces conditions. C'est peut être le cas ici, en tout cas j'ai bien aimé ce film.

Ma note:




Bon film!




Le dernier pub avant la fin du monde

Réalisé par Edgar Wright
Film britannique
Avec Simon Pegg, Nick Frost, Paddy Considine, Martin Freeman, Eddie Marsan

L'histoire:

En 1990, 5 jeunes copains plein d'avenir décident de se faire une dernière beuverie avant de quitter leur ville natale: le tour classique des 12 pubs de la ville. Mais suite aux turpitudes de la nuit, ils ne peuvent mettre fin à leur tournée, qui devait se terminer par le bien nommé pub 'World's end'. 20 ans après chacun a fait sa vie, mais Gary King le petit chef, continue à vivre dans le passé et décide de réunir la bande afin de reprendre et terminer la soirée qu'il considère comme la plus importante de toute sa vie. Une fois sur place, les rapports sont difficiles entre les anciens potes qui ont tous plus ou moins évolué. D'autant plus que leur ville natale semble avoir pas mal changée, et peut être plus qu'ils ne le pensent: ils s’aperçoivent que tous les habitants ou presque ne sont peut être pas humains, et légèrement hostiles.



Mon avis:

Bof... Une raison de plus de ne pas aimer la bière.
Tout d'abord l'idée des extraterrestres robot à sang bleu (et pas très solides) on y croit pas du tout. Bon d'un autre côté c'est une comédie donc c'est pas fait pour être cru, mais quand on voit les soucis que se sont donnés les scénaristes pour trouver une logique à tout ça, avec l'idée du réseau et des faux gentils aliens venus améliorer la race humaine, et puis que tout ça est rendu si peu crédible par plein d'incohérence, ben ça enlève tout intérêt au film. Dans le même genre, je préfère 'Voisins du 3ème type', ou même la soupe aux choux, ou encore le gendarme et les extraterrestres (d'ailleurs le film copie pas mal d'idées du film avec De Funès).
Après j'avoue que ça m'a pas vraiment fait rire, je me suis limite ennuyé avec les successions de bagarres - très bien filmées cela dit - mais qui se répètent. et bon je ne sais pas pourquoi je n'ai pas vraiment adhéré.
J'ai quand même quelques point positifs, avec le personnage brillamment interprété par Simon Pegg, éternel loser shooté à l'adrénaline et horriblement désespéré, et puis aussi quelques répliques et tournures de phrase bien trouvées.


Ma note:




Bon film!



Kick ass 2

Réalisé par Jeff Wadlow
Film américain
Avec Aaron Taylor-Johnson, Christopher Mintz-Plasse, Chloë Grace Moretz, Jim Carrey

L'histoire:

Nous retrouvons le jeune Dave après qu'il ai défrayé la chronique sous son identité de super héros masqué Quick ass. Depuis 2 ans il a fait des émules et un certains nombre de farfelus masqués se baladent en ville à la recherche du crime. Il souhaiterait lui aussi reprendre du service mais ne veut plus être seul. Il pense d'abord à Hit girl, mais la jeune fille de 15 ans, qui a vécu toute son enfance à combattre le crime, a fait le vœux d'abandonner le masque pour redevenir une fille 'normale'. Elle est aidée en cela par son père adoptif et par Lyndsy, la cheftaine du lycée. Kick ass finit par trouver des amis super héros qui se réunissent autour du charismatique colonel Stars and stripes pour former une nouvelle équipe: Justice Forever! Mais Jack, l'ancien Red Mist, dont le père a été tué par Kick Ass dans le premier film, décide une bonne fois pour toute de devenir un super vilain et de se venger: il deviendra Motherfucker, et cherchera toute une bande de super méchants pour faire régner la terreur. L'affrontement est inévitable...



Mon avis:

Je ne sais pas trop quoi dire (aurais je perdu la main?)...
Je ne me rappelle pas ce que j'avais éprouvé lorsque j'avais vu le premier film mais ça devait être à peu près la même chose que ce que j'ai éprouvé là: d'une part c'est intéressant de voir la fascination des jeunes pour les héros costumés, leur manque de popularité qu'ils tentent de combler via facebook et en revêtant un costume. Cela donne un arrière goût de second degré avec des personnages un peu minables. Et puis le scénario n'est pas mal fait, l'action se déroule de façon fluide et logique. J'ai pas vraiment rit mais bon l'ambiance du film est sympa.
D'autre part je regrette toujours autant que les héros ne cessent de répéter "Nous ne sommes pas das une comic, c'est la vraie vie" et que le film ressemble si peu à la vraie vie, mais plutôt à un de ces films hollywoodien tout propret et prévisible.
Jim Carrey, qui joue dans le film, a par la suite critiqué sa violence gratuite et c'est vrai qu'il y a un peu une surenchère de violence: on casse des jambes, on trucide des pauvres voyous à la pelle. Et ça parait un peu faux, mais au final le film se laisse regarder... et de toute façon je ne m'attendais pas à mieux que Kick Ass 1 alors...


Ma note:




Bon film!


Elysium

Réalisé par Neill Blomkamp
Film américain
Avec Matt Damon, Jodie Foster, Sharlto Copley

L'histoire:

Dans le futur, les plus riches ont abandonné la terre à la pollution et à la misère pour se réfugier dans une station spatiale géante, Elysium. Tandis que sur la terre, les pauvres vivent exploités par les droïdes, sans espoir d'aller un jour à Elysium. Max est l'un d'entre eux, et lorsqu'il était enfant il s'était fait la promesse d'un jour y aller faire un tour et d'y emmener son amie Frey. Mais le voilà exploité comme les autres dans une usine de droïdes. Quand suite à un accident du travail il se retrouve irradié et qu'il n'a plus que 5 jours à vivre, il sait ce qu'il lui reste à faire: se rendre à Elysium par tous les moyens, car il s'y trouve de simples machines qui peuvent le guérir en moins de 5 minutes. Pour cela il va voir le caïd de la pègre locale, qui lui propose un marché: participer au kidnapping d'un richissime milliardaire et lui voler ses souvenirs en les téléchargeant dans le cerveau de Max. En échange il permettra à Max d'aller se soigner en haut. Il lui donne également un exosquelette capable de lui redonner un peu de force. Mais ce qu'ils ignorent c'est que dans le cerveau de l'homme qu'ils vont kidnapper il y a beaucoup plus que quelques numéros de compte en banque...



Mon avis:

Le point positif de ce film c'est qu'il y a un vrai désir du réalisateur d'apporter de nouvelles idées, de faire les choses à sa manière, même si le thème abordé ici n'est qu'un resaucée du mythique Métropolis de Fritz Lang.
Ainsi les gens d'en bas ont des airs de mexicano, et on parle français chez les gens d'en haut. Certains personnages secondaires ont aussi leur originalité à eux, par exemple le méchant Kruger qui a tout d'un sadique à moitié fou mais  qui ne ressemble à aucun autre des cinglés connus du cinéma américain. On ne tombe pas dans la facilité et beaucoup de détails de l'histoire sont peaufinés et on y sent la joie des scénaristes à imaginer un monde nouveau et original.
Néanmoins certaines grosses ficelles du scénario se voient un peu trop (la subite résurrection du méchant qui se fait tout de suite greffer un exosquelette pour se battre contre notre héros, le fait que les vaisseaux pirates puissent se poser sur Elysium avec autant de facilité, etc...) et rendent le résultat un peu faux. Et puis on a un peu l'impression que les scènes d'action sont mises en avant au dépens de certaines scènes dramatiques un peu bâclées.

Ma note:



Bon film!



Dans la tête de Charles Swann 3

Réalisé par Roman Coppola
Film américain
Avec Charlie Sheen, Jason Schwartzman, Patricia Arquette , Bill Murray, Katheryn Winnick...

L'histoire: 

 Le célèbre graphiste Charles Swann traverse un douloureuse crise: sa petite amie Ivana vient de le quitter et il ne pense qu'à elle. Et cela l'emmène dans de drôles de mésaventures: le voilà à l'hopital suite à un accident de voiture, et il aurait un problème de coeur. Et ce n'est pas son meilleur ami Kirby, ni sa soeur Izzy, ni son comptable Saul qui pourront le sortir de son désarroi...



Mon avis: 

 Je suis allé voir ce film en pensant qu'il s'agissait d'un film de Coppola père, et ce n'est qu'en voulant écrire ces lignes que je me suis aperçu de ma méprise. C'est vrai que le style du fiston ressemble franchement à celui du père, et que l'époque qu'il évoque (les années 70) est l'époque pendant laquelle Francis Ford avait débuté en tant que jeune réalisateur. Ca donne un peu au film l'aspect d'un film hommage.

L'histoire n'a que peu d'intérêt, et le réalisateur laisse libre cours à son imagination. Seule compte l'ambiance détendue et cool, quitte à imaginer des scènes toute droit sorties de l'imaginaire du héros: scène d'enterrement à la Fred Astaire, comboys et indiennes amazones... On a l'impression que le réalisateur a plus recherché à réunir des éléments emblématiques d'une époque pleine de fraicheur( les seventies), avec de la bonne musique en fond sonore, des personnages qui se mouvent dans des voitures et des vêtements improbables et surtout... de jolies filles sexy! On pense un peu à du Fellini, surtout avec des thèmes pareils. Ou encore à Proust, puisque que le nom de Charles Swann est emprunté à du coté de chez Swann.

Bon si on se laisse entrainer dans ses délires on passe un bon moment sans prise de tête. Mais j'ai vu au moins 4 ou 5 spectateurs quitter la salle au bout de 15 minutes de film (peut être qu'ils s'attendaient à une comédie bien rigolote et tout... enfin bon).


Ma note: 



 Bon film!


Wolverine le combat de l'immortel

Réalisé par James Mangold
Film américain
Avec Hugh Jackman, Tao Okamoto, Rila Fukushima

L'histoire:

Hanté par la mort de Jean Grey, la femme qu'il aimait, Logan vit reclus au fin fond d'une forêt. Mais voilà qu'une jeune japonaise espiègle et rebelle, Yukio, vient le chercher. Elle est mandatée par son père adoptif le chef de file de l'empire Yashida, dont le wolverine avait sauvé la vie pendant la guerre à Nagasaki. Il souhaite voir son ami une dernière fois avant de mourir. Mais le vieux Yashida ne veut pas réellement mourir et propose à Logan de lui emprunter le fardeau qu'il porte depuis sa naissance, son immortalité, grâce à l'aide d'une talentueuse scientifique. Logan refuse mais avant de mourir, Yashida lui fait promettre de protéger sa petite fille Mariko, devenue son héritière. En effet, celle ci est déjà la proie à une tentative d'enlèvement par des yakuzas. Logan et elle s'enfuient à Nagasaki, dans le village de naissance de Mariko. Mais Logan n'est plus le même: il ne cicatrise plus comme avant et semble avoir perdu ses pouvoirs de guérison. Il suspecte la scientifique, qui n'est autre qu'une mutante nommée vipère, d'être à l'origine de ses déboires...



Mon avis:

Après toutes les mauvaises critiques entendues ou lues, je m'attendais au pire avec ce film. Il n'est finalement pas si mal. Bon il y a certaines scènes, d'action notamment, vachement tirées par les cheveux: l'opération à cœur ouvert à coup de griffe par exemple, ou bien le combat sur le Shinkansen, ou même les ninjas avec leurs flèches, ou encore... en fait la plupart des scènes de combat frôlent le ridicule.
Mais bon, même si l'intrigue est un peu alambiquée on arrive à suivre sans trop de difficulté et le film est bien réalisé. Je retrouve le Japon que je connais, avec quelques clins d'oeil qui montrent que les scénaristes ne se sont pas contentés d'un Japon de carton pâte. L'histoire n'est pas d'un très grand niveau, mais serait suffisante pour être imprimée en bédé. Par contre la morale de certains personnages, comme le vieux yashida qui agit en traître, est assez loin de l'esprit japonais, où même les yakuzas ont un sens de l'honneur bien particulier.
J'apprécie par contre le fait qu'ils aient laissé le temps à Logan et Mariko de se rencontrer et tomber amoureux, et les acteurs montrer qu'ils sont capables de faire autre chose que des scènes d'action, et des personnages un peu complexes, ce qui là aussi est assez proche de l'esprit des comics.

Ma note:




Bon film!




Pacific rim

Réalisé par Guillermo del Toro
Film américain
Avec Charlie Hunnam, Idris Elba, Rinko Kikuchi

L'histoire:

Dans un futur proche, l'humanité est menacée par de gigantesques monstres, les Kaiju, qui surgissent d'un brèche dimensionnelle et détruisent les villes (godzilaaaa). Pour se défendre, les nations se sont regroupées et ont inventé les Jaeger, des genres de robots géants (gundam?) qui ne peuvent être pilotés que par 2 personnes reliées par lien neuronal, et partagent ainsi leurs souvenirs. Raileigh était de ces pilotes avant que son frère et aussi copilote ne périsse lors d'une mission. C'était il y a 5 ans et le général Pentecost revient le chercher pour piloter à nouveau un Jaeger. La force et la sauvagerie des Kaijus empirant d'année en année, les rangs des Jaeger s'en trouvent diminués et il compte faire une dernière tentative pour se débarrasser des bestioles: faire exploser la brèche dimensionnelle en lui envoyant plusieurs Jaeger bourrés de bombes. Mais encore faut il trouver un nouveau co-pilote à Raileigh. La seule personne qui ferait l'affaire serait Miko, jeune japonaise douée et fille adoptive du général. Mais celui ci la laissera-t-il partir?



Mon avis:

Dés le début du film je n'ai pas pu m'empêcher de penser à un manga. Pourtant ce n'est pas une adaptation de manga mais on voit très bien que les scénaristes ont tout fait pour que ça y ressemble. On y parle même un peu de japonais! L'histoire, les situations, les dialogues, les personnages avec leurs attitudes - entre solitude, leur besoin de reconnaissance et l'esprit de vengeance et d'honneur - cette manière de dramatiser les scènes, etc... jusqu'aux scènes de bataille qui m'ont rappelé Goldorak. Du coup, à force d'être dans l'hommage on bascule très vite dans la copie conforme d'un manga japonais. Pas d'originalité. Pas de surprise. Des dialogues et des personnages stéréotypés et un peu ridicules. Je dirais même que j'ai trouvé ça un peu long vers le milieu, comme quand des scénaristes tentent de raconter en 2h la série de manga qui doit faire 30 épisodes, avec plein de rebondissements qui mériteraient d'être supprimés...
Sinon c'est très bien fait: la réalisation a du punch, les effets spéciaux impressionnants de vérité et les scènes de bataille très prenantes. Mais bon ça reste du shonen (un style de manga destiné aux jeunes garçons ados), ce qui n'est pas mon style de manga préféré...

Ma note:



Bon film!


Le reines du ring

Réalisé par Jean-Marc Rudnicki
Film français
Avec Marilou Berry, Nathalie Baye, André Dussollier, Audrey Fleurot, Corinne Masiero, Isabelle nanty

L'histoire:

Rose vient de sortir de prison. Soucieuse de se réinsérer, elle trouve un job en tant que caissière dans un supermarché du Nord et se fait très vite copine avec les autres caissières: Collette 50 ans et mère de famille sage, Jessica la vamp et Viviane la bouchère. Mais ce qu'elle veut par dessous tout c'est retrouver le coeur de son fils de 10 ans, confié en famille d'accueil. Il est fan de Catch et cela suffit pour donner à Rose l'idée de monter une équipe de catcheuses avec ses copines de caisse. Pour cela, elle va convaincre Richard Coeur de Lion, un ancien catcheur, de les entraîner, et de leur organiser leur première rencontre contre des grosses catcheuses mexicaines. Houla ça va cogner!

Mon avis:

Un bon petit film sympa, avec plein de bonne humeur et sans prise de tête, un film de potes copines, un "Full Monty" à la sauce Ch'nord.
Je pense que ce film a du être autant sympa à faire qu'à regarder, en faisant monter sur le ring toute cette bande d'audacieuses actrices. Le film repose beaucoup sur ses personnages féminins, attachantes dans leur diversité, humaines et touchantes grâce au talent de ses actrices: Rosa Croft la femme à cran, prête à tout pour retrouver son gamin, Wonder Colette en mère de famille trompée, Calamity Jess en croqueuse d'homme amoureuse ou Kill Biloutte (en écrivant ces lignes je viens de comprendre le jeu de mot) la force hard de la nature. Chacune représente une anti héroïne, une vision de la femme qui a raté sa vie mais reste prête à se venger. Même Isabelle Nanty est géniale en caricature de patronne de super marché.
Je me suis bien marré, mais je dois dire le film est aussi réussi par ce qu'il arrive à nous montrer de ces femmes, dans leur subtilité, avec des scènes qui ne sont pas si faciles et naïves que ça.

Ma note:




Bon film!




Monstres academy

Réalisé par Dan Scanlon
Film américain

L'histoire:

Dans le monde des monstres, tous les jeunes gens rêvent de devenir un terrifieur d'enfant, que l'on envoie récupérer l'énergie des cris des enfants réveillés par leur cauchemar la nuit. C'est le rêve de Bob depuis sa plus tendre enfance, et il vient d'intégrer l'une des plus prestigieuses université de monstre du pays. Bien qu'il soit petit et mignon, il est prêt à travailler dur pour devenir le plus terrifiant. Il se trouve tout de suite un ennemi mortel en James P. Sullivan, gros ours descendant d'une longue lignée de grandes terreurs, imbu de lui même et fainéant. Mais lors d'une de leur dispute, ils sont pris en grippe par la doyenne de l'école, qui les vire de l'université tous les deux. Nos 2 amis n'ont plus qu'une solution: monter une équipe pour participer et remporter le grand concours étudiant de la Peur afin de montrer qu'il peuvent réintégrer l'université... mais y'a-t-il une raison d'avoir peur?



Mon avis:

Lorsque j'étais allé voir le premier Monstres et Cie il y a 10 ans, le film était tout de suite devenu mon préféré des chez Pixar. Peut être rejoint par Ratatouille depuis. L'antagonisme entre la mignonne choupinette et la vision d'horreur qu'en avaient les 'monstres', leur panique et le 'détournement' des valeurs habituelles était à la fois très original et propice à tout un ensemble de gags très inspirés.
Il est bien évident qu'ils ne pouvaient réitérer la même recette dans ce second film, et c'est peut être ce qui explique qu'ils aient mis tant de temps avant de mettre une suite en chantier. Mais du coup on a quelque chose qui n'a plus vraiment grand chose à voir avec le premier film: l'histoire est moins originale, le scénario ressemble à celui d'une comédie familiale assez classique comme hollywood peut nous en pondre à la pelle. Je n'ai pas beaucoup ri non plus, les situations étant prévisibles et les nouveaux personnages pas autant décalés que souhaité. Ça manque de déconne tout ça...
Ne reste alors que le plaisir de revoir Bob, dans sa version petit garçon par exemple, assez marrant. mais bon voilà ce film m'a déçu, et m'a juste donné envie de regarder à nouveau le premier.

Ma note:



Bon film!


Frances Ha

Réalisé par Noah Baumbach
Film américain
Avec Greta Gerwig, Mickey Sumner,...


L'histoire:

Frances est une jeune fille un peu gauche et maladroite, qui rêve d'être une chorégraphe reconnue mais ne sait qu'assurer des cours de danse en tant que stagiaire. Mais elle vit heureuse en collocation avec sa meilleure amie Sophie avec qui elle a une amitié fusionnelle. Frances rompt même avec son petit ami quand celui ci lui propose de quitter sa collocation pour venir avec lui. Mais Sophie elle n'a pas les mêmes préoccupations, et quand elle a l'occasion de déménager pour une autre collocation dans un quartier plus luxueux de New York, elle abandonne son amie. Frances part alors à la dérive, cherchant de nouveaux amis et tentant d'oublier Sophie. Mais y arrivera-t-elle?



Mon avis:

Je suis allé voir ce film avec un peu d'appréhension, de peur que ce soit un film trop intello. Bon c'est sûr il l'est un peu, mais finalement c'est une bonne surprise.
Si le film est intello, c'est dans le bon sens du terme. Derrière les turpitudes de son héroïne totalement folle se cache beaucoup de subtilité et d'intelligence. Car en nous montrant cette fille maladroite, incapable de faire un choix et qui panique pour un rien, on nous pose des questions sur ce que c'est de devenir adulte, sur les limites de l'amitié et aussi pourquoi pas... l'homosexualité?
En tout cas moi j'ai trouvé l'amitié style 'gamine de 13 ans', quasi fusionnelle, suivie par la sorte d'errance après la rupture, les tentatives de Frances pour oublier son amie, etc... Tout ça ressemble à une histoire d'amour suivie d'un chagrin d'amour. Et jusqu'au regard final entre les 2 protagonistes, qui fait échos à la description qu'a faite plus tôt l'héroïne de ce qu'elle appelle l'amour: un regard complice au milieu d'un foule. Subtil donc...
Ça donne un film plaisant, qui tente avec plein de petites scénettes d'évoquer son sujet sans en avoir l'air, même si certains pourront trouver que l'action n'avance pas et qu'on fait du sur place. Même si les amies avec qui j'ai vu le film s'attendaient à quelque chose de plus drôle, moi j'ai bien aimé ce film et l'ai trouvé plus sympa que le précédent film du réalisateur - Greenberg - où il y avait également un autre personnage de déboussolé et une atmosphère à la Woody Allen.


Ma note:


Bon film!





World war Z

Réalisé par Marc Forster
Film américain
Avec Brad Pitt, Mireille Enos, Elyes Gabel

L'histoire:

Gerry est un ancien agent de l'ONU, qu'il a quitté pour s'occuper de sa femme et de ses 2 filles. Mais voilà qu'une épidémie de Zombie envahit la planète et se déclenche à vitesse grand V, anéantissant la ville. En 10 secondes chaque personne mordue se transforme en zombie- qui ne cherche qu'à mordre. Réfugié dans un immeuble en compagnie de sa famille, il est secouru par l'un de ses anciens chefs, qui les met en sûreté sur un des bateaux de l'armée américaine. En échange, il lui demande d'aller à l'autre bout du monde à la recherche de l'origine du virus, et trouver un remède. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu...



Mon avis:

Je suis un peu allé voir ce film à reculons (la curiosité l'a emporté) en me disant "encore un film sur une épidémie mondiale de zombies". Et bien force est de constater que je ne me suis pas trompé: encore un film sur une épidémie mondiale de zombies. Bon on essaye quand même de rajouter quelques originalités, comme la façon de filmer les scènes d'action en tremblant tellement vite qu'on ne sait plus ce qui se passe. Ou en y rajoutant un mode "investigation sur l'origine du virus".
Mais à part ça on a vraiment l'impression de voir une resaucée de "28 jours plus tard" avec beaucoup plus de moyens: scènes de zombies envahissant les rues, Brad qui prend un hélico ou un avion pour se rendre en Corée ou en Israël en un claquement de doigt, tout ça pour mener son enquête. Et bien sûr il a une famille à protéger, mais on a préféré l'envoyer à l'autre bout du monde pour relancer l'intrigue.
Si le thème n'est pas original, les grosses ficelles sont trop visibles pour que le film ai vraiment un intérêt. Bon ce n'est pas l'avis de tous le monde apparemment car le film a été applaudi à la fin. Je suis peut être trop exigeant. A moins que les gens aient applaudi les effets spéciaux, très réussis, et qui sont vraiment l'un des seuls points positifs de ce film.


Ma note:



Bon film!



Moi moche et méchant 2

Réalisé par Chris Renaud, Pierre Coffin
Film américain
Avec Steve Carell, Kristen Wiig, Russell Brand

L'histoire:

L'ancien méchant Gru s'est reconverti en adorable papa pour les beaux yeux de ses 3 petites filles. Ils vivent heureux entourés par les farfelus minions dans un quartier résidentiels. Mais Gru est contacté par l'AVL, une organisation de lutte contre le crime, afin de chercher le voleur d'une dangereuse potion capable de transformer n'importe quel petit lapin en animal féroce. Celui ci se cacherait dans un centre commercial. A Gru de l'identifier en la compagnie de Lucy, agent surentraînée dont Gru tombe peu à peu amoureux. Il est presque persuadé que le méchant serait le légendaire El Macho, qui se cacherait sous les traits d'un restaurateur espagnol. Vont ils réussir à l'arrêter en échappant à la poule tueuse?



Mon avis:

Je crois que j'ai préféré ce deuxième film au premier. Comme si les auteurs avaient compris ce qui avait fait le succés du premier et qu'ils avaient décidé d'y mettre encore plus de leurs meilleurs ingrédients: des minions plus délirants et bêtes (encore plus quand ils se transforment en monstres violets), une petite fille tout mimi et des nouveaux personnages un peu toqués (Lucy, future amie de Gru, dans le genre fêlée mais sympa).
Certains moments m'ont fait beaucoup rire, mais en y repensant je me dis que l'on a dépassé le style d'humour accessible aux enfants, par exemple avec la scène de rendez vous raté ou bien quand les petites filles se font attaquer par le monstre violet. Peut être un peu trop subtil pour les plus petits...
Avec un scénario plein de punch et de petits détails drôles et croustillants, une réalisation inventive et techniquement réussie, je pense que c'est un bon film bien fait pour passer un bon moment. Quand on pense que ça a été fait dans les studios Mac Guff en plein centre de Paris!

Ma note:



Bon film!


Star trek into darkness

Réalisé par J.J. Abrams
Film américain
Avec Chris Pine, Zachary Quinto, Benedict Cumberbatch

L'histoire:

Le capitaine Kirk et tout son équipage doivent faire face à un terrible ennemi, John Harrison, terroriste qui fait sauter l'un des QG de l'organisation et tente d'en assassiner les dirigeant. Pour mettre un terme à ses agissements, l'amiral Marcus charge l'équipage de l'enterprise de se rendre à la limite de la galaxie Klingon où se cacherait Harrison et de le descendre à l'aide de 72 torpilles spéciales et ultra secrètes. Mais mr Spock, fidèle ami de Kirk, tente de le persuader de ramener le terroriste sur terre pour le juger. Tout cela n'est pas très clair, mais nos amis ne savent pas encore qui John Harrison et ce que contiennent réellement les 75 torpilles...



Mon avis:

Je ne sais pas pourquoi je suis déçu par tous les films que je vois au cinéma en ce moment. Pas que j'en attendais grand chose de celui ci, mais bon...
Déjà j'accroche pas trop à l'univers militaire et propret de Star trek. Ensuite je trouve l'intrigue un peu tape à l’œil. On dirait juste le scénario d'un épisode de la série qu'on aurait étiré à 2h10 en y ajoutant plein de rebondissements et des personnages nouveaux. Ça pour sûr on ne s'ennuie pas, on est quand même un peu fatigué par autant de scènes d'action qui paraissent toutes être la dernière alors qu'il y en a un autre après.
Les grosses ficelles des superproductions hollywoodiennes se voient vraiment un peu trop, malgré les efforts du réalisateur, très habile mais quand même, pour donner un peu de l'intérêt à chaque séquence. Certains clichés (comme l'agonie de Kirk, la bataille truquée entre les 2 vaisseaux, etc...) sonnent vraiment un peu faux.
Si on fait abstraction de tout ça on passe un bon moment mais bon, comme je le dis au début, je suis un peu difficile à satisfaire en ce moment...

Ma note:




Bon film!