Blanche-neige et le chasseur

Réalisé par Rupert Sanders
Film Américain
Avec Kristen Stewart, Chris Hemsworth, Charlize Theron...

L'histoire:

Vous connaissez cette histoire: il était une fois une princesse nommée Blanche neige, dont la mère meurt et le père épouse un ravissante femme qui est en fait une sorcière. Pour celle ci, seule sa beauté et le pouvoir compte, et après avoir assassiné son époux de roi elle fait régner la terreur sur le royaume, enferme la petite dans un cachot et vampirise des jeunes vierges pour pouvoir rester toujours la plus belle (avec le miroir et tout). Devenue adulte, la princesse s'échappe et cherche à rejoindre la rébellion menée par le duc Hammond, chez qui l'attend le prince William qui l'aime depuis l'enfance. Mais elle se perd dans la forêt noire et la reine fait alors appel à un chasseur pour la retrouver. Une fois sa tache accomplie, celui ci change d'avis et décide de sauver la belle brune et de l'accompagner dans les mondes enchantés, pleins de fées et de nains qui chantent...



Mon avis:

J'en attendais pas grand chose de ce film... et j'ai eu ce que j'attendais: pas grand chose.
L'idée était déjà saugrenue, mais la manière dont ils tentent de rendre plus 'réaliste et adulte' le conte n'est pas vraiment convaincante. Ça reste naïf, parfois à la limite du ridicule.
Les acteurs sont pourtant sincères, avec Teron qui s'égosille à crier sa haine à tout bout de champ, Stewart qui verse ses petites larmes, et Hemsworth avec son regard sérieux d'homme fort. Mais ça reste un film qui sonne faux, avec bien sûr plein de références au film Disney (ou au conte initial): la pomme, le baiser, les oiseaux et les écureuils, etc... Ça fait limite sourire... à moins que cela soit du second degré?
Sans parler du plagiat de Princesse Mononoke, avec la rencontre du cerf blanc.  Et le personnage de Blanche neige, sensée être pure et innocente, qui finit par se transformer en véritable Jeanne d'Arc avec son armure!
Ce film reste donc un pur produit d'Hollywood: bien filmé, plein de combats et d'effets spéciaux, avec des acteurs connus, mais qui sonne quand même un peu creux...

Ma note:




Bon film!

De rouille et d'os

Réalisé par Jacques Audiard
Film franco-belge
Avec Marion Cotillard, Matthias Schoenaerts, Armand Verdure...

L'histoire:

Ali déboule à Antibes avec son fils de 5 ans. Il est sans le sou et obligé de voler pour les nourrir. Il y est accueilli par sa soeur et son beau frère qui acceptent de l'héberger. Il vit de petits boulots, n'est pas très malin mais aime surtout le sport et les combats de full contact auxquels il participe. Et quand il tombe un soir en boite  sur la jolie Stéphanie, il lui laisse son numéro à tout hasard. Stéphanie est dresseuse d'orque, mais sa vie change dramatiquement quand lors d'un accident ses 2 jambes sont arrachées par les orques. Elle pense sa vie foutue mais ne verra son salut que dans l'amitié d'Ali qu'elle appelle un soir. Drôle d'amitié...



Mon avis:


Bon là, c'est sûr, c'est quand même du Audiard! Le gars nous a habitué à des films de qualité.
Un truc poignant, abordant des thèmes prenants, des personnages auxquels on s'identifie, qui se cherchent et à qui il arrive plein de malheurs. Tout cela filmé avec beaucoup de précision, d'ingéniosité et de talent. Chaque détail semble travaillé et retravaillé et au final ça paye.
Il y a quand même moins de tension que dans "Le prophète", puisqu'il s'agit là d'une histoire d'amour et que le film se passait alors cloîtré en prison. Mais le jeu des acteurs est phénoménal, et l'histoire d'amour bien qu'invraisemblable au départ devient vite touchante et prend vie, sans que cela fasse fleur bleue (loin de là, il y a quand même pas mal de scènes très crues).
Ce qui est étonnant aussi, c'est de voir comment le réalisateur cultive son credo de film en film: comme dans "De battre mon coeur s'est arrêté", ou "Le prophète", on a le parcours initiatique d'un homme qui cherche à se retrouver, on a aussi un background social assez pauvre, la musique assez présente, et comme dans son précédent film il donne sa chance avec succès à un acteur inconnu, et puis ces titres où on se demande où il va les chercher...
Enfin bref... que du bon pour une fois!

Ma note:




Bon film!

Quand je serai petit

Réalisé par Jean-Paul Rouve
Film français
Avec Jean-Paul Rouve, Benoît Poelvoorde, Arly Jover, Miljan Chatelain, Miou-miou, Claude Brasseur...

L'histoire:

Mathias, la trentaine, marié et père d'une jeune ado, croise un petit garçon dont le visage lui rappelle son propre visage à 10 ans. Obsédé par cette image, il part à sa recherche et découvre que ce garçon a les même nom et prénom que lui, que ses parents sont également les sosies de ses propres parents, y compris dans leur métier  et  leurs attitudes, sauf qu'ils habitent tous Dunkerque. Délaissant sa famille à Paris, Mathias va alors tout faire pour s'approcher de cette famille qui ressemble à celle de son enfance, devenir leur ami. Cela est d'autant plus douloureux pour lui que son père est décédé quand il avait 10 ans, l'age qu'a son double d'aujourd'hui. L'histoire va-t-elle se répéter?



Mon avis:

J'ai trouvé ce film assez maladroit, surtout dans sa manière de filmer cette histoire assez originale (mais casse gueule quand même). Il se veut poétique sans l'être complètement, et un peu confus dans sa manière de raconter et d'aborder les sujets. En tout cas c'est le ressenti que j'en ai.
L'auteur s'évertue à rendre simple et banale cette histoire, sans ajouter le mystère qui pourrait éveiller notre curiosité. Certains moments d'émotion, de nostalgie que l'on s'attendrait à éprouver ici m'ont totalement laissé de glace. Peut être que le fait de s'être choisi lui même dans ce rôle d'adulte à la recherche de son passé n'était pas une bonne idée (je le trouve peu convaincant), ou alors peut être parce qu'il n'utilise pas assez sa caméra pour parler et montrer les choses.
Mais au final j'ai l'impression que c'est une volonté du réalisateur de rester dans la retenue et la dignité, c'est peut être ce qui fait que le film reste sympathique, ne cherchant pas à en faire trop, mais qui en fait peut être un peu trop peu.

Ma note:



Bon film!


Madagascar 3

Réalisé par Eric Darnell, Tom McGrath, Conrad Vernon
Film Américain
Avec Ben Stiller, Chris Rock, David Schwimmer...

L'histoire:


Alex le lion, Marty le zèbre, Gloria l'hippo, Melvin la girafe, d'anciens animaux du zoo de New York, sont coincés dans les steppes africaines, en compagnie du roi Julien. Ils sont sans nouvelles des pingouins et chimpanzés, partis chercher de l'argent pour les ramener en Amérique. Ils décident de débarquer dans les casinos de Monaco, pour sermonner leurs amis qui les ont oublié. Mais ils tombent sur... Chantal Dubois, policière monégasque spécialisée dans l'attrapage d'animal sauvage, et qui rêve de placarder une tête de lion au dessus de son lit. Celle ci est coriace et nos amis lui échappent de justesse en se réfugiant dans le train d'un cirque. Ils sont plus ou moins chaleureusement accueillis par les animaux du cirque, qui rêvent de retrouver leur gloire passée en impressionnant un riche manager américain, afin de se produire aux USA. L'occasion pour les 4 compères de regagner leur zoo natal! Mais avant cela, il faudra créer un nouveau spectacle de toute pièce et tenter à nouveau d'échapper à Chantal...






Mon avis:

Ouais... cool... Madagascar égal à lui même. Pas facile de trouver quelque chose d'original, pour faire table rase en 10 minutes des 2 épisodes précédents et faire débouler à toute vitesse nos 4 zigottos (+ le roi et ses valets + les pingouins + les singes) dans un univers nouveau pour eux, avec des animaux et de nouvelles aventures, tout en donnant l'impression de faire avancer le schmilblick.
Cette fois ci c'est le tour du cirque, avec en toile de fond un nouveau continent, l'Europe. L'action se situant loin des steppes et de la jungle, les humains sont de plus en plus présents dans l'histoire, rendant toute véracité du sujet de plus en plus impossible (des animaux qui jouent au casino et achètent un cirque, et qui font du trapèze... mouais). Bon de toute façon le style Madagascar c'est de faire dans le déjanté alors ce n'est pas très gênant. Et cela permet de rajouter un personnage humain très caricatural ( et qui n'a d'ailleurs plus grand chose d'humain): Chantal Dubois, chasseuse frenchie aux dents longues.
Le truc en plus c'est la fin du film, où les héros s’aperçoivent que le home sweet home qu'ils recherchaient depuis 3 films n'était plus vraiment leur priorité. On a donc bien l'impression de boucler une boucle (sauf que déjà on en avait l'impression lors des 2 autres films... enfin bon on verra au prochain).
Bon bien sûr comme toute suite, ce film là est moins inventif, moins frais que le premier film de la série mais je trouve qu'ils ont quand même réussi à relancer le truc et à me faire passer un bon moment.


Ma note:





Bon film!


Prometheus

Réalisé par Ridley Scott
Film américain
Avec Michael Fassbender, Charlize Theron, Noomi Rapace, Idris Elba, Guy Pierce...

L'histoire:

Nous sommes en 2094 (déjà? J'ai pas vu le temps passer). Les professeurs Shaw et Holloway ont découvert en plusieurs endroits de la planète des signes archéologiques désignant un système solaire trop éloigné du notre pour qu'il soit connu des anciens. Ils pensent donc à l'existence d'extra terrestres qui seraient peut être à l'origine de l'espèce humaine. Ils convainquent un richissime et vieux milliardaire, Weyland, de financer une coûteuse expédition vers la planète dont ils pensent venir ces signaux. Ils sont accompagnés dans leur expédition de tout un équipage, avec à sa tête la très autoritaire Vickers et l'androïde David. Une fois arrivés sur la planète recherchée, ils découvrent les ruines d'un immense bâtiment qui ne contient que des squelettes autour d'un autel au visage humanoïde. Mais personne ne se doute que le danger rode, et que peut être David et Vickers n'ont pas donné le véritable but caché de l'expédition...



Mon avis:

Après l'avoir vu, je crois que je peux dire que ce film est un peu une supercherie: on nous promet un truc plus spirituel, subtil et compliqué, et qui relance le genre, mais déjà au bout de 30 minutes on a notre dose de serpents, de zombies qui sautent partout, de tête qui explose, d'hommes en flammes tout en se terminant par une pieuvre géante. Et je ne parle pas de la scène d'avortement à l'agrafeuse, où je me suis pensé "What the...?".
Je pense que s'il ne s'imbriquait pas aussi bien avec la série des aliens, ce film n'aurait pas grand intérêt: pas vraiment original, ce qu'il raconte est un agglomérat de plein de choses déjà vues dans d'autres films du genre (Alien 1 et 2 bien sûr, avec une petite pointe de 2001 l'odyssée).
Bon, ceci dit c'est bien fait: il y a des personnages intéressants, comme celui du robot ambigu ou bien la cheftaine froide et insensible, et tous interprétés par des acteurs talentueux. Et après tout ce n'est pas désagréable de revivre les émotions des précédents opus, même si on a par moment l'impression de voir un copie conforme.

Ma note:



Bon film!

Moonrise Kingdom

Réalisé par Wes Anderson
Film américain
Avec Bruce Willis, Edward Norton, Bill Murray, Frances McDormand, Tilda Swinton, Jared Gilman, Kara Hayward...

L'histoire:

1965, sur une petite île au large de la nouvelle Angleterre, le jeune Sam , orphelin et détesté de ses camarades, disparaît du camp de boy-scout où il passe ses vacances. Il va rejoindre Suzy, sa petite amie, adolescente à problèmes qui vit de l'autre coté de l’île entourée par des parents qui ne se parlent plus. Ils fuguent tous les 2 au milieu de la forêt pour vivre leur amour naissant. Le chef scout Ward, en compagnie de sa troupe et du chef de police Sharp, vont partir a leur recherche, mais ce qu'ils ne savent pas c'est qu'une tempête se prépare...


Mon avis:

Je n'ai jamais apprécié à 100% les films de Wes Anderson. A chaque fois j'éprouvais un certain malaise entre son style très ludique et enfantin, et l'univers qu'il décrivait qui était à chaque fois un univers d'adulte avec des problèmes d'adulte. Au premier coup d'oeil on aurait dit une comédie sauf que ça n'en était jamais complètement une. De plus sa façon très détachée et distante de filmer  et de raconter des histoires était parfois difficile à suivre.
Et bien pour une fois, avec cette histoire là, pour ce film là, je trouve que tout s'agence bien. On se retrouve transporté dans le monde rose bonbon et jaune kaki de ces enfants, dans un monde attachant, et le style d'Anderson colle très bien avec cet univers là. Le film est très visuel, très musical (musique d'époque).
Une histoire d'amour toute simple, où on se croirait comme dans ces romans pour enfants, style 'Le club des cinq', où des jeunes gens plein de courage et d'intelligence défient des dangers qu'aucun adulte ne pourrait affronter (dans le film aussi la plupart des adultes ne sont que des incapables, sauf ceux qui comme le chef Ward et le chef scout finissent par s'identifier aux enfants). Tout cela dans un décor des années 60 et un humour décalé et kitch à souhait...
Un film qui fait du bien...

Ma note:



Bon film!