The descendants

Réalisé par Alexander Payne
Film américain
Avec George Clooney, Shailene Woodley, Amara Miller

L'histoire:

Matt King, avocat à Hawaii est le descendant d'une vieille famille tribale pour laquelle il est en train de conclure la vente d'un gigantesque terrain, héritage de leurs ancêtres. Mais sa vie bascule: à la suite d'un accident, sa femme se retrouve dans le comas et il doit se réconcilier avec ses 2 filles de 10 et 17 ans, pour lequel il a du mal à assumer son rôle de père. Mais alors que le moment de la mort de celle qui l'aime approche, il s’aperçoit que tout n'était pas si simple et que celle ci avait un amant...


Mon avis:

Dés les premières minutes du film, où on entend la voix de Clooney parler sur un fond de guitare à la "jeux interdits", on se dit "ouh... je sens venir le film gentillet!". C'est vrai que l'histoire en elle même mériterait d'être traitée sur un ton intimiste, et c'est d'ailleurs ce que peut être le réalisateur a cru faire sauf que... avec un personnage un peu pataud, et un ton qui hésite entre le drame intimiste et la comédie sarcastique, on finit au bout d'un moment à ne plus savoir si il faut rire ou pleurer. Plusieurs exemples: quand Matt se trouve en face de l'amant de sa femme et que celui ci agit de façon stupide, ou encore quand la petite fille troublée garde un album de photo de sa mère sur son lit d'hopital en pensant ainsi devenir une photographe célèbre, ou encore le petit ami de la jeune fille qui les suit partout et fait des grosses vannes...
C'est vrai que dans la vie souvent des situations tragiques viennent se teinter d'anecdotes, mais là dans un film je pense que cela ne fait que prendre de la distance par rapport à l'action. Le film manque de poésie pour être vraiment touchant, et la réalisation semble trop distante. J'ai eu du mal à être 'dans la tête' du héros, et à éprouver de la compassion, malgré un Clooney vraiment parfait mais à qui le réalisateur ne semble pas faire confiance. Je l'ai nettement trouvé plus présent dans des films comme 'The american' ou 'In the air'. Les autres acteurs sont également assez doués(la fille du héros, l'amant, le père...).
Bref... si vous avez bien compris j'ai été un peu déçu par ce film.

P.S.: Je sais pas pourquoi mais ça m'a fait penser à 'Paris Texas', de Wim Wenders. Un autre film intimiste avec de la guitare en bande originale... mais amplement plus réussi!

Ma note:


Bon film!


La colline aux coquelicots

Réalisé par Goro Miyazaki
Film japonais

L'histoire:

Ume est une jeune fille qui vit dans une petite ville côtière du Japon. Sa mère est souvent en voyage et son père est un marin décédé pendant la guerre de Corée. En son honneur, tous les matins, elle hisse des drapeaux marins dans le jardin de la pension pour jeunes filles dont elle s'occupe. Elle va aussi au lycée du coin, où elle rencontre Shun. Ce jeune homme tente de sauver le "quartier latin", la vieille maison d'association des élèves condamnée à être détruite. Quand Ume propose de nettoyer et remettre à neuf la vieille bâtisse, des liens se tissent peu à peu entre Shun et elle. Mais le passé et un secret bien caché va faire obstacle à leur amour naissant...


Mon avis:

Bon, c'est sûr: l'histoire de ce film n'est pas aussi originale que celles dont nous avait habitué les studios Ghibli. Une histoire un peu mélo, aussi simple qu'un téléfilm à l'eau de rose.
Et pourtant, avec beaucoup de talent, on nous invite dans ce Japon des années 60, avec ses moeurs très polies et respectueuses. Avec toujours cet humour bienveillant, ces jeunes gens un peu naïfs et drôles dans leur simplicité. Là on reconnait la "patte" Miyazaki. L'histoire est bien racontée, on nous dévoile petit à petit tous les éléments de l'énigme et du passé de Ume et Shun, sans trop en faire. Et surtout l'ambiance perdue de cette époque rendrait n'importe qui nostalgique, même si suis né bien des années après. La chanson 'Sukiyaki' de Kyu Sakamoto , qu'on entend dans le film, est à mon avis 'la' chanson nostalgique japonaise par excellence. Quand aux dessins et décors, ils sont toujours aussi superbes...
Je pense que le choix d'une histoire comme celle là, qui se passe dans le monde réel, est fait exprès pour montrer que l'on peut raconter en dessins animés autre chose que des histoires de lutins et sorciers, mais que du coup ça rebute un peu les fans. Le 'tombeau des lucioles' était dans ce sens plus réussi. C'est vrai que c'est autre chose ici, et ça n'empêche pas que j'ai passé un très bon moment avec ce film...

PS: Et je ne comprends toujours pas pourquoi ce film s'appelle "la colline aux coquelicots".

Ma note:

Bon film!




Sherlock Holmes 2: Jeu d'ombres

Réalisé par Guy Ritchie
Film américain
Avec Robert Downey Jr., Jude Law, Noomi Rapace, Rachel McAdams, Jared Harris, Stephen Fry, Kelly Reilly...

L'histoire:

A la veille de son mariage avec la belle Mary, Watson rend visite à son ami Sherlock, afin de fêter avec lui son enterrement de vie de garçon. Mais celui ci est sur la piste d'un groupe terroriste impliqué dans des attentats pouvant bien déclencher une guerre entre la France et la Prusse. Faute de pouvoir convaincre son ancien compère de le suivre dans ses aventures, il sauve la vie de Simza la gitane, qui va le mener sur la piste du cerveau de toute l'affaire: Moriarty, professeur d'université réputé mais aussi dangereux maître du crime. Moriarty va lui même refonder le duo en tentant d'assassiner Watson pendant sa lune de miel. Mais les 2 justiciers ne vont pas se laisser faire et tenter de déjouer ses plans: direction Paris!


Mon avis:

On pourrait s'attendre à ce qu'un réalisateur aussi talentueux que Ritchie n'ai pas vraiment envie de revenir sur ses pas et refaire à nouveau le même film... et pourtant! Il n'y a pas beaucoup de différences entre ce film là et le premier: bien sûr ce n'est pas la même histoire mais on retrouve un même humour, les même scènes d'actions survoltées, les même scènes de déductions à la Holmes filmées en retour arrière, les scènes de combat au ralenti, même les personnages n'ont pas vraiment évolué. Et moi j'ai eu toujours le même plaisir à voir ce film. Ni plus ni moins.
On laisse les personnages là où on les avait trouvé, on ne cherche pas à faire plus spectaculaire, ni plus original. Le premier film était déjà original dans son cocktail mélangeant action, humour et énigmes policières. Même recette donc, mais toujours aussi bien réalisée, et donc on ne s'en lasse pas.
Et après tout il n'y a pas à en rougir: Arthur Conan Doyle avait lui aussi inventé une recette qu'il a reproduite au fil des romans, sans que ça ne lasse non plus ses lecteurs...


Ma note:


Bon film!



A dangerous method

Réalisé par David Cronenberg
Film Anglo-Germano-Canado-Suisse
Avec Keira Knightley, Michael Fassbender, Viggo Mortensen

L'histoire:

Le professeur Jung, psychiatre adepte de Freud, officie dans un hôpital Suisse. Son épouse, jeune femme distinguée, attend leur premier enfant. Il se passionne pour Sabina Spielner, jeune patiente souffrant de crises d'hystérie avec laquelle il décide d'utiliser les méthodes de son mentor. La psychanalyse semble fonctionner. Mais alors que ce succès devrait lui permettre de se rapprocher de Freud, il prend peu à peu ses distances et finit par succomber aux charmes de Sabina, quitte à mettre en péril tous les règles établies...


Mon avis:
En premier lieu j'ai été touché par le jeu des acteurs, Knightley tout de suite impressionnante en malade névrosée, Fassbender en un Jung trop sage, et Mortensen méconnaissable en Freud Paternaliste et antipathique. Et tout ça est fait avec une telle précision dans les dialogues, les costumes et la mise en scène, ça pousse l'admiration.
Et pourtant en deuxième lieu il y a plein de choses que je n'ai pas aimées: franchement rebuté par les long discours sur la psychanalyse, les ellipses dans l'histoire et le regard dépourvu de complicité envers les personnages. On n'arrive pas à s'identifier ni à les trouver attachants. Au final tout est confus, anecdotique: l'histoire d'amour, les problèmes entre Jung et son père spirituel. Certes le film arrive bien à ses fins: montrer que les psychanalystes sont parfois aussi atteints que leurs patients, mais à force d'accumuler les détails on n'a pas l'impression de participer à l'action.

Je m'attendais à un thriller psychologique plein de manipulations, je suis donc déçu par ce film historique, confus et froid. Dommage...

Ma note:


Bon film!



Une vie meilleure

Réalisé par Cédric Kahn
Film franco canadien
Avec Guillaume Canet, Leïla Bekhti, Slimane Khettabi

L'histoire:

Yann, jeune cuisinier plein de fougue, tombe amoureux de Nadia, serveuse et déjà mère célibataire du petit Slimane, 9 ans. Ils pensent avoir trouvé l'endroit rêvé pour s'installer à leur compte dans un vieux restaurant délabré. Mais pour cela ils sont obligés de s'endetter lourdement. Redoublant de courage, ils n'arrivent pas à payer leurs traites et Nadia décide d'abandonner et d'aller au Canada où on lui propose du travail. Elle laisse Slimane à Yann jusqu'à ce qu'elle puisse le faire venir. Mais le temps passe et Yann et le gamin s'enfoncent de plus en plus dans la misère, sans aucune nouvelle de Nadia...



Mon avis:

Que dire sinon que c'est un très bon film, très bien filmé et interprété? Au début j'ai un peu résisté à l'idée de me laisser embarquer dans une histoire dont on sait qu'elle va mal finir et très vite plonger dans le mélo.
Mais bon dés lors qu'on se retrouve face à des personnages attachants confrontés à tant d'injustice et de misère, on ne peut qu'être avec eux, les soutenir et souffrir. C'est vieux comme le monde mais ça marche à chaque fois (la situation du 'père adoptif' et du gamin, quand ils se retrouvent seuls dans le taudis, m'a tout de suite fait penser à "The kid" de Chaplin, une histoire qui ne date pas d'hier).
Grâce aussi aux 3 acteurs principaux: Bekhti en jeune mère pleine de tendresse, le petit garçon plein de naturel, Canet a quand même tendance à nous faire un peu trop souvent son regard de "je vais craquer" mais d'un autre côté il a un peu été embauché pour ça...
Jusqu'à la lumière que j'ai trouvée vraiment très belle. Et puis un bon film social de temps en temps, ça permet de remettre les choses en place et de réfléchir un peu à la société dans laquelle on vit.

Ma note:


Bon film!

Take shelter

Réalisé par Jeff Nichols
Film américain
Avec Michael Shannon (II), Jessica Chastain, Tova Stewart

L'histoire:

Curtis a tout pour être heureux: il vit dans un coin tranquille avec son épouse et sa fille, et travaille sur un chantier. Mais peu à peu il fait des rêves de plus en plus effrayants, où un ouragan éclate et des inconnus viennent attaquer sa famille. Ces rêves semblent si réels qu'il commence à avoir des hallucinations, et se demande si il n'est pas en train de sombrer dans la folie...




Mon avis:

A la place d'un film qui pourrait ressembler à un thriller classique, on a en plus affaire à une réflexion sur la schizophrénie, avec l'originalité de la voir 'de l'intérieur'. Le héros se rend très vite compte qu'il est en train de devenir fou, que tout cela n'est pas normal. D'autant plus qu'il a déjà eu dans sa famille des cas de démence.
Il est alors partagé entre l'envie de suivre l'intuition de ce qu'il 'ressent' et celle plus raisonnable de résister à ses pulsions pour ne pas détruire sa famille. Et nous même, nous sommes partagés entre l'envie d'avoir pitié pour lui et la peur que ce personnage nous inspire. Tout cela grâce entre autre au talent de Michael Shannon, parfait dans ce rôle d'homme au regard mystérieux, calme mais qui semble cacher la tempête de la folie au fond de lui. Jessica Chastain aussi est fabuleuse en épouse aimante et compréhensive.
Le seul petit défaut du film serait sa longueur, car si on comprend assez vite ce qu'il en retourne, les scènes semblent alors un peu se répéter. La fin est également un peu ambiguë, avec une porte ouverte un peu superflue...
Mais en conclusion j'ai bien aimé ce film plein de qualités.
J'espère seulement qu'il ne va pas me donner de mauvais rêves...

Ma note:


Bon film!