Intouchables

Réalisé par Eric Toledano, Olivier Nakache
Film français
Avec François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny...

L'histoire:

Driss vient de sortir de prison et vivote chez sa mère dans une cité de banlieue. Pour continuer à toucher les assedics, il se présente à un entretien d'embauche pour une place d'aide personnel d'handicapé. Il tombe sur Philippe, tétraplégique millionnaire qui ne peut plus remuer que la tête. Il a besoin de soins constants et est touché par ce jeune homme naïf et rustre qui est à l'opposé de lui. Il décide de l'embaucher, et Driss emménage dans sa demeure en plein centre d'un quartier chic. Leur rencontre va faire des étincelles, et marquer le début d'une formidable amitié...



Mon avis:

En fait, ce film utilise une recette bien connue: vous prenez 2 personnages diamétralement opposés, comme un marseillais et un gars du ch'nord, ou encore un petit teigneux et un grand dadais, ou bien encore un gars dur et sérieux avec un mou rêveur et maladroit (y'a des tas d'exemple), vous les faites se rencontrer... et quelque chose de drôle finit toujours par arriver!
Ici les scénaristes sont même allés au plus simple, sans essayer de faire plein d'aventures ou de retournement de situations. On nous explique à peine les déboires de Driss avant d'être embauché (ou alors avec beaucoup de pudeur), et si les rapports entre les 2 héros semble gêner les amis du riche handicapé, les conflits sont vite balayés pour se recentrer vers le sujet principal du film: l'amitié.
On nous montre donc la vie quotidienne de ces 2 gars, avec comme seul moteur comique les réactions naïves de Driss face au luxe et au handicap de Philippe. On ose même les gags les plus évidents, qu'on aurait trouvé lourd dans un autre contexte mais qui là passent comme une lettre à la poste (du style "pas de bras: pas de chocolat").
Les personnages sont très attachant, et on finit pas les connaitre et à anticiper leurs réactions. D'autant plus qu'ils sont joués par 2 acteurs auxquels ils vont comme des gants: Cluzet en bougon très dur et Omar en gars cool et sans gène.
Ça a beau être une vielle recette, ça marche à merveille. Surtout parce que les réalisateurs ont su rester dans leur sujet sans faire trop original et en se resserrant sur les rapports humains. On rit sans se poser de questions, et on oublie qu'on a affaire à un tétraplégique et à un petit voyou.
Et en plus, c'est inspiré d'une histoire vraie...

Ma note:


Bon film!

Aucun commentaire: