Présumé coupable

Réalisé par Vincent Garenq
Film français
Avec Philippe Torreton, Wladimir Yordanoff, Noémie Lvovsky...

L'histoire:

L'affaire Outreau en 2001, dans laquelle des enfants ont été prostitués par leurs parents, et où la vie d'Alain Marécaux, humble huissier et père de famille, va basculer quand il est accusé à tort par les victimes, ainsi que 12 autres personnes, d'avoir participé aux viols. En butte avec un juge qui ne veut pas voir la réalité en face, il va passer des mois en prison, et voir sa vie se disloquer jusqu'à perdre la moindre petite lueur d'espoir...



Mon avis:

Un film réquisitoire né d'une affaire qui a de quoi passionner c'est sûr. Dés les premières images on est projeté dans la violence des faits, avec l'irruption des gendarmes en pleine nuit dans la maison tranquille des Marécaux, menottant les parents et emmenant les enfants de force... La tension ne se relâche pas d'un bout à l'autre du film, où on suit de l'intérieur la descente aux enfers du héros, démuni, révolté, désespéré. Entre dépression, tentatives de suicide et grève de la faim. Le revirement de situation très théâtral (mais véridique) à la fin du film tente de donner une conclusion heureuse à ce film pas très gai, mais en tout cas très prenant.
De plus le réalisateur a tenté de coller au plus près aux véritables évènements, la ressemblance des acteurs avec les personnes réelles étant parfois très proche (le vrai Alain Marécaux, consultant sur le film, se sentait mal à l'aise en face de l'acteur qui joue le juge Burgaud).
Bref, ça donne un film très précis et qui ne nous laisse pas d'autre choix que d'en sortir révolté par tant d'injustice. Ce n'est pas très nouveau, d'autres films ont déjà fait ce genre d'exercice mais ça marche à chaque fois. D'autant plus que l'interprétation, Torreton en tête, est de qualité.

Ma note:


Bon film!

This must be the place

Réalisé par Paolo Sorrentino
Film franco-italo-irlandais
Avec Sean Penn, Judd Hirsch, Kerry Condon...

L'histoire:

Cheyenne est une ancienne rock star à la retraite. Il passe ses journées à se trainer dans sa grande maison de rêve, dans un village irlandais. Caché derrière son maquillage, il essaie d'oublier ces 2 jeunes garçons qui s'étaient suicidés sur une de ses chansons 10 ans plus tôt. Empli d'un spleen et d'une certaine lassitude, il est pourtant épaulé par une épouse aimante et une jeune fan, dont le frère a mystérieusement disparu. Mais Cheyenne reçoit un message des états unis. Son père, avec qui il ne parle plus depuis 30 ans, est mort. En fouillant dans les affaires de celui ci, il apprend que son paternel, rescapé des camps de la mort, était à la recherche d'un ancien nazi caché quelque-part aux USA. Cheyenne va donc lui aussi parcourir les routes pour retrouver cet homme qui il l'espère l'aidera à renouer avec ce père qu'il n'a jamais vraiment connu...


Mon avis:

Je ne savais pas que le personnage principal du film était inspiré de Robert Smith (pour les incultes: leader du groupe The Cure), et c'est vrai que la filiation est déjà visible dans le look, et aussi dans l'interprétation de Penn qui compose un personnage lent, faussement timide, bizarre, vraiment fascinant dans sa façon d'être, de parler, de réagir, etc... Robert Smith doit être un peu comme ça. En tout cas s'il y a une bonne raison de voir ce film (en VO s'il vous plait) c'est pour l'interprétation de Sean Penn, vraiment magistrale. Il est vraiment habité par ce personnage.
Pour le reste de l'histoire, on passe d'abord par une partie d'introduction qui permet de découvrir ce personnage de rock star complètement mou et atavique, décalé dans le monde qui l'entoure. Cet aspect là du film est vraiment jouissif par moment. Puis il y a le road movie et la quête de vengeance (qui comme souvent dans ce style de film se double d'une quête de soi: Cheyenne va abandonner le monde de l'enfance pour assumer ses fantômes). Cette partie du film est tantôt bien faite (surtout dans la diversité des personnages rencontrés, dépeints avec justesse et humour: l'homme d'affaire, la vieille maitresse d'école, le petit garçon bedonnant, le vieil homme inventeur de la valise à roulettes...). Ça donne lieu à des échanges drôles entre notre héros très cynique et ces gens si différents de lui. Par contre par moment, la tendance de réalisateur à faire trop original, trop 'intellectuel', pour essayer peut être de se détourner du road movie habituel (par exemple la scène finale où il rencontre le nazi avec n°1, n°2, n°3, et les longues marches, la scène de concert, etc...), bin ça devient un peu lourdingue et l'authenticité du récit en pâtit.
Néanmoins il s'agit d'une bonne histoire avec de bons personnages, qui ne se laisse pas aller à la facilité, et je n'ai pas regretté d'être allé le voir.

Ma note:


Bon film!

Comment tuer son boss

Réalisé par Seth Gordon
Film américain
Avec Jennifer Aniston, Kevin Spacey, Colin Farrell, Jason Bateman, Charlie Day , Jason Sudeikis, Jamie Foxx...

L'histoire:

3 potes, 3 problèmes avec leur boss. La patronne du premier, dentiste, est une vraie nymphomane qui ne rêve que de faire des choses sales avec lui, quitte à mettre le futur mariage du jeune homme en péril. Le patron du deuxième est un manipulateur, qui tyrannise celui ci en ne lui donnant pas sa promotion pourtant méritée. Quand à celui du troisième, c'est un fils à papa cocaïnomane qui par ses lubies paranoïaques ne va pas tarder à mettre l'entreprise en ruine. Ils ont tous les 3 une bonne raison de se débarrasser de leur boss (surtout en temps de crise), et vont devoir s'y mettre à 3 pour fomenter 3 meurtres. Sauf qu'ils sont un peu... maladroits et inexpérimentés!




Mon avis:

Voilà un film qui pourrait être une comédie américaine comme les autres si il ne prenait le parti prix de faire dans le trash et l'immoral. Le côté politiquement incorrect du truc est assez jouissif: ainsi l'un des anciens amis de nos 3 lascars, au chômage, gagne sa vie en faisant des branlettes, la dentiste n'hésite pas à se jeter sur ses patients dés qu'ils sont anesthésiés, et ils finissent eux même un peu survoltés après avoir renversé un gros bol de cocaïne. Et les 3 héros, très prudes et naïfs, vont aller de plus en plus dans le délire au fil de leurs aventures...
Il y a une volonté d'aller un peu plus loin et d'être irrévérencieux, un peu comme dans les films des frères Farrelly, sans le côté foufou et en un peu plus noir même. On touche d'ailleurs ici des sujets sensibles: harcèlement sexuel, abus de pouvoir, des chefs qui traitent leurs employés comme de la merde...
De plus les boss en question sont vraiment des ordures: la caricature est précise et les acteurs vraiment talentueux pour construire des personnages de patron franchement convaincants dans leur ignominie.
Bien sûr les choses ne se passent pas comme on s'y attendrait et les rebondissements finaux sont assez bien vus. On ne s'embête pas.
Donc voilà: une bonne idée menée de façon efficace, de bons acteurs. Je ne dirais pas que j'ai rit à gorges déployées mais j'ai passé un bon moment sans prise de tête.

Ma note:


Bon film!

La guerre est déclarée

Réalisé par Valérie Donzelli
Film français
Avec Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm...

L'histoire:

Roméo et Juliette forment un jeune couple un peu insouciant. Ils ont enfanté le petit Adam et vivent heureux jusqu'à ce qu'une tumeur au cerveau soit découverte sur le petit garçon. C'est alors que commence une véritable guerre contre la maladie...



Mon avis:

Peut être que je vois un peu trop de films d'action américains en ce moment... et que je manque de discernement pour juger ce genre de film plus...culturel.
C'est sûr que le combat de jeunes parents contre la maladie de leur enfant est un bon sujet de film. Personnellement je me sens solidaire, ayant vu plusieurs jeunes de mon age subir ce genre d'épreuve, voir leur enfant hospitalisé ou malade.
Mais bon pour ce qui est du film, et de la façon dont le sujet est traité, j'ai trouvé le côté "film d'auteur" un peu agaçant. Avec des effets visuels ou de style qui ne servaient pas vraiment le propos. Comme quand les deux amants se rejoignent au chevet du petit et qu'ils chantent une chanson d'amour l'un pour l'autre, chacun de son coté. Ou bien quand ils se préparent à affronter la maladie en faisant un genre de réunion de guerre. Ou encore quand ils prient dieu que rien n'arrive au docteur qui va opérer leur fils (alors qu'ils feraient mieux de prier pour leur fils). On voit qu'il y a une volonté de rendre le film moins larmoyant, mais du coup les personnages deviennent moins attachant (malgré la performance des 2 acteurs principaux) et on se sent moins concerné par l'action.
En tout cas le film m'a déçu: il est sensé rendre hommage aux parents et pédiatres, mais à force de vouloir faire original il ne m'a pas vraiment touché.

Ma note:


Bon film!

Cowboys et envahisseurs

Réalisé par Jon Favreau
Film américain
Avec Harrison Ford, Daniel Craig, Olivia Wilde...

L'histoire:

Nous sommes en Arizona à la belle époque du Far West. Un homme se réveille en plein désert, amnésique et avec à son bras un étrange bracelet. Il se rend à Absolution, petite ville pauvre dont la seule richesse provient du colonel Dolarhyde, homme dur et froid, principal éleveur de bétail de la région. Son fils est un jeune homme instable, qui sème la terreur en ville. Suite à une brève altercation avec notre inconnu, le shérif décide de les mettre tous les 2 au placard, d'autant plus que l'amnésique se trouve être recherché pour meurtre et holdup. Mais alors que le colonel entre en ville pour récupérer son fils, Absolution est attaquée par des vaisseaux extra terrestres qui enlèvent (au lasso) une dizaine de ses habitants. Le bracelet du héros se transforme alors en véritable arme de guerre...



Mon avis:

Faire se rencontrer le monde du Western et celui de la science fiction: l'idée aurait pu être bonne.
Mais bon disons le tout de suite la naïveté du propos, et surtout le manque d'authenticité font que le film ne restera pas dans les annales. Au début ça commence bien et puis...
En prenant un peu de recul, on pourrait dire qu'il y avait pourtant une bonne brochette de personnages, qui dans un bon western avec une vraie histoire pourraient donner quelque chose d'intéressant: les relations entre un père et son fils, un prêtre assez philosophe, un tenancier de bar qui se dévalorise ou un enfant qui apprend le courage...
Mais voilà: de vilains extra terrestres gluants et très bêtes veulent coloniser la terre pour nous piquer tout notre or et enlèvent des pauvres humains pour faire des expériences scientifiques... original, non? Pas vraiment...
Si encore l'action était vue avec les yeux des gens de l'époque, mais bon les cowboys ont vite fait de comprendre qu'ils sont dans un film de SF made in Hollywood, et jouent très vite le jeu.
Ça reste un film divertissant, sympathique avec plein d'action et de clichés mais bon... est ce que ça valait la peine d'en faire un film?

Ma note:


Bon film!