Captain America, first avenger

Réalisé par Joe Johnston
Film américain
Avec Chris Evans, Hayley Atwell, Tommy Lee Jones, Hugo Weaving, Stanley Tucci...

L'histoire:

La seconde guerre mondiale. Steve Rogers, jeune freluquet au grand cœur, rêve de s'engager dans l'armée pour défendre son pays. Mais il est rejeté à tous les recrutements, étant donné sa faible corpulence. Il est alors recruté par le Dr Erskine, qui développe pour le compte de l'armée un sérum capable de fabriquer un super soldat. Le programme est mené par une unité spéciale avec en tête le très bougon général Philips et la belle Peggy Carter. Devenu le premier cobaye, le physique de Steve change du tout au tout. Mais le docteur est assassiné par un sbire de l'Hydra, une organisation scientifique nazi menée par le machiavélique Shmitt, ancien cobaye du docteur, devenu fou depuis que sa tête s'est transformée en un horrible crane rouge. Il a découvert le cube cosmique, objet qui il le pense va lui permettre de devenir le maitre du monde. Exhibé comme un objet de foire sous le costume de Captain America, Steve compte attend le moment où il pourra prouver au général Philips qu'il peut lui aussi servir son pays en tant que soldat...



Mon avis:

Les seuls points positifs de ce film sont d'une part le jeu sur l'antagonisme entre le freluquet Steve Rogers et le grand baraqué qu'il devient, et d'autre part le coté un peu désuet de l'action qui se déroule pendant les années 40. Ha oui et puis aussi l'action qui est omniprésente dés le début ou presque.
Pour le reste on n'a pas beaucoup de subtilité. Cap America et le vilain Crane Rouge se battent comme si ils étaient Big jim ou des Action Man, des jouets pour enfant quoi! Un peu ridicule parfois, comme dans les scènes de combat, avec les courses poursuites en moto et les gardes masqués de l'Hydra, qui tirent décidément comme des manches. Parfois on se croirait dans un vieux James Bond.
Le traitement de l'image, avec une lumière presque artificielle, finit par rendre les scènes d'action un peu irréelles, comme dans un grand vidéo clip de 2 heures. A la limite ça peut avoir son charme. En tout cas on nous montre un monde aseptisé, où un méchant avec une tête rouge et des soldats sans visage font sans doute meilleur effet que les vrais monstres qui sévissaient en Europe à l'époque.
Reste quand même la prestation des acteurs principaux, Chris Evans en tête, qui arrivent à donner un peu d'humanité aux personnages.
Bon c'est sûr on en a pour son argent: encore un film à gros spectacles avec plein de moyens, mais auquel il manque un peu de conviction ou d'originalité pour me convaincre (ce qui n'est pas si difficile à faire: Thor, Hulk2 ou Spider man y avaient réussi).

Ma note:


Bon film!


Submarine

Réalisé par Richard Ayoade
Film américano-anglais
Avec Craig Roberts, Sally Hawkins, Yasmin Paige...

L'histoire:

Oliver Tate est un jeune adolescent timide et un peu étrange qui vit dans une petite ville du pays de Galles. Très proche de ses parents, entre une mère adepte de Françoise Dolto et un père dépressif et effacé, il voit leur couple se détériorer quand un ancien petit ami de sa mère, devenu gourou psychédélique, vient s'installer dans le voisinage. Mais Oliver est également secrètement amoureux de la jeune Jordana, fille un peu rebelle. Et quand celle ci le remarque et décide de faire le premier pas, oliver voit bien que sa vie va vraiment changer...



Mon avis:

Un film au ton juste et original... juste ce qu'il faut. En fait c'est une histoire qui pourrait être racontée tout à fait autrement: un jeune garçon timide découvre son premier amour et s'inquiète pour l'avenir de ses parents. Ça pourrait être une comédie pour ado (à la Ferris Bueler) comme on en a vu d'autres mais la personnalité du personnage principal et son regard décalé sur ce qui lui arrive transforme le film en un bonbon anglais, acidulé avec juste ce qu'il faut d'irrévérence. Ça fait un peu penser à Juno (très bon film également) mais surtout à sa propre adolescence, époque à laquelle on se cherche et où on commence à voir le monde différemment, parfois de façon marginale.
C'est donc plein de mélancolie que l'on découvre que le héros imagine toutes les bonnes raisons de ne pas se suicider, ou bien espionne ses parents pour compter les soirs où ceux ci ont fait l'amour... Sordide mais tellement ado.
Le film doit aussi beaucoup à son jeune acteur principal, et ce fameux regard étrange et perçant de chien battu en révolte, parfois insondable. Le style du film joue beaucoup: un aspect rétro années 80.
Tout ça fait qu'on a un film unique. Il ne révolutionne pas le genre mais semble avoir été fait avec intelligence et talent, donc voilà j'ai bien aimé.

Ma note:


Bon film!



Case départ


Réalisé par Thomas Ngijol, Fabrice Eboué, Lionel Steketee
Film français
Avec Fabrice Eboué, Thomas Ngijol, Stefi Celma...

L'histoire:

Joël et Régis sont frères: le même père mais pas la même mère... et pas la même vie: Joël, petit loser de banlieue, vient de sortir de taule pour avoir tiré le sac d'une vieille, et Régis, métis bien éduqué, est secrétaire de mairie et fait le lèche botte au maire de la ville, quitte à en oublier ses origines. Ils sont rappelés tous les 2 aux Antilles où leur père est sur son lit de mort. Il leur lègue le trésor familial: l'acte qui des siècles plus tôt avait affranchi leurs ancêtres familiaux. Étant peu sensibles à la valeur de ce bout de papier, les deux compères le déchirent. Ayant vu tout cela, leur vieille tante - qui est aussi un peu sorcière- les renvoie 200 ans plus tôt. Traqués comme les noirs de cette époque, Joël et Régis sont vendus à la plantation de monsieur Jourdain, où ils commencent à en baver. Si seulement ils pouvaient savoir comment rentrer dans leur époque...


Mon avis:

Un film plein de bonnes intentions... c'est déjà ça.

L'idée de confronter les jeunes noirs de notre époque avec leurs racines esclaves avait de quoi séduire, le sujet du souvenir de cette époque sombre étant assez rarement évoqué au cinéma et pourtant il y aurait tant de choses à raconter...

Malheureusement le film ne vole pas très haut: un humour un peu lourdingue, des situations prévisibles, l'envie d'aborder tous les thèmes sur le sujet, et de rajouter plein de choses, ce qui fait que l'histoire prend plein de virages sans vraiment prendre le temps de s’installer et du coup l'attention du spectateur se perd un peu.
De plus la réalisation est assez maladroite avec plein de gros plans et un montage coupé au couteau... Tant de maladresses qui font que le film ne restera pas classé parmi mes meilleurs films cette année.
Ce fut distrayant, mais cela ne m'a pas vraiment fait réfléchir sur le destin des esclaves noirs. Ce film là reste à faire.

Ma note:



Bon film!

La planète des singes les origines

Réalisé par Rupert Wyatt
Film américain
Avec James Franco, Freida Pinto, John Lithgow...

L'histoire:

Will Rodman est un jeune scientifique qui cherche un remède contre la maladie d'Alzheimer. Il pense avoir trouvé un virus capable de régénérer les cellules du cerveau et son laboratoire est en plein test sur les chimpanzés. Mais un accident fait capoter l'expérience et ils sont obligés de mettre fin aux recherches et de tuer tous les cobayes. Cela n'arrange pas Will, dont le père est atteint de la maladie. Il arrive quand même à sauver un bébé singe du labo et le recueille chez lui en cachette. Né d'une mère soumise au fameux virus, le singe prénommé César se trouve doté d'une intelligence hors du commun, presque humaine. Will décide alors d'expérimenter le virus sur son propre père, avec succès. La maladie est vaincue mais personne ne doit savoir. Will et son père commencent alors à élever césar comme leur fils, en oubliant que celui ci n'est qu'un singe, et qu'il va se frotter un jour ou l'autre au dur monde des humains...



Mon avis:

J'ai trouvé ce film... impressionnant!
Impressionnant tout d'abord grâce à ses effets spéciaux (signés Weta digital, les concepteurs d'Avatar), ces singes dont on oublie très vite qu'ils sont en image de synthèse, avec leur regard si humain.
Impressionnant aussi car mine de rien c'est un film ambitieux. Plutôt que de nous décrire une simple révolte des singes, où on voit de pauvres humains confrontés à des envahisseurs (un peu comme dans les films de zombis, ou avec des extra terrestres), les auteurs ont essayé ici de se mettre du point de vue de césar, singe un peu plus intelligent que les autres, qui est le vrai héros du film. Confronté à l'injustice de notre monde d'homme, il va petit à petit se révolter jusqu'à fomenter un soulèvement et entrainer ses frères singes.
En gros, le film d'action/science fiction de base se transforme en véritable drame psychologique qui raconte le destin d'un héros un peu différent des autres qui cherche sa place sur terre. Et c'est plutôt réussi.
Les scènes de bataille finales sont également assez poignantes, et en prenant un peu de recul on a vraiment l'impression d'être du coté des singes, comme dans un film historique écrit par des singes du futur pour raconter le soulèvement de leur prophète ("Les 10 commandements" version simiesque).
Qui plus est l'histoire s'intègre complètement dans l'histoire des vieux films de 1968 avec Charlton Heston. On voit même décoller la navette qui va s'écraser 3000 ans plus tard. Prêt pour une suite donc.

Donc voilà: une idée originale et ambitieuse qui réussit son coup.

Ma note:


Bon film!



Cars 2

Réalisé par Brad Lewis, John Lasseter
Film américain
Avec Owen Wilson, Larry The Cable Guy, Michael Caine...

L'histoire:

Afin de promouvoir une nouvelle essence bio, un millionnaire organise une grande coupe sur 3 circuits internationaux: Japon, Italie et Londres. Flash Mc Queen est convié à concourir par son adversaire du moment: l'égocentrique San Francisco. Il emmène Martin avec lui mais celui ci, maladroit et simplet, ne fait que faire des gaffes. Martin décide d'abandonner son ami, mais à l'aéroport il va croiser la route de l'agent secret Mc Missile et de son associée Holley. Ceux ci sont à la poursuite de dangereux gangsters qui projettent de mettre au placard la fameuse essence bio, en faisant exploser les voitures concurrentes de la course à l'aide d'un mystérieux rayon. Pris pour un agent secret, Martin se joint à eux pour attraper les méchants et sauver son meilleur ami...



Mon avis:

Bien que le film soit une suite, j'ai eu du mal à y trouver un point commun avec Cars 1 (oui les personnages peut être). Alors que le premier film était un film nostalgique sur l'amitié, on a droit ici à un véritable pastiche de film d'espionnage, dans un autre registre donc.
Le héros a également changé puisque ce n'est plus le flamboyant Flash Mc Queen mais son ami Martin, anti héros qui devient agent secret malgré lui.
Pour le reste, les gens de chez Pixar s'en sont donné à cœur joie, remodelant les villes du monde: Tokyo, Paris, Monaco ou Londres, en faisant un clin d’œil à chaque fois aux spécialités de ces pays (la reine d’Angleterre et le pape, et puis les toilettes japonaises, les pasta italiennes, les pubs anglais, et le james Bond avec tous ses gadgets)
C'est amusant, plein d'action, mais c'est là le seul intérêt du film, qui perd quand même de son charme originel, avec un scénario assez conventionnel et pas aussi attachant que le premier film. Une suite quoi!
C'est vrai c'est rare les films d'animation qui arrivent à faire des suites qui valent le coup (Shrek peut être, et Toy Story).

Ma note:


Bon film!

Super 8

Réalisé par J.J. Abrams
Film américain
Avec Kyle Chandler, Joel Courtney, Elle Fanning...

L'histoire:

1979, une petite ville tranquille au fin fonds des états unis. Joe est un jeune ado comme les autres, sauf que sa mère vient de mourir et que lui et son policier de père ne se comprennent pas vraiment. Heureusement il a ses copains, avec qui il fait des films amateurs en super 8. Afin de parfaire leur future production (un film de zombis), ils se rendent la nuit dans une vieille gare abandonnée. La jolie Alice, dont Joe est secrètement amoureuse, vient de se joindre à la troupe. Mais voilà que sous leurs yeux un effroyable accident survient: un train lancé à tout allure déraille en percutant une voiture qui semblait s'être jetée contre le train. D'autant plus que des bruits étranges semblent faire penser que quelque chose d'étrange était dans ce train, une chose qui s'est enfuie dans la nature. Et quand l'armée débarque et ratisse la région, nos amis décident de se cacher et de ne rien dire à personne. Mais des évènements étranges vont se produire dans la région: disparition de personnes, vols inexpliqués d'appareils électroniques...



Mon avis:

On a beaucoup entendu dire ici et là que ce film faisait penser au E.T. de Spielberg (qui coproduit le film), et c'est vrai qu'il y a beaucoup de ressemblances: les années 80, la bande de gamins, et l'ambiance générale, avec la simplicité du propos. Et puis aussi une certaine rigueur qui fait que le réalisateur ne cherche pas forcément à faire de l’esbroufe, avec toujours plus d'action, de violence, d'originalité... C'est un hommage aux films de cette époque dont on ne cherche pas à trop se démarquer.
On ne nous montre pas tout depuis le début: le 'monstre' mystérieux apparait caché jusqu'à la presque toute fin, tout comme son origine. C'est donc un mélange de Thriller et de film d'ado, avec un soupçon de merveilleux, et en toile de fonds le parcours initiatique du jeune héros.
C'est très bien fait, avec goût et subtilité, et j'avoue que j'ai bien aimé. Même si je trouve que le film perd de son charme dés que tous les mystères autour de la créature se dévoilent mais bon... la fin me parait assez inévitable. D'autant plus que l'aspect du monstre n'a rien de particulièrement original.
Mais la fraicheur du film l'emporte et j'ai passé un bon et nostalgique moment...
Un bonus particulier pour les jeunes acteurs, très bien dirigés. On devait être comme ça à l'époque!

Ma note:


Bon film!

Harry Potter et les reliques de la mort Part 2

Réalisé par David Yates
Film Américano-britannique
Avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Ralph Fiennes ...

L'histoire:

Le moment de l'affrontement final entre Harry et Voldemort est venu. Alors que le maitre du mal règne sur le pays et sur Poudlard, dont les élèves sont maltraités, Harry et ses 2 amis doivent retrouver les derniers Horcruxes, qui renferment des parts de l’âme de Voldemort, dont l'un des morceaux se trouve à Poudlard. Mais une fois sur place ils sont vite repérés et la guerre commence, guerre pour laquelle Harry va devoir donner sa vie afin de sauver le pays et tuer son alter ego maléfique...



Mon avis:

Il fallait bien aller le voir ce dernier épisode...
Pas sûr d'ailleurs que je me rappelle tout ce qui s'est passé dans les films précédents (il est mort lui? Et ce personnage là, c'est qui?).
Enfin bon... les scénaristes ont été sympas: ils ont coupé le dernier livre en 2 films. La deuxième partie n'en reste pas moins... longuette, avec ses actions à rebondissements, ses aller-retour, et tous ses détails plus ou moins importants. Moi j'avoue je me suis un peu perdu.
Y'a tellement de personnages, de destins, de revirements de situation qui dans le bouquin pouvaient peut être couler de source: peut être que les aficionados des sorciers de Poudlard s'y retrouvent mais pour le spectateur lambda que je suis, ça agace un peu.
D'autant plus qu'ils ont vraiment cherché à boucler la boucle et à expliquer toutes les intrigues restées en suspens.
Au bout d'un moment je me suis lassé, et les scènes larmoyantes à répétition à la fin (quand Harry revoit Dumbledore, puis Severus, puis ses parents, et les victimes de la guerre, etc...) m'ont laissé de marbre. Pourtant y'a plein d'action, des effets spéciaux et tout et tout... On ne s'ennuie pas mais je me suis... fatigué.
Depuis le début de la série ils essaient d'adapter les romans de J.K. Rowling, et au final ça a rarement donné quelque chose de concluant, je trouve. Les scénaristes se trouvent obligés de ne rien modifier par rapport aux bouquins, pour ne pas attiser le courroux des lecteurs... mais bon il faut bien se rendre à l'évidence le style de la romancière n'est pas facilement adaptable au cinéma, surtout quand le bouquin fait 2 kilos!
Bon d'un autre coté je n'ai pas lu les livres... peut être que ça m'aurait donné une autre vision sur les films?
Trop tard...

Ma note:

Bon film!