Le complexe du castor

Réalisé par Jodie Foster
Film américain
Avec Mel Gibson, Jodie Foster, Anton Yelchin, Jennifer Lawrence

L'histoire:

Walter Black est en pleine dépression: il n'assure pas avec sa femme et ses 2 fils, son entreprise de jouets se casse la gueule, et lui même ne se sent pas très bien. Et quand sa femme le quitte, il n'a plus qu'à se suicider... mais il trouve par hasard une marionnette en forme de castor qui, une fois qu'il la met à son bras, prend les choses en main et décide de reprendre sa vie à zéro. Walter (ou plutôt le castor)redevient un bon mari, un bon père de famille et un bon entrepreneur. Mais sa famille acceptera-t-elle un homme qui se cache derrière une marionnette? D'ailleurs Porter, le fils ainé, fait tout pour ne pas ressembler à son père. Élève doué, il se fait payer par ses camarades pour faire leurs devoirs et est même devenu un expert de la chose. Mais quand la belle Norah lui demande d'écrire son discours de fin d'année, il cherche à la connaitre un peu mieux et découvre que quelqu'un se cache derrière la jeune fille. Quelqu'un dont il pourrait bien tomber amoureux...



Mon avis:

Avec un sujet comme celui ci, on pouvait s'attendre à une véritable comédie sans prise de tête. C'est vrai que j'ai souri par moment face à l'incongruité de certaines situations (le gars qui se bat contre sa propre marionnette, et se donne des coups), mais la réalisatrice a justement tenté d'aller plus loin et de rendre les situation plausibles, passant ainsi du navrant au dramatique.
Parfois intimiste, avec quelques trouvailles poétiques (comme le fils qui à force de se taper la tête contre le mur de sa chambre, finir par passer à travers), c'est une vraie introspection dans ce drame familial, où le père comme le fils se cherchent une identité à coup de mensonge(l'un à la sortie de l'adolescence, l'autre à l'entrée de la vieillesse). Comme son père, le fils cherche à se cacher derrière ses collègues de classe pour lesquels il sert de nègre. C'est d'ailleurs étrange que les auteurs aient voulu raconter 2 histoires séparées et ne se soient pas contentés de celle du castor.
Pour ce qui est des acteurs, Mel Gibson est vraiment épatant dans ce rôle du type qui a un dédoublement de personnalité. Entre lui et le castor, on a bien l'impression de voir 2 personnes différentes.
Jodie Foster a réalisé très peu de films, mais à chaque fois elle arrive à faire quelque chose de malin, qui a un certain style, qui fait réfléchir sans trop en avoir l'air. Quelque-chose qui a son originalité propre sans être trop cérébral. C'est à nouveau le cas de ce film...

Ma note:


Bon film!

1 commentaire:

inthecrazyhead a dit…

Une belle surprise ! Je ne m'attendais pas à accrocher autant à un film qui ne m'emballait pas plus que ça. Je suis allée le voir plus par curiosité qu'autre chose et au final, c'est une perle tant le sujet est finement traité et que l'ensemble du casting est excellent. Une bonne 1ère impression sur Jodie Foster la réalisatrice, ça me donne envie de découvrir ses autres films dont j'ignorais l'existence.