L'arbre

Réalisé par Julie Bertuccelli
Film franco-italo-australien
Avec Charlotte Gainsbourg, Morgana Davies, Marton Csokas...

L'histoire:
Peter, Dawn et leurs 4 enfants vivent heureux dans une maison de la campagne australienne, nichée sous un immense arbre. Mais voilà que Peter meurt, victime d'une rupture d'anévrisme, alors que sa voiture va buter contre ce grand arbre. Chacun dans la famille tente de faire son deuil: l'ainé tente de prendre le rôle de l'homme de la famille, le bébé ne veut pas pronocer ses premiers mots, quand à la mère elle est partagée entre son chagrin et son désir envers un autre homme. La petite Simone, quand à elle, est persuadée que l'esprit de son père s'est incarné dans le grand arbre qui protège et envahit peu à peu la maison...


Mon avis:

Un film qui part d'une idée originale(elle même issue d'un roman) et qui arrive à la tenir jusqu'au bout avec beaucoup de pudeur. J'ai cru au début qu'avec un thème aussi simple, le film allait patauger sans que l'intrigue avance et sans véritable fin, mais en fait il n'en est rien j'ai passé un très bon moment.
Plutot que de nous rendre la situation dramatique à l'excès, la réalisatrice nous montre simplement quelque moments de vie de ces personnages qui tentent de faire leur deuil. Enfants comme parents, ils ont l'air très humains, semblant unis mais chacun restant seul face à son chagrin.
C'est poétique par moment, très imagé aussi, comme pour le cyclone qui ravage à nouveau le foyer après la mort qui avait déjà séparé la famille.
Les acteurs sont tous justes, Charlotte touchante et belle, et les enfants formidables. L'arbre est en lui même un acteur très présent, et à travers lui la nature sauvage et aride de l'Australie apparait dans toute sa splendeur.
A l'arrivée du générique de fin, tout le monde dans la salle est resté assis, comme pour rester un peu plus imprégné par l'esprit du film.

Ma note:


Bon film!

1 commentaire:

inthecrazyhead a dit…

Un petit film qui navigue entre la frontière du réel et du fantastique et ce, sans effets spéciaux. Le naturel de Gainsbourg agit sur nous, le reste des personnages est attachant. Le film est filmé de façon légère alors qu'il est exprimé gravement à travers ses personnages. J'ai bien aimé sans pour autant adorer, le genre qui te trotte en tête avant de s'évaporer, lentement mais sûrement.