Rabia

Réalisé par Sebastián Cordero
Film espagnol, méxicain, colombien
Avec Gustavo Sanchez Parra, Martina García, Icíar Bollaín...

L'histoire:

José Maria, émigré colombien travaillant sur un chantier en espagne, file le parfait amour avec Rosa, émigrée elle aussi. Elle est employée comme domestique dans une grande maison bourgeoise par un vieux et riche couple. Mais quand José Maria tue accidentellement son chef de chantier, il décide de se cacher dans cette même maison, assez grande pour qu'il ne soit jamais découvert, y compris par Rosa à qui il ne donne plus de signe de vie. Mais rester caché n'est pas si facile, surtout quand on continue à vivre près de celle qu'on aime et de ses patrons envahissants...


Mon avis:

On a tous au moins déjà vu une fois ce genre de thriller au cinéma: une personne innocente débarque dans une vieille maison et se sent observée par les yeux d'un maniaque psychopate qui n'attend que le bon moment pour lui sauter dessus.
Ici, ce n'est pas tout à fait ça puisque le héros se trouve être le fameux psychopate (qui n'en est pas tout à fait un) et que l'on suit sa descente aux enfers dans le désespoir et la folie.
Pourtant le réalisateur sait utiliser avec finesse tous les ingrédients du thriller: musique inquiétante, images sombres... L'ambiance est lourde de suspens et de tension.
Il y a en plus un message politique qui se cache derrière l'intrigue: à travers le regard de cet homme qui est 'hors le monde', et qui vient d'un pays pauvre. Il observe caché la vie de cette famille bourgeoise typiquement espagnole, et leur paternalisme malsain envers la belle Rosa, tantot bonne à tout faire tantot objet de fantasme ou amante. Ils iront même jusqu'à lui 'voler' son enfant, en lui proposant de l'élever à sa place ou de lui choisir un prénom.
La fin est un peu brutale, et n'a pas le punch qu'on aurait pu attendre après 1h30 de suspens. Ca gache quand même le film, car on a l'impression qu'il ne va pas jusqu'au bout dans sa logique destructrice. On peut quand même remercier le scénariste de nous avoir épargné une fin dans le sang.

En tout cas, c'est un film très juste et très malin, une bonne idée très bien exploitée et je ne regrette pas d'être allé le voir.

Ma note:


Bon film!


Prince of Persia

Réalisé par Mike Newell
Film américain
Avec Jake Gyllenhaal, Gemma Arterton, Ben Kingsley...

L'histoire:

Nous sommes en pleine Antiquité. Le roi de Perse, en compagnie de son frère et de ses 3 fils, règne d'une main de maître sur un véritable empire. Parmis ses fils, le jeune Dastan, reste un garçon intrépide et courageux. Il est le seul à avoir été adopté mais reste la fierté de son père. Contre l'avis du roi, et avec l'appui de son oncle, l'ainé des 3 fils décide d'attaquer la ville sacrée d'Ammultad, où se trouve la belle princesse Tamina. Celle ci est en possession d'une dague magique, dont le pommeau renferme un sable qui permet à son possesseur de remonter le cours du temps. Lors du combat, Dastan se retrouve en possession de l'objet, en ignorant son utilité. C'est alors que le roi, qui vient tout juste de confier la main de la princesse à Dastan, est empoisonné et meurt. Les soupçons se portent tout de suite sur Dastan, qui est obligé de s'enfuir en compagnie de Tamina. S'ensuit une course poursuite pendant laquelle Dastan est prêt à tout pour connaitre la vérité et découvrir le secret de cette dague magique...

Mon avis:

Je devrais mettre plus de subtilité dans mon système de notage: choisir entre 2, 3 ou 4 sur 5 est parfois difficile. Je devrais le faire sur 10 ce serait plus cool. Tant pis!
Prince of Persia n'est pas un mauvais film, loin de là. Ce n'est pas non plus un film révolutionnaire, ni original, mais ce n'est pas un film moyen non plus.
Dans le style 'Film d'aventure épique', il se place bien devant le Choc des titans, auquel il peut faire penser. Je peux donc dire que j'ai bien aimé ce film, même si il est rempli de tous les lieux communs qu'on retrouve à Hollywood, avec de grosses ficelles dans le scénario et des tas de références à Indiana Jones (l'aspect 'découverte de trésors cachés' et d'objets magiques, et puis aussi le rapport amour-haine qui lie le héros et sa dulcinée).
On ne peut s'empêcher non plus de penser que le film est issu d'un jeu vidéo à succés, notamment dans les scènes de poursuite, les cascades et les combats. Je ne connais pas le jeu (sauf le premier épisode, qui date des années 80), mais d'après ce que j'en ai vu ça a l'air assez fidèle.
Reste un scénario qui tiend la route (ce n'est pas le cas de toutes les adaptations de jeux), des acteurs qui ne jouent pas si mal que ça (sauf peut être la princesse, un peu agaçante).
Pour résumer, j'ai trouvé Prince of Persia distrayant et dépaysant, avec ses villes perses à l'architecture de conte des milles et une nuits, et finalement mieux que bon nombre de films de ce type (je parle des films préformatés que savent si bien nous faire les studios).
Donc voilà: 3/5 mais ça penche en peu vers le 4/5.

Ma note:


Bon film!




Kick ass

Réalisé par Matthew Vaughn
Film anglo-américain
Avec Aaron Johnson, Nicolas Cage, Chloe Moretz...

L'histoire:

Le jeune Dave est un ado pas très gaté par la nature: archétype du geek, il rêve de sortir avec la belle Katie et se plonge la tête dans les comics. C'est de là que lui vient une idée farfelue: tout comme ses héros, pourquoi ne pas revétir un costume et arpenter les rues à la recherche de méchants à corriger? Il s'appercevra très vite que l'absence de super pouvoir peut être très... douloureux. Qu'à cela ne tienne, tout New York finit par ne parler que de lui, Kick ass. Mais il y a d'autres super héros qui eux ne souhaitent pas de publicité: Big Daddy et sa sanguinaire fille de 11 ans Hit Girl. Ancien flic, Daddy a entrainé sa fille depuis toute jeune pour mener une guerre contre le crime et en particulier pour se venger de Frank D'amico, chef de la pègre locale. Alors que les rangs de la pègre sont décimés par Big Daddy, le caïd met tout sur le dos de Kick ass et voudrait bien avoir sa peau. Il complote un plan avec son fils: créer un nouveau héros masqué au nom de Red Myst...


Mon avis:

Quand j'étais jeune, j'étais un vrai fan de comics: c'était l'époque de Strange, Titans, Nova, etc... Les super héros n'avaient aucun secret pour moi. D'ailleurs chez mes parents, il doit encore y avoir un énorme placard rempli de ces trésors que je garde amoureusement.
Comme la plupart des lecteurs, j'imagine avoir rêvé moi aussi de jouer au super héros: pouvoir m'envoler dans les airs, me transformer en acier et me battre contre les méchants (d'ailleurs même maintenant...).
Avec ce film là je ne suis pas dépaysé: il est issu d'une BD et le réalisateur a tout fait pour que le film reste fidèle à l'esprit des comics: on reconnait les cascades, l'action, la fraicheur, les situations peut être improbables (ils ont quand même de la chance de rester entiers), cette façon de faire quelque chose d'un peu réaliste et choquant mais sans se poser de questions. Rien de neuf en fait.
D'après ce que j'ai entendu dire, ce film a fait scandale à cause de ses scènes de violence très crues. C'est vrai que voir une gamine de 11 ans taillader le cou d'un type avec un couteau, c'est un peu exagéré. Néanmoins la façon très tonique, légère et un peu désinvolte de traiter tout ça fait passer la pilule, et ressembler le film plus à un film pour ados qu'à un film sérieux.
Même si l'humour très "second degré" peut faire sourire (le super héros qui compte ses amis facebook, la gamine qui veut un poignard comme cadeau d'anniversaire...), pas de quoi crier au chef d'oeuvre et on n'a pas droit ici à un film qui fait réfléchir.
Un film popcorn sans surprise quoi! Bon d'un autre coté faut pas trop en demander non plus...

Ma note:


Bon film!