Wind river

De Taylor Sheridan
Film américain
Avec Elizabeth Olsen, Jeremy Renner, Kelsey Asbille


L'histoire:

Dans une réserve indienne enneigée du Wyoming, Cory Lambert travaille comme chasseur de prédateurs afin de protéger les troupeaux. Mais un jour il découvre le corps inanimé de Nathalie, l'une des jeunes filles de la région, à plusieurs kilomètres de toute habitation. Tout de suite on appelle du renfort du FBI, qui n'envoie que l'agent inexpérimenté Jane Banner. Touché par la mort apparemment violente de cette fille, une ancienne amie de sa propre fille, décédée il y a 3 ans, Cory est alors prêt à aider l'agent Banner pour retrouver les coupables. D'autant plus que ses talents de chasseur pourraient être mis à profit...



Mon avis:

C'est un bon thriller qui cherche l'originalité, tout d'abord par le lieu choisi pour mettre en place l'action, les personnages qui interviennent puis par la résolution de l'intrigue à la fin. Et puis aussi par le fait qu'on cherche plus à montrer la psychologie et le vécu de chaque personnage plutôt que d'installer un mystère ou une tension quelconque qui s'installe de toute façon quand on part à  la chasse. C'est peut être un peu lent et verbeux par moment mais c'est un film bien mené, bien joué et intéressant.

Ma note:



Bon film!


Mon garçon

De Christian Carion
Film français
Avec Guillaume Canet, Mélanie Laurent, Olivier De Benoist

L'histoire:

Père divorcé, Julien est appelé en urgence par son ex épouse dans les alpes où elle a refait sa vie. Leur fils Matis a mystérieusement disparu de sa colonie de vacances et on pense à un enlèvement. Peu à peu, Julien commence à perdre pied et à soupçonner tout le monde, y compris Grégoire, le nouveau petit ami de son ex. Il est prêt à tout pour retrouver son fils, y compris à commettre l'irréparable...



Mon avis:

En regardant la bande annonce on s'attendrai à un drame psychologique, mais au final on a plus que ça: Suspens et descente aux enfers, tout ça filmé de très près sur un Guillaume Canet et une Mélanie Laurent impeccables de vérité (et pour cause: l'acteur a été mis au courant de l'histoire du film au fur et à mesure du tournage, pour garder son authenticité). Ça m'a fait penser à d'autres Thriller psychologiques que j'ai vu où le héros, seul contre tous, finit par se surpasser et réaliser l'impossible.
C'est donc un film assez classique mais réalisé de main de maître, avec ce qu'il faut de scènes d'action tendues et prenantes pour nous tenir en haleine jusqu'au bout.
Bon moment de cinéma.


Ma note:



Bon film!


Mary

De Marc Webb
Film américain
Avec Chris Evans, Mckenna Grace, Lindsay Duncan

L'histoire:

Mary est une petite fille de 7 ans pleine de vie. Elle est élevée par son oncle Frank, réparateur de bateaux, dans une petite bicoque de Floride sans grand confort. Celui ci a promis à la mère de Mary, une grande mathématicienne, que sa fille serait élevée en toute simplicité, en dehors de l'influence de sa grand mère avec qui elle entretenait de mauvais rapports. Mais voilà, Mary est une surdouée des maths et si jusque là Frank l'avait protégée du monde extérieur, son premier jour d'école risque de lui être fatal. Malgré l'aide de la sympathique et mignonne maîtresse, le talent de Mary est découvert et la grand mère est contactée. Celle ci débarque alors en Floride avec une seule idée en tête: récupérer la garde de Mary afin de la sortir de ce boui boui et lui faire donner les meilleurs cours et qu'elle devienne un génie des maths, un prochain prix Nobel...



Mon avis:

La petite fille qui joue le rôle titre est épatante de fraîcheur et de talent. Dommage que l'histoire délaisse très vite l'univers enfantin pour s'intéresser aux problèmes des grands: drame d'une grand mère possessive et froide, doutes d'un jeune homme quand à sa capacité à élever seul une petite fille de 7 ans, et puis bien sûr scènes de procès. C'est pas inintéressant mais un peu trop systématique pour que cela  puisse être original (on a vu des procès dans tellement de films hollywoodiens que je pense que c'est un style de film à part entière).

Ma note:




Bon film!


Seven sisters

De Tommy Wirkola
Film Américano-Britannique-Franco-Belge
Avec Noomi Rapace, Glenn Close, Willem Dafoe

L'histoire:

Dans un futur pas si éloigné que ça, la population mondiale a encore augmenté et les ressources naturelles diminué - à cause de la pollution. Les gouvernements n'ont pas eu le choix: limiter le nombre de naissance en n'autorisant qu'un seul enfant par couple. Et ils ne sont pas complètement cruels: les enfants clandestins qui seraient découverts seront alors placés en hibernation jusqu'à ce que la population ai assez diminué pour pouvoir les libérer. Mais Terrence Settman, dont la fille est morte en couche en mettant au monde sept filles, ne l'entend pas de cette oreille. Bien décidé à cacher Lundi, Mardi, Mercredi et les autres aux yeux du monde, il les garde dans son grand appartement et chacune, à tour de rôle, 1 jour par semaine, peut sortir et jouer le rôle d'une seule et même personne, Karen Settman. Tout se passe bien jusqu'à leur 30ème année quand un beau jour Lundi ne rentre pas à la maison. Que lui est il arrivé? Est ce que cela a un rapport avec la réélection de Nicolette Cayman au poste de gouverneur?



Mon avis:

C'est le genre de film fait avec pas beaucoup de budget mais une idée originale et tellement d'astuce pour que cela pique la curiosité des spectateurs que nous sommes. C'est un peu explicatif par moment, et prévisible par d'autres, mais l'histoire permet plein de rebondissements et de petites surprises.
Et chaque bonne idée est exploitée comme il se doit. Par exemple chacune des 7 sœurs a une personnalité différente, interprétées toutes par une seule et même actrice qui arrive à composer chacune avec brio. On a droit à des courses poursuites, des scènes d'action et de bagarres bien chronométrées, des détails bien vus (les armes qui utilisent la reconnaissance digitale) et chacune des 7 sœurs a son utilité dans l'action, chacune de son côté.
Même si le film n'a rien de révolutionnaire, il est fait avec talent et dévouement, reste ludique et en tout cas moi il m'a convaincu.


Ma note:



Bon film!



Le redoutable

De Michel Hazanavicius
Film français
Avec Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo

L'histoire:

Alors que celui-ci vient d'avoir plusieurs succès avec ses films, Jean Luc Godard et Anne Wiazemsky filent le parfait amour, et vont même jusqu'à se marier. Mais le cinéaste est peu à peu en plein doute: il voudrait donner un sens plus politique à son oeuvre, et son film "La chinoise" reste un terrible échec. C'est alors que Mai 68 va éclater et remettre tout en question pour Godard, qui ne sait plus quoi filmer ni comment faire la révolution. Il veut se révolutionner lui même, quitte à ce qu'Anne ne le reconnaisse plus et commence à douter peu à peu de son amour...



Mon avis:

J'avoue que je n'ai pas vu beaucoup de films de Godard. "Le mépris" c'est sûr, "A bout de souffle" peut être, "Pierrot le fou" je ne crois pas, alors tous ses films suivants...
Je n'ai donc peut être pas saisi toutes les allusions et clins d’œil à l'oeuvre du maître, mais je me doute qu'il y en a quelques uns (la musique dramatique soudaine sur les amants qui se quittent sur le lit d’hôtel, ou les cartons qui s'intercalent dans les scènes).
Après ça le personnage (ou l'image qu'on se fait du personnage) est attachant et drôle dans son ridicule. De plus, le travail du réalisateur (pas Godard, Hazanavicius) sur ce film est plein de trouvailles et d'idées de mise en scène, spirituelles et pleines de drôleries (après tout c'est une comédie). Les dialogues sont également bien écrits, avec un Godard toujours prêt à sortir un bon mot, comme une "pensée du jour".
Pourtant par moment la profusion d'idées qui partent dans tous les sens donnent l'impression que les scènes se répètent, et à vrai dire l'action progresse peu. La rupture finale du couple finit par arriver, sans beaucoup de surprise mais aussi sans vraiment que les choses ne se détériorent beaucoup plus dans le couple, qui est déjà bien détérioré au bout de 10 minutes de film.
Mais au final c'est divertissant, frais, bien joué et (peut être heureusement) assez éloigné de l'univers du vrai Godard.

Ma note:



Bon film!


Valerian et la cité des milles planètes

De Luc Besson
Film franco-chino-belgo-emirati-americano-germano-canado-britanique
Avec Dane DeHaan, Cara Delevingne, Clive Owen

L'histoire:

En l'année 2705, la station Alpha est une immense planète artificielle habitée par une multitude de races extraterrestre et protégée par la délégation, pour laquelle travaillent Valerian et Laureline. Ils sont envoyés à la recherche d'un multiplicateur, une petite bestiole capable de multiplier tout ce qu'elle avale. D'après le commandant de la base Alpha, la station est en danger car une zone radioactive, habitée par des individus hostiles, est en train de se développer sur la station, et cette bestiole serait la seule monnaie d'échange. Valerian et Laureline sont préoccupés, tout d'abord par leur histoire d'amour qui fait du sur place, puis par les intentions réelles du commandant. En effet, Valerian a fait un drôle de rêve dans lequel il rencontrait les habitants de la planète Mül, accidentellement détruite par des vaisseaux inconnus. Sauf que quand il essaie d'en apprendre un peu plus sur cette planète, le dossier est top-secret...



Mon avis:

Pas si mal que ça ce film de Luc Besson. Bon, je n'ai pas lu la bédé, je ne peux donc pas dire si l'adaptation est réussie ou pas. Mais je trouve l'histoire pleine d'action et les personnages intéressants et drôles. En tout cas au niveau des effets spéciaux et des différentes espèces, c'est un véritable plaisir.
Certains diraient que le film est un peu long. C'est vrai que l'univers créé par l'auteur foisonne tellement d'idées, entre les différentes races d'extra terrestre, les vaisseaux, les clins d'oeil, que Besson se laisse par moment emporter par ses envies, rallongeant chaque péripétie avec plein de nouveaux rebondissements.
Mais au final l'histoire reste claire et simple, et j'ai passé un bon moment sans prise de tête.

Ma note:



Bon film!


La planètes des singes - Suprématie

De Matt Reeves
Film américain
Avec Andy Serkis, Woody Harrelson, Steve Zahn

L'Histoire:

Afin de se protéger de la maladie et des singes, les quelques rescapés humains ont fait appel au colonel, un militaire fou qui fait la guerre à César le chef des singes, secondé par des troupes fanatisées et quelques singes réduits en esclavage. Lors d'un raid surprise, le colonel tue la femme de César ainsi que tous ses fils excepté le petit Cornélius. Fou de rage, César ne pense plus qu'à se venger mais il décide avant cela d'envoyer son peuple en un endroit au delà des montagnes où ils pourront vivre en paix loin des humains. De son côté, il part en direction du camp du colonel, en compagnie de ses compères Maurice, Rocket et Luca. Mais sur le chemin, ils découvrent peu à peu ce qui s'est passé dans le monde des hommes: la maladie qui a décimé toute une partie de la population a muté et maintenant elle rend les humains muets et bêtes. Pris de panique, les humains s'en sont remis aux ordres du colonel, qui a fait exécuter tous les humains malades sans pitié, et qui souhaite également le même sort à tous les singes. Visiblement celui ci n'a plus toute sa tête. De plus, lors de leur voyage, César et ses amis recueillent Nova, une petite fille humaine atteinte de la fameuse maladie, ainsi que Bad Ape, un singe parlant qui a grandi seul au milieu de nulle part mais sait comment les guider vers le camp du colonel...



Mon avis:

Dépenser des millions de $ en effets spéciaux et en images de synthèse, ça vaut certainement le coup si ça peut donner ce film là, où les singes ont un regard tellement expressif qu'on peut leur donner le premier rôle. Plus que techniquement, ce film est une réussite dans son histoire, en s'inspirant d'autres choses que le film de guerre (auquel il fait référence): le road movie (où César part pour une quête et rencontre des alliés sur son chemin), ou bien encore des scènes empruntées à Furyo, voir à la grande évasion. Tout ça vu du côté des singes. En fait le monde des singes est un bon terreau pour raconter tout un tas d'histoires qui font référence à notre civilisation humaine (les virus mortels, les camps de concentration, etc...) et il est presque dommage que ce troisième film semble vraiment mettre un point final à la saga, en revenant à la situation qui précède le film de 1968.


Ma note:




Bon film!