Le grand jeu

De Aaron Sorkin
Film Americano-chinois
Avec Jessica Chastain, Idris Elba, Kevin Costner, Michael Cera

L'histoire:

L'histoire vraie de Molly Spoon: poussée par son père à devenir championne olympique de ski, elle échappe à une carrière professionnelle suite à un accident et un peu par hasard pénètre dans le milieu de l'organisation de soirées privées de poker, dont elle devient petit à petit la grande papesse (tout en s'arrangeant pour n'être payée que par pourboire). Les riches flambeurs affluent, les dollars aussi, puis la drogue et le FBI viennent mettre un terme à tout ça. Molly tente de prendre du recul mais l'état la met à la rue et la poursuit afin qu'elle dénonce ses anciens clients, parmi lesquels quelques mafieux russes. Tenant à rester intègre, elle va chercher l'aide d'un avocat idéaliste qui, bien que réfractaire à défendre cette femme peu recommandable, est intrigué par Molly dont il n'arrive pas à percer les motivations...



Mon avis:

Pas besoin d'y connaitre quelque chose en Poker pour aller voir ce film, et tant mieux parce que j'y comprend toujours rien après plus d'une heure trente de film. C'est toujours aussi confus... tout comme l'organisation du récit, qui alterne flash-back et scènes de préparation au procès, ce qui fait que l'histoire est par moment difficile à suivre, surtout qu'il y a vraiment un peu trop d'éléments.
Pourtant c'est un destin intéressant, et les personnages (que cela soit l'héroïne, l'avocat ou les rôles secondaires) sont subtils et bien interprétés. Mais la façon de raconter cette histoire (vraie) n'aide pas à s'identifier aux personnages ni à se passionner pour le film.
Dommage...


Ma note:



Bon film!


A Ghost story

De David Lowery
Film américain
Avec Casey Affleck, Rooney Mara,

L'histoire:

M et C sont un jeune couple qui vivent dans une petite maison de bois dans un village inconnu des Etats unis. Ils s'aiment, c'est tout. Mais voilà que C meurt dans un accident de voiture. Il revient à la vie sous forme de fantôme, invisible aux yeux de tous, et doit errer dans leur petite maison de bois , en voyant M fondre en larme puis petit à petit remonter la pente et déménager. Lui, ne peut se résoudre à quitter la maison et est obsédé par ce petit morceau de papier sur lequel M a marqué quelques mots et qu'elle a caché dans la fente d'un des murs. Le temps passe...



Mon avis:

C'est un film particulier avec une atmosphère particulière. On a de longues scènes avec un plan fixe, tout est lent et apaisé, les moments de violence ou d'action ne sont pas montrés...
En fait, le public est un peu comme ce fantôme, spectateur impuissant de la vie qui passe autour de lui, mélancolique et trop lent pour comprendre. Mais tout cela n'est pas négatif: j'ai beaucoup aimé ce film avec cette ambiance poétique qui donne de l'expressivité et de l'humanité à un simple morceau de tissu percé de deux trous, et diffuse un sentiment de douce mélancolie parfois drôle, parfois triste...

Ma note:






Bon film!




Star Wars : Les derniers Jedi

De Rian Johnson
Film français
Avec Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac, Mark Hamill, Adam Driver, Carrie Fisher, Kelly Marie Tran, Andy Serkis

L'histoire:

Voilà Rey en face de Luke Skywalker, le légendaire Jedi caché sur une planète au fin fond de l'univers, mais elle n'obtient pas vraiment l'accueil escompté. Pendant ce temps, les rebelles tentent de fuir le nouvel ordre à bord de l'un de leur destroyer, mais les voilà rattrapés par la flotte du guide suprême, Snoke, qui peut les suivre partout, même si ceux ci tentent de fuir en hyper-espace. Ça semble bien être la fin du dernier petit groupe de rebelles, sauf si Finn, en compagnie d'une nouvelle venue, Rose, arrivent à trouver le moyen de pénétrer dans le vaisseau impérial de Snoke. De son côté, Kylo Ren est plus perturbé que jamais après la mort de son père, mais il se trouve qu'il entre en contact mentalement avec Rey, qui se trouve pourtant de l'autre côté de l'univers. Leurs âmes semblent être comme liées. La jeune fille compte bien sur Luke pour répondre à ses questions, mais celui-ci va lui enseigner d'autres secrets plus dérangeants sur comment son ancien élève Kylo Ren est passé du côté obscur de la force...



Mon avis:

Le nouveau film de la saga a le mérite d'avoir du style, avec ses petits traits d'humour de mise en scène bien particuliers (le fer à repasser par exemple... non mais!), et ses très bonnes idées (le lien qui unit Rey et Ben, quasiment en directe et en champ contre champ). La meilleure idée étant celle de prendre à contre courant toutes les attentes que pouvaient créer l'épisode précédent, et pour le coup on est surpris ce qui est une bonne chose. Néanmoins si le constat est bon, on a plein de petits détails qui auraient mérité d'être mérité d'être approfondis, des ficelles qui font un peu Hollywood (le sacrifice du capitaine Holdo seule dans son navire, certains enchaînements entre les scènes, la troisième leçon de Luke à Rey qui a été coupée au montage, ou bien le détour via la planète casino qui semble être là pour "gonfler" l'histoire avec un peu d'action).
Donc voilà: on essaie des trucs - ce qui est bien - mais on se repose toujours un peu sur la routine...

Ma note:





Bon film!


Bienvenue à Suburbicon

De George Clooney
Film américain
Avec Matt Damon, Julianne Moore, Noah Jupe


L'histoire:

Suburbicon est une de ces villes nouvelles pavillonnaires des années 50, bien sous tout rapport. Jusqu'au jour où une famille noire vient s'y installer, ce qui met toute la ville à feu et à sang, toute la communauté étant prête à mener la vie dure aux nouveaux venus. Ce n'est pas l'avis des voisins de la maison d'à côté, dont la mère, Margaret Lodge, pousse son jeune fils Nicky à aller jouer avec le jeune garçon de la famille de couleur. Mais la vie va basculer dramatiquement pour les Lodge quand un soir 2 truands s'invitent chez eux, ligotent et chloroforment tout le monde, avant de dérober les maigres économies de la famille. Au matin, Margaret est la seule à ne pas se réveiller. Nicky se retrouve donc tout seul avec son père, Gardner, et la sœur jumelle de sa mère, Rose, venue pour leur prêter main forte en attendant qu'ils se reconstruisent. Mais petit à petit Nicky commence à avoir des doutes sur le rôle réel de chacun dans cette histoire: son père semble ne pas vouloir incriminer les coupables alors qu'il les a reconnus, et sa tante Rose et Gardner semblent avoir une relation... très intime.




Mon avis:

La bande annonce laissait entrevoir un film des frères Coen, et il est vrai que le scénario original est signé de la main du duo. Mais ce serait sans compter Clooney qui a remanié l'histoire à sa sauce et qui dirige le film, et lui donne donc un style nouveau, moins caustique, plus politique et plus dramatique. Ainsi l'histoire est vue à travers les yeux d'un petit garçon qui découvre un monde des adultes pitoyable et inhumain. Il voit sa famille se désagréger alors que dans la maison d'à côté, une famille noire se voit confrontée au racisme environnant. L'hypocrisie de la société américaine blanche, qui cache son racisme sous des beaux discours, fait écho à l'hypocrisie du chef de famille qui ment et fait semblant d'être respectable alors qu'à l'évidence il est loin d'être un homme innocent.
Ça marche bien et les acteurs tout comme le réalisateur sont convaincants. J'ai bien aimé le film, qui mérite d'être vu.

Ma note:




Bon film!

Santa & Cie

De Alain Chabat
Film français
Avec Alain Chabat, Golshifteh Farahani, Pio Marmai

L'histoire:

C'est bientôt Noël! Au pole Nord, tous les petits lutins sont à pied d'oeuvre pour confectionner les jouets, alors que le vieux Santa Claus lit une à une les lettres des petits enfants qui lui arrivent par bulles magiques, en compagnie de sa bien aimée Wanda, qui désespère que son andouille de mari l'emmène enfin en vacances sur la terre. Il faut dire que Santa, mise à part la nuit de Noël, ne connait pas vraiment notre planète... Mais voilà que 3 jours avant la date fatidique, tous les lutins tombent malades. Le seul moyen de les guérir: aller en ville chercher 60000 tubes de vitamine C. Un coup de rennes plus tard, le traîneau du père Noël échoue bêtement sur l'un des toits de Paris, et Santa est arrêté par la police et mis en cellule de dégrisement. Complètement désorienté, il va alors être aidé par Thomas, avocat commis d'office, sa femme Amélie et leurs 2 adorables enfants, qui finissent bien vite par découvrir qui il est réellement. Mais où trouver 60000 tubes de vitamine C?



Mon avis:

Voilà un petit film sympa pour les fêtes! Des films mettant en scène le papa Noël, il y en a des tas, et chaque auteur essaie de donner sa propre vision du personnage et de son univers. Celui de Chabat n'est pas plus impertinent ni marrant que les autres, mais il est assez malin. Ainsi, le vieux bonhomme vit tellement loin des hommes qu'il ignore ce que veut dire travailler ou acheter, et il ne sait pas vraiment à quoi ressemble un enfant qui ne dort pas à poings fermés. C'est pas (flo)con et même c'est un bon ressort comique que de voir Saint Nicolas complètement perdu dans notre monde. Mais même si on reconnait le "style" d'humour de l'auteur, cela reste un conte qui va bien faire rêver les enfants... et les grands!

Ma note:



Bon film!


Coco

De Lee Unkrich, Adrian Molina
Film Américain

L'histoire:

Dans la famille de Miguel, la musique est prohibée depuis que l'arrière grand père a abandonné femme et enfant pour devenir chanteur. Mais le jeune garçon n'est pas d'accord et il rêve de devenir une grande vedette, tout comme son idole, le grand Ernesto de La Cruz, chanteur connu de tous pour ses comédies musicales des années 30. C'est le jour des morts et dans cette petite ville du Mexique tout le monde s’apprête à célébrer les disparus en disposant sur l'autel qui rassemble toutes les photos des ancêtres de la famille les mets et objets qu'ils préféraient. Miguel ne pense qu'à participer contre l'avis de ses parents au grand concours de chant du quartier et pour ça, il a besoin d'une guitare. Pourquoi ne pas emprunter celle qui se trouve dans le tombeau d'Ernesto de La Cruz? Mais voilà: une fois son forfait commis, Miguel est maudit. Il devient invisible aux vivants et fait partie du pays des morts... et il tombe sur ses ancêtres, venus pour le jour des morts observer leurs famille qui pense à eux. Pour pouvoir le rendre au monde des vivants, il faut que ceux-ci acceptent de lui pardonner son vol sacrilège. Miguel n'a alors qu'une seule idée en tête: retrouver Ernesto dans le royaume des morts, car il vient d'avoir la preuve, en tombant sur une vieille photo, que celui-ci n'est autre que son arrière grand père! Mais pour le trouver, il devra demander l'aide d'Hector, un vieux mort abandonné auquel plus personne ne pense en bas, et qui dit être un ami d'Ernesto...



Mon avis:

C'est une belle histoire, qui en réfléchissant n'est pas vraiment destinée aux enfants... surtout quand on parle de la mort presque tout le temps! Il y a toujours cette "mécanique" Pixar: un enfant qui cherche sa place face au monde des adultes, le petit pincement au cœur plein de tendresse à la fin, etc...
Après, si le monde des morts imaginé ici est plein de trouvailles sympas, il y a moins de situations comique et d'humour que d'habitude, peut être parce que l'histoire est très fournie. Et en plus il y a pas mal de personnages, ce qui peut expliquer que le film semble moins destiné aux enfants.
Néanmoins les effets visuels sont de plus en plus impressionnants de réalisme, et la magie fonctionne toujours autant...

Ma note:



Bon film!

Madame

De Amanda Sthers
Film français
Avec Toni Collette, Harvey Keitel, Rossy de Palma

L'histoire:

Anne et Bob sont un couple d'américains fortunés qui vivent à Paris dans leur sublime maison avec leurs deux enfants et leurs domestiques. Enfin, au niveau argent ce n'est plus ce que c'était, mais Bob envisage de vendre le Canaletto afin de renflouer ses caisses. Mais voilà que pour le dîner très important de ce soir, dans lequel ils reçoivent le futur acheteur, le premier fils de Bob débarque et que l'on se retrouve 13 à tables. C'en est trop pour Anne, qui trouve une solution: faire passer la gouvernante, Maria, pour l'une de leurs amis. Maladroitement, Maria qui n'est pas de ce monde, finit par faire bonne impression et tape à l’œil de David, un expert en tableau réputé. Il souhaite revoir Maria au plus tôt, et une idylle va commencer, sous le regard paniqué de Bob et Anne. Mais David aime-t-il la vraie Maria, ou la personne de la haute société qu'il croit qu'elle est?



Mon avis:

J'ai trouvé ce film inégal: la réalisation est tantôt intéressante, tantôt pesante. Les dialogues sont par moments pleins de malice et de drôlerie, et par moments trop intellectuels pour être réalistes. Pareil pour le jeu des acteurs, qui est parfois plein de fraîcheur et parfois peut sonner faux.
Donc une bonne idée qui aurait mérité d'être un peu mieux menée, mais qui se débrouille pour sortir du lot par moment, notamment en nous réservant une jolie fin, avec une Rossy de Palma toujours parfaite.


Ma note:



Bon film!